Adoption éclair du plan d'austérité en Italie

 |   |  456  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
En Italie, la chambre des députés a adopté ce vendredi un plan d'austérité renforcé afin d'éviter une propagation de la crise de la dette à la péninsule qui mettrait en danger l'ensemble de la zone euro. La procédure accélérée, au cours de laquelle les sénateurs ont déjà voté le texte la veille, arrive ainsi à son terme.

Avec ce vote, l'Italie adopte définitivement un plan d'austérité prévoyant 48 milliards d'euros d'économies sur quatre ans. La chambre basse du Parlement transalpin vient en effet de valider le texte présenté par le gouvernement de Silvio Berlusconi. Ce dernier, déterminé à voir ce programme accepté, avait même assorti ce vote d'une motion de confiance.

Par 316 voix pour, 284 contre et 2 abstentions, le plan est donc adopté après une procédure-éclair qualifié de "miracle" par le président de la république, Girogio Napolitano, autrefois communiste. 

Risques de propagation de la dette dans la zone euro

Le but du plan d'austérité est de ramener le déficit public de 3,9% du PIB en 2011 à l'équilibre en 2014. Il s'agit également d'une réponse au risque de propagation de la crise des dettes souveraines dans la zone euro.

Ce programme mêle baisse des budgets des ministères centraux, des dépenses de santé au niveau des administrations régionales et des subventions versées par l'Etat aux administrations locales et provinciales, relèvement de certaines taxes (taxation des produits financiers, péages autoroutiers, prélèvements sur les jeux de hasard) et augmentation progressive de l'âge du départ à la retraite (avec introduction d'un mécanisme d'indexation sur l'espérance de vie).

Mais ces raisons ne sont pas suffisantes pour tout le monde en Italie où règne l'indignation d'une partie de la classe politique. Un ancien membre du gouvernement Berlusconi, Sera Antonio Martino y a vu une "énième cochonnerie" qui "frappe les gens pauvres". La présidente de l'organisation patronale Cofindustria regrette quant à elle un plan "fondé sur une hausse des impôts".

Titanic

L'Italie a évité le pire de la crise financière en partie grâce à un contrôle strict des dépenses publiques et un haut niveau d'épargne privée. Mais avec la Grèce et l'Irlande en difficultés, les marchés financiers observent d'un mauvais oeil le poids de sa dette, qui représente 120% du PIB italien. La position délicate de la troisième économie de la zone euro a été soulignée jeudi, quelques heures seulement avant le vote des sénateurs, par l'émission par le Trésor italien de 5 milliards d'euros d'obligations à des taux sans précédent.

S'adressant aux sénateurs lors du débat préalable, le ministre de l'Economie, Giulio Tremonti, avait averti jeudi que l'Europe ne pourrait faire l'impasse sur une solution politique à la crise de la dette qui menace tous les pays. "Nul ne devrait se faire d'illusions quant à un éventuel salut individuel. Comme à bord du Titanic, où même les passagers de première classe n'ont pu tous être sauvés", a-t-il dit.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/07/2011 à 14:18 :
Tous les pays, y compris ceux qui produisent un excèdent commercial en permanence comme l'Allemagne, sont endettés et même sur-endettés. Un fardeau de EURO 14.000,- pèse sur chaque citoyen allemand, y compris nouveaux nés et moribonds. Il serait pourtant facile pour tout gouvernement d'un pays à l'économie forte d'avoir un budget équilibré. On peut donc reprocher à l'Allemagne son manque de discipline budgétaire encore plus qu'à la Grèce et autres pays périphériques qui n'ont que très peu de revenus puisque sous-développés industriellement ou désavantagés par des multiples facteurs naturels.
L'austérité que la BCE, sous le diktat allemand, impose à ces pays a forcement des limites puisque un gouvernement ne peut aller au-delà du raisonnable sans risquer de se voire succéder par un gouvernement d'extrême droite ou de gauche.
S'il est vrai que l'on ne devrait pas vivre au-dessus de ses moyens il est encore plus vrai que l'on ne doit pas vivre en-dessous de ses besoins.
Augmenter la productivité et attirer des investisseurs par des avantages fiscaux serait une aide certainement plus efficace. Des emplois seraient ainsi crées et qui dit emplois dit impôts.
Au-lieu de ça, une campagne de dénigrement, orchestré par les médias aux ordres du capital, surtout en Allemagne, veut nous faire croire que tous les pays de la zone euro ont les mêmes chances et que seule la mauvaise gestion du budget et le gaspillage étaient la cause de la dette. Ceci n'a-t-il pas un petit goût de National-socialisme qui culpabilisait les victimes?
a écrit le 15/07/2011 à 23:13 :
Le peuple d'italie va , et à juste tître, se révolter.

L'europe nous auras tous mis à genoux : vite debout et virons les ces incompétents incultes
a écrit le 15/07/2011 à 15:58 :
J'adore ce clin d'oeil à l'histoire avec le Titanic ! "Nul ne devrait se faire d'illusions quant à un éventuel salut individuel. Comme à bord du Titanic, où même les passagers de première classe n'ont pu tous être sauvés", a-t-il dit. Comme c'est bien vrai on est sur le Titanic on boit du champagne, on lance des feux d'artifice on donne 3mds à la Cote d'Ivoire 1mds à la Libye etc etc... Tout ça avec la bienveillance de notre AAA à peine si on entend les prolo immigrés grecs, espagnols, portugais qui gémissent en fond de cale au bord de l'asphyxie... Qui a dit iceberg en vue ? Pas de panique on a Bernanke et Trichet qui pilotent le navire... Excellant j'adore !
a écrit le 15/07/2011 à 14:39 :
Et une devaluation de l'euro ?
Réponse de le 15/07/2011 à 15:43 :
et une réévaluation du dollar ?
Réponse de le 16/07/2011 à 14:26 :
Impossible dans les 2 cas !
a écrit le 15/07/2011 à 14:37 :
Quoi ? Qu'apprends-je !!!! Berlusconi renonce à ses soirées Bunga-Bunga en signe de solidarité avec l'austérité imposée au peuple .

Quel exemple, quel homme, un vrai visionnaire, un grand timonier...Les mots me manque.
Réponse de le 17/07/2011 à 11:20 :
"me manquent"...ent puisque 3eme personne du pluriel
Réponse de le 17/07/2011 à 21:24 :
Le Bled, soit, mais le Bled n'a pas connu les fantaisies des défauts de La Tribune qui nous condamnent à recommencer plusieurs fois des notices de deux lignes et à ne plus pouvoir se relire !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :