Le G20 prêt à agir contre la flambée des prix alimentaires ?

 |   |  285  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012.)
Afin de tenter de trouver une solution à la flambée des prix alimentaires dans le monde, une réunion d'urgence du G20 serait en préparation.

Face à la flambée des prix alimentaires dans le monde, le G20 préparerait une réponse. Une réunion des vingt premières puissances économiques du monde en septembre ou en octobre pour discuter de cette situation serait en préparation, indique le Financial Times.

Réunion de crise

Il s'agirait d'une première réunion de crise du Forum de réaction rapide, un nouveau mécanisme créé pour améliorer la réactivité des décisions au niveau international. Cette rencontre s'intègrerait en outre au Système d'information sur les marchés agricoles (Amis), une initiative soutenue par la France en 2011. Le nouveau gouvernement à quant à lui appelé fin juin le G20 à agir contre la volatilité des prix alimentaire.  

Mais le représentant du G20 cité par le "FT" se veut rassurant. Selon lui cette rencontre n'est pas un signe de panique, mais une tentative d'éviter les politiques qui ont suivi la crise de 2007-2008. Les restrictions aux exportations et l'accumilation de stocks sont soupçonnés d'avoir alors amplifié la crise alimentaire qui a provoqué des émeutes dans une vingtaine de pays. 

Le bio-éthanol en cause?

Il se peut par ailleurs que l'Onu évoque le cas du bio-éthanol à l'occasion de cette rencontre du G20. Le Forum économique mondial (FAO), l'un des organes onusien, s'est alarmé récemment de cette crise mondiale et demandé à Washington de réviser sa legislation qui impose des quotas de bio-éthanol. Cette suspension permettrait de réduire la tension sur les marchés et reporterait les activités agricoles sur l'alimentation. 

Les prix du maïs, du soja et et du blé ont bondit de près de 30% depuis le mois de juin. 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/08/2012 à 10:30 :
Ils vont embaucher un sorcier pour faire pleuvoir????
a écrit le 13/08/2012 à 10:30 :
Je suis curieux de savoir ce que va demander la France pour le court terme. Probablement rien parce que le prix des céréales flambe (sécheresse et incendies un peu partout ds le monde l'expliquent). Cette année, la récolte de céréales est bonne en France. Nous devrions en exporter pour 4 à 5 milliards d'euros. C'est bon pour la balance commerciale ça!

Perso, ça me cause un vrai problème éthique de voir qu'on négocie (et spécule) les matières premières alimentaires comme on le ferait avec des téléphones ou des voitures. Je n'ai pas de solutions miracle, mais il faudrait vraiment arrêter ça.

Qt à cette histoire de bioéthanol, il faudrait qu'on en fasse un vrai bilan écologique: certes il n'y a pas de gaz à effet serre, mais cela nécessite de nouvelles surfaces cultivable (déforestation?), des moyens agricoles (eau, engrais, etc...), et cela impacte les productions alimentaires... Le bio-éthanol ressemble vraiment à une fausse bonne-idée.
a écrit le 13/08/2012 à 10:10 :
on est toujours dans une politique de ne pas appliquer la loi du marché. La demande augmente, il faut se donner des moyens d'augmenter l'offre. Augmenter l'offre me semble le meilleur moyen pour empêcher la flambée des prix. La France a des atout dans l'agro-alimentaire, pourquoi ne pas augmenter notre offre. Je pense qu'on peut augmenter notre offre dans des produits de qualité ainsi, nous pourrions concurrencer les autres producteurs. je suis toujours surpris qu?on ne fasse rien pour augmenter notre offre surtout en période tensions sur les prix.
a écrit le 13/08/2012 à 9:59 :
De la même façon que les systèmes de protection sociale ne sont plus adaptés à l'évolution des coûts et aux pyramides des âges et sont partout en quasi faillite, nos nos comportement vis à vis des produits d'alimentation, s'ils ne changent pas, conduisent inévitablement au désastre planétaire. Bio éthanol, gâchis et pertes dans toute la filière production/consommation, sur-consommation de viandes, inefficience de la distribution etc...Ce n'est pas de pénurie alimentaire et de hausse des prix dont il faut parler, mais d'un vaste problème de société.


a écrit le 13/08/2012 à 9:25 :
une réunion pour rien, il en sortir quelques communiqués bien sentis pour rappeler l'urgence de la situation et renvoyer à une prochaine réuion de synthèse qui fera le point sur l'urgence de la situation
et pendant ce temps, rien ne sera fait pour tenter les prémices d'un début d'un commencement de régulation du marché des matières premières, car il est bien connu que le sacro saint marché à des vertus autorégulatrices avérées
a écrit le 13/08/2012 à 9:07 :
Qu'est-ce qu'on mange? Bientôt ce sera, est-ce qu'on mange?
a écrit le 13/08/2012 à 9:00 :
Une réunion de plus avec sans doute riches buffets...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :