Fort ralentissement de la croissance en Inde

 |   |  400  mots
Copyright AFP
Copyright AFP (Crédits : AFP)
Au quatrième trimestre de son exercice budgétaire 2011/12, de janvier à mars, la croissance du PIB indien a ralenti à 5,3% sur un an, une performance très décevante pour la quatrième puissance économique d'Asie, dirigée par un gouvernement fragilisé. Sur l'ensemble de l'exercice, la croissance a décéléré à 6,5%, un chiffre plus mauvais que prévu par le gouvernement.

Déception en Inde. La croissance du produit intérieur brut du pays de janvier un mars, soit le quatrième trimestre de son exercice budgétaire 2011/2012, a ralenti à 5,3% sur un an. La performance trimestrielle de l'Inde est donc inférieure aux prévisions du marché qui anticipait une croissance de 6,1%.

6,5% de croissance contre 8,4% lors du précédent exercice

Pour l'ensemble de l'exercice, la croissance a décéléré à 6,5%, selon les données officielles, là encore un chiffre plus mauvais que prévu par le gouvernement, qui tablait sur une progression annuelle de 6,9%. L'Inde avait enregistré en 2010-2011 une croissance de 8,4%.

Légère contraction de la production du secteur industriel

La production du secteur industriel s'est en particulier contractée de 0,3%, tandis que la production dans les secteurs agricole, de la construction et des mines a modestement progressé au dernier trimestre. A l'annonce de ces chiffres, la Bourse de Bombay a dévissé de 1,38% à 16.086,06 points, affectant surtout les valeurs automobiles et bancaires. Les échanges étaient aussi ralentis jeudi en raison de l'appel à une grève générale lancée par l'opposition pour protester contre la hausse des prix des carburants à la pompe.

Politique monétaire agressive et stagnation de l'économie mondiale

Ces chiffres risquent d'accentuer le sentiment de morosité dans un pays émergent qui jouissait ces dernières années d'une solide croissance proche de 9% et visait il y a encore peu le seuil symbolique de 10% pour aider les millions d'Indiens vivant encore sous le seuil de pauvreté. Au troisième trimestre déjà, l'Inde avait enregistré son plus faible rythme de croissance depuis trois ans, à 6,1% sur un an, reflet de l'impact d'une politique monétaire agressive et de la stagnation de l'économie mondiale.

Le retour à une croissance "solide" particulièrement attendu

La publication de ces indicateurs intervient dans un contexte où le gouvernement de centre-gauche du Premier ministre, Manmohan Singh, est confronté à une inflation toujours élevée et au mécontentement de la population face à la hausse des prix à la pompe. Lors de la présentation du budget 2012/13 en mars dernier, le ministre des Finances, Pranab Mukherjee, a toutefois dit espérer le retour à une croissance "solide", de l'ordre de 7,6%, pour l'exercice en cours entamé le 1er avril. Mais le Premier ministre a reconnu la semaine dernière que son administration "doit mieux faire" pour remettre la croissance du pays sur les rails.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :