Interdire le déficit pour réduire la dette

 |   |  363  mots
(Crédits : Martin JOPPEN)
Pour sauver l'euro, Nicolaus Heinen, économiste de la Deutsche Bank juge indispensable un renforcement de la discipline budgétaire au sein de la zone euro. Son credo : que les 16 pays membres tendent vers un déficit structurel proche de zéro, comme l'Allemagne.

La phase aigüe de la crise grecque a obligé les 27 à prendre des mesures inimaginables il y a encore quelques jours. Mais il est certain que la discipline budgétaire sera renforcée à l'avenir dans la zone euro. Afin d'assurer la consolidation à long terme de l'euro, Nicolaus Heinen, économiste de la Deutsche Bank Research, propose d'appliquer à l'ensemble de l'Union économique et monétaire la méthode allemande du "Schuldenbremse" (frein à l'endettement).

Cela signifie concrètement que tout le monde devrait tendre vers un déficit structurel proche de zéro. L'économiste constate en effet que les règles budgétaires et fiscales sont très différentes d'un pays à l'autre (mode de calcul, engagements de dépenses, gestion de la dette). Cette cacophonie fait partie du problème et n'a en rien été améliorée par le Pacte de stabilité et de croissance, qui n'a d'ailleurs pas été respecté. C'est donc une convergence vers le modèle allemand qui est préconisée. En quoi consiste-t-il ? Il limite, à partir de 2016, le déficit public structurel à 0,35% du PIB et ce, uniquement au niveau fédéral. Et pas question de boucher les trous avec des recettes de privatisation : elles ne sont pas acceptées dans le calcul. Les Länder sont astreints à un strict équilibre de leur budget, sauf circonstances exceptionnelles comme les catastrophes naturelles.

La composante cyclique du déficit budgétaire est, elle, calculée chaque année et représentait par exemple 0,61% du PIB pour l'année 2006. Si, en cours d'année, le déficit augmente par rapport au budget voté (rentrées fiscales moindres qu'attendu), un financement est prévu, mais il est remboursé les années suivantes par une réduction du déficit structurel autorisé, à condition bien sûr que l'économie ait recommencé à croître. A l'échelon de la zone euro, l'instauration d'un "frein" du même type, mais avec un pourcentage de déficit structurel adapté à chaque économie, permettrait, selon les calculs de Nicolaus Heinen, de faire repasser la dette publique de tous les pays membres de l'euro sous la barre de Maastricht (60% du PIB) entre 2028 pour les premiers et 2041 pour les derniers.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/05/2010 à 14:24 :
Oui à l'orthodoxie budgétaire, oui à une analyse différentielle de la dette distinguant l'investissement et le fonctionnement - et pas uniquement au plan comptable, en évitant par exemple de confondre les indemnités complaisantes des politiques et les salaires mérités des fonctionnaires "productifs": financiers, chercheurs... - , mais attention à l'aveuglement allemand en matière monétaire. Pékin comme Washington savent user et abuser d'une juditieuse sous-évaluation de leurs monnaies respectives quand il s'agit de relancer l éçonomie et/ ou, pour les US, de rembourser une dette abyssiale; ce n'a pas été sans conséquence sur le différentiel de sortie de crise d'ailleurs, et le reste aujourd'hui. Les premiers inquiets et même furieux de la chute récente de l'euro ne sont pas nécessairement ceux que vous croyiez!
a écrit le 14/05/2010 à 20:12 :
Autonomie Alimentaire de l'Europe.
=> Maitrise de notre production alimentaire pour subvenir à nos besoins en cas de crise beaucoup plus grave.

Bio-diversité des entreprises en Europe.
=>Nous naissons égaux mais différents donc la liberté d'entreprendre dans tous les domaines.

Taxes :
=>sur les Importations hors zones Euro de lEurope contre le dumping social et monétaire.

Armonisations fiscales / Taux de Tva unique
a écrit le 14/05/2010 à 12:53 :
Il est évident qu'il faut revenir à de l'orthodoxie budgétaire en diminuant les
dépenses publiques de fonctionnement et privilégier les investissements!
a écrit le 13/05/2010 à 15:22 :
Le seul moyen est d'abandonner toute souveraineté, même si je ne l'ai jamais souhaité, et en finir d'engraisser des Politiques dans chaque pays et encore en Europe.
a écrit le 12/05/2010 à 6:13 :
il s`'agit d'une mesure de bon sens:ne pas dépenser très au dessus de ses moyens
a écrit le 12/05/2010 à 4:54 :
La monétisation de la dette souveraine, variable de soutien et d'ajustement au fonds de stabilisation, conduit à terme à l'inflation. La fuite en avant ne fait que différer les échéances en exacerbant les déséquilibres et les dysfonctiennements. La rigueur reste la seule voie pérenne.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :