La Banque du Japon assouplit sa politique

 |   |  413  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La banque centrale a décidé d'augmenter les montants alloués aux prêts à taux fixe aux banques dans le cadre d'un mécanisme exceptionnel mis en place à la fin de l'an dernier, pour le porter à 30.000 milliards de yens (276 milliards d'euros environ), contre 20.000 milliards jusqu'à présent.

Cédant à la pression du gouvernement, la Banque du Japon a annoncé lundi un nouvel assouplissement de sa politique monétaire au terme d'une réunion d'urgence destinée à tenter de freiner la hausse du yen, qui menace de compromettre la reprise économique, mais les analystes doutent de l'efficacité des nouvelles mesures.

Comme l'avaient anticipé de nombreux observateurs, la banque centrale a décidé d'augmenter les montants alloués aux prêts à taux fixe aux banques dans le cadre d'un mécanisme exceptionnel mis en place à la fin de l'an dernier, pour le porter à 30.000 milliards de yens (276 milliards d'euros environ), contre 20.000 milliards jusqu'à présent.

Elle a aussi mis en place une opération de refinancement à six mois qui vient s'ajouter aux opérations à trois mois déjà en place. Sur les 30.000 milliards de yens prévus, 10.000 milliards seront alloués à six mois, a-t-elle précisé. Ces décisions ont été adoptées par huit voix contre une.

Parallèlement, comme attendu, la BoJ a laissé inchangé son objectif de taux au jour le jour, à 0,1%. Le gouverneur de la banque, Masaaki Shirakawa, devait tenir une conférence de presse à 5h30 GMT pour commenter ces décisions, après avoir rencontré le Premier ministre, Naoto Kan. Le yen a brièvement cédé du terrain après l'annonce des résultats de la réunion de la BoJ mais il est ensuite remonté vers ses plus hauts du jour, autour de 85,35 pour un dollar et 108,70 pour un euro.

"DEMI-MESURES"

Certains analystes se disent déçus par le manque d'ampleur des décisions annoncées. "Comme on s'y attendait, la BoJ a pris la décision de modifier à la marge ses opérations d'injection de liquidités mais pas d'augmenter ses rachats d'obligations. Elle en reste donc aux demi-mesures et continue de résister à la pression du gouvernement", a commenté Andy Ji, stratège devises de Royal Bank of Scotland à Singapour.

"La balle est de nouveau dans le camp du gouvernement et c'est au MOF (le ministère des Finances) de s'exprimer sur le sujet." Les membres du gouvernement Kan en charge des dossiers économiques doivent se réunir pour en décider. Le ministre des Finances, Yoshihiko Noda, s'est déclaré samedi prêt à recourir à "toutes les mesures possibles" pour endiguer la montée du yen, qui pèse sur les exportations et la croissance de l'archipel.

La devise nippone a atteint mardi dernier son plus haut niveau depuis 15 ans face au dollar à 83,58 yens.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :