Yuan : la Chine ne cède pas à la pression étrangère

 |   |  247  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
A la veille du G20, la Chine a déclaré qu'elle décidera seule de l'appréciation de sa monnaie alors que l'Inde et le Brésil se sont joints aux Etats-Unis pour demander le relèvement du yuan.

La Chine décidera elle-même du rythme d'appréciation du yuan, sans tenir compte des pressions étrangères, a affirmé jeudi le gouverneur de la banque centrale de Chine, Zhou Xiaochuan.

A la veille de la réunion des ministres des Finances et des banquiers centraux du G20 à Paris, l'Inde et le Brésil se sont joints aux Etats-Unis pour s'alarmer des cours du yuan, dont le relèvement trop lent à leurs yeux pénalise leurs exportations.

"Les pressions externes n'ont jamais été un facteur important et nous n'y avons jamais prêté une attention particulière", a déclaré Zhou Xiaochuan en marge d'une réunion. "Nous nous basons essentiellement sur notre propre jugement pour ajuster de façon indépendante la valeur du yuan", a-t-il ajouté.  "De notre point de vue indépendant et au nom du développement de nos marchés financiers, il est nécessaire de réformer notre système vers plus de flexibilité", a-t-il également indiqué.

Le fait que l'Inde et le Brésil viennent épauler Washington sur ce point est inhabituel du point de vue de Pékin. Le pays est habitué aux pressions américaines mais tente de se poser en allié naturel des grandes économies émergentes.

Pékin répond habituellement aux demandes de relèvement du cours de sa devise en affirmant la nécessité d'une plus grande souplesse dans ses fluctuations, tout en soulignant qu'une hausse trop rapide nuirait à son propre commerce extérieur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :