Secret bancaire : le G20 "a franchi une étape historique" selon Transparency International

 |   |  740  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS/Charles Platiau)
Ce week-end, les ministres des Finances des vingt plus grandes économies mondiales se sont mis d'accord pour lutter contre le secret bancaire. Les échanges d'informations seront désormais automatiques. Une étape importante pour Daniel Lebègue, président de Transparency International.

LaTribune.fr : La lutte contre le secret bancaire, décidée au G20 des Finances, ce week-end, va-t-il dans le bon sens ?

Daniel Lebègue. On a vraiment franchi une étape très importante, historique même, dans la lutte contre la fraude fiscale. La principale avancée, c'est que tous les Etats du G20, y compris la Chine, ont donné leur accord sur un nouveau standard international : l'échange automatique d'informations entre tous les pays du monde, qui se substitue à l'échange d'informations à la demande.

"A la demande", c'est le fait que les pays puissent fournir à un autre une information précise demandée par le partenaire. Or les pays n'accèdent pas à toutes ces requêtes. La Suisse ne répond qu'à une demande sur deux de la France. Et elle exige que la question soit formulée de manière très précise. Ce système ne répond donc pas à l'objectif de transparence. Dans le système d'échange automatique, c'est systématique : la Belgique fournit chaque année à la France un état complet des comptes et des avoirs détenus par des Français en Belgique. Et la France fait de même. Ce sera le nouveau standard applicable à tous les pays. Les vingt pays du G20 se sont engagés, sans réserve. Donc oui, c'est une étape de première importance.

Le deuxième point, sur lequel on n'est pas aussi avancé, c'est la volonté affirmée de lutter contre l'optimisation fiscale excessive de certaines grandes entreprises internationales. Ces dernières payent pas ou peu d'impôts dans les pays où elles ont une activité économique très importante. Cela a irrité les gouvernements des pays du G8 et du G20. Ce week-end, il y a eu un signe d'engagement très fort. L'OCDE doit faire des propositions au G8 en juin, puis au G20 en septembre. L'Union européenne y travaille également.

Un troisième point, aussi en cours de discussion, porte sur le problème des sociétés écrans, des trusts et des fiducies. L'objet même de ces structures est de créer l'opacité au nom du secret bancaire, pour protéger les bénéficiaires de ces trusts des autorités fiscales. Pour l'instant, le G20 n'a pas fait de proposition précise, mais il y a un groupe de travail actif qui étudie actuellement cette question.

Ne craignez-vous pas que ces paroles ne soient pas suivies d'actes ?

Evidemment, il faut être vigilant. Et notre ONG sera attentive à ce que ce soit traduit en acte et mis en oeuvre. Je suis pour ma part assez confiant. Dans tous les pays du monde, la lutte contre la fraude fiscale est devenue une priorité. Le fait que David Cameron, pourtant à la tête d'un gouvernement conservateur et malgré la City à Londres, en ait fait une priorité pour sa présidence du G8 montre l'importance politique que ce sujet a pris. Sans parler des enjeux proprement budgétaires. Dans tous les pays, on demande aux contribuables de faire des efforts pour rétablir les comptes publics. L'enjeu politique est devenu tel qu'il va falloir concrétiser tout ça.

Mais les pays concernés, les paradis fiscaux, accepteront-ils d'appliquer ces nouvelles règles ?

Il va de soi que les franc-tireurs vont avoir du mal à tenir. Le Luxembourg négocie avec les Etats-Unis leur réglementation Fatca sur des échanges d'informations. S'il ne le fait pas, ses banques seront exclues du marché américain. Et s'il accepte l'échange automatique avec les Etats-Unis, comment pourra-t-il le refuser aux autres pays ?

L'Autriche va faire de même. Et à partir du moment où ils auront accepté l'échange automatique avec l'administration américaine, la Suisse sera dos au mur. Les Etats-Unis et l'Europe représentent deux tiers du produit net bancaire des intermédiaires suisses.

Ensuite, il y a ce qu'on appelle la tentation du "free rider" ("Le passager clandestin". NDLR). Mais les Bahamas, les îles Vierges britanniques, les îles Caïmans, Jersey, Gibraltar, Monaco, Andorre... ce sont des territoires qui sont sous l'influence de grands pays du G20. La tentation peut exister pour des micro-territoires, mais c'est à leurs risques et périls. S'il y a une coalition de tous les grands pays, ils seront très vulnérables. Cela ne se fera pas d'un coup de baguette magique, mais on a franchi une étape ce week-end.

>> Le communiqué du G20 Finances

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/04/2013 à 12:28 :
Cher Monsieur Lebègue,

Vous avez raison de vous montrer optimiste, mais dans ce domaine la route est encore longue, très longue.Si l'on regarde ce qui se passe dans le domaine de la régulation financière des banques, des marchés, des fonds d'investissement et de la spéculation sous toutes ses formes, pour l'instant nous avons accouché d'une souris et encore pour l'instant celle ci est encore dan la boite, virtuelle. Le fait est que faute de retrouver leurs niveaux de ressources tous les Etats ou presque sont en situation de faillite donc toutes banques aussi. La réalité de la situation impose donc que les Etats se bougent enfin les f....Cela fait pas mal de temps que j'évoque à mon niveau celui d'un lobbyiste individuel (comme d'autres d'ailleurs), cette question de l'évasion et de la fraude fiscale qu'elle soit "légale" ou illégale. Transparency International France fait son travail mais son approche est beaucoup trop technocratique, superficielle, institutionnelle...vous ne frappez pas assez fort c'est le problème des ONG qui s'attachent trop à leur image de marque auprès des décideurs du système. C'est votre limite et on y arrive vite.
Réponse de le 25/04/2013 à 16:02 :
http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/04/25/transparence-les-mesures-hollande-n-auraient-pas-permis-d-eviter-l-affaire-cahuzac_3166244_3224.html
a écrit le 23/04/2013 à 10:15 :
C'est une immense farce ! L'échange automatique de renseignement, quelqu'un sait ce que c'est? En Europe, probablement le seul cadre structuré où cet échange est organisé, il fonctionne très mal et la France n'est pas exemplaire. Les fraudes à la TVA prospèrent et les particuliers planquent leur pognon, quel exemple! Echanger de l'information avec la Chine est-il possible et souhaitable? Je rappelle que la Chine se réserve la possibilité de pratiquer la peine de mort pour des motifs économiques, alors jusqu'à quel point veut on échanger des informations avec elle?
a écrit le 23/04/2013 à 7:14 :
je suis d'accord avec patrickb ;on met souvent des ecrans de fumée,comme l'imposition des entreprises ,à 65 pourcentqui versent des salaires indecents.
elles ne payeront jamais cet impot,comme les niches fiscales sont nombreuses,ou bien la direction de l'entreprise se trouve au luxembourg(pays européens,pffff)
Réponse de le 23/04/2013 à 9:14 :
Ne vous laissez pas manipuler, cela ne concerne que les multinationales, 90 % des entreprises et des employeurs en France ne sot que des PME-PMI, et elles sont écrasées de taxes, de charges et d'impot à cause de ce système socialiste UMPS. Les salaires aussi sot taxés à 80 %, avec moins de charge et de taxes le salarié devrait récupérer au moins 50% de son salaire, actuellement volé par la coercition par l'état, et ses mafias. Il faut libéraliser tout ça.
Réponse de le 23/04/2013 à 10:09 :
Récupérer de l'argent non déclaré, quelque soit les pays du G20, c'est peut-êre pour certains comme la France pouvoir à terme moins imposer les entreprises...si TOTAL payait ses impôts en France combien de milliards qui reviennent et en moins sur le dos des PME ?
a écrit le 23/04/2013 à 3:29 :
Malheureusement, les paradis fiscaux ont déja anticipé et pensé a de nouveaux services pour les irréductibles qui pourront toujours s'intéresser aux nouveaux protocoles d'anonymisation financiere en cours de développement (par exemple, le logiciel russe "Mwand" en bêta) qui permettent de mettre en cyber-orbite des actifs financiers, chiffrés avec des clés asymétriques, hashed et re-packagés (en stéganographie) tout en effaçant les empreintes identitaires (shredding) des bénéficiaires. Ces actifs sont alors fragmentés en de multiples fichiers distribués de façon aléatoire et mutualisés dans des comptes de passage répartis chez des intermédiaires financiers offshore. En résumé, les actifs sont anonymisés onshore sur la place A, moulinés sur la place B et puis dispersés offshore sur les places C, D, E, F, etc.
a écrit le 23/04/2013 à 0:21 :
ça coûte rien de promettre, le Canada avait bien signé les accords de Kyoto, mais ne les a jamais respecté :-) et là, ça m'étonnerait que les Anglais et les Américains qui, rappelons-le, ont les plus grands paradis fiscaux acceptent de tout fermer :-) l'avenir nous dira comment ils vont contourner légalement l'obstacle :-)
a écrit le 22/04/2013 à 19:10 :
C'est bien, c'est bien. On avance peu a peu et c'est bien! Pas la peine et pas possible du jour au lendemain mais un jour dans l'avenir, tout le monde aurait rendu compte que "c'était bien alors!"
Réponse de le 22/04/2013 à 19:26 :
ah oui c'est pa mal en effet, d'avantage de loi liberticide imposé au monde entier on se rapproche du monde idéal, on va ca...
Réponse de le 23/04/2013 à 1:56 :
Toutes ces données collectées et échangées, je crains qu'elles se transforment en "dossiers" à l'insu des intéressés et de leur descendance. Les USA, afin de lutter contre le financement du terrorisme ont accès aux données SWIFT soit les transferts bancaires internationaux. Les USA avaient promis qu'ils ne collecteraient des informations que pour les besoins d'enquêtes sur le terrorisme mais rectifient soudainement les statistiques sur les échanges commerciaux entre les pays, comme l'année dernière les échanges entre la Chine et le Brésil et ont même accusés ces pays de minimiser le volume de leurs échanges dans leurs annonces. Ils affirment que leur source ne vient pas de la transmission des dossiers SWIFT, mais personne ne les croit. Donc la luttre contre le terrorisme sert aussi et peut-être surtout à des fins d'expionnage économique.
Tout comme la lutte contre les paradis fiscaux peut servir à l'affaiblissement de certaines places financières au proft d'autres, donc de guerre économique. N'est-il pas incongru qu'une ancienne petite colonie asiatique comme Hong Kong se soit hissée à la troisième place financiere mondiale ? Que Genéve, 200.000 habitants, même pas la capitale d'un petit pays alpin soit devant Paris comme place financière, leader mondial comme place du négoce des matières premières bien loin devant Paris encore une fois ! Pratiquement un tiers des actifs placés dans le monde sont en Suisse, quand on est presque en récession et en est à matraquer sa propre population d'impots, les 4000 milliards d'actifs sous gestion dans les banques suisses n'attisent-ils pas les convoitises ? Et les 1400 sièges sociaux et compagnies holding des grandes entreprises mondiales toujours à Genêve qui attirent les entreprises en faisant de l'ombre à Paris dixit Montebourg ?
Quant on a la force pour soi, n'aurait-on pas tendance à vouloir donner un bon coup de pied dans la foumilière, surtout si on a la morale de son coté ?
a écrit le 22/04/2013 à 18:39 :
L'UMP sera telle d'accord cette fois-ci sur la transparence, rien n'est moins sûr...
Réponse de le 22/04/2013 à 19:17 :
Vu qu'on vit dans un état PS à tous les étages......
a écrit le 22/04/2013 à 17:34 :
Qu'est ce que c'est bonne comme l'idée: la transparence! Depuis, tous les économies nationales sont soumises sous le pouvoir des fonds financiers et des banques. Peu à peu, avec la transparence, l'influence de la finance serait moins lourde... On espère... C'est difficile mais ce n'est pas impossible.
Monsieur Hollande a du courage d'initier la transparence, tout d'abord dans la politique. Peu à peu, on arriverait!!!
Réponse de le 23/04/2013 à 9:11 :
Oui mais n'oubliez pas que ce sont les états conservato socialistes les responsables de la mauvaise gestion de l'argent des contribuables, depuis des décennies, et c'est eux les responsables du chomage, de la disparition des entreprises et de l'emploi et du niveau hallucinant d ela fiscalité et des complications administratives, pas les banquiers. Cela fait 40 ans que les gouvernements français empruntent à perte sur les marchés financiers pour boucher les trous de son budget pour juste payer ses fonctionnaires en trop, en laissant des centaines de milliards de dettes aux enfants, et aux jeunes. Ce sont aussi les gouvernements qui tentent de faire oublier leurs responsabilités et faisant porter le chapeau aux paradis fiscaux, par exemple. ne vous laissez pas manipuler s facilement.
a écrit le 22/04/2013 à 17:32 :
BEN Vous voyez LE processus démocratique fonctionne , virer la plupart des gouvernements en place sa marche!
Vous vous rendez peut être pas compte mais on m' aurai dis sa en 2007 jamais je vous aurai cru
Certains ont essayer de faire croire aux américains que leur pire ennemies étaient les irakiens (Bush pour ceux qui suivent pas) alors que les vrais , ceux qui remétaient le plus en cause leur systeme de retraite de transport de santé.. , c' étais les petites iles caimans et bahamas a quelques kilometres de leurs cotes
Réponse de le 22/04/2013 à 19:16 :
C'est sur s'en prendre à ceux qui ont réussis peu ou prou à fuir les dictatures fiscales comme la France, pour tout leur voler c'est un grand pas vers la démocratie, en ce qui me concernen je vois le recul des libertés individuelles et la pourchasse stalinienne des richesses des autres par des états asservissant et confiscateur. Il faut non pas s'en prendre "aux paradis fiscaux mais avoir la peau des enfers fiscaux, comme la France, qui les générent automatiquement. Seuls les assistés, les aigris, les vendus à l'état ou tous les privilégiés du système politique mafieux sont ravis d'imposer aux autres, ceux qui paient pour eux déjà avec leurs impots, leur coercition, leur vengeance jalouse et malsaine. Ces gens sont les responsables de la déliquescence de la nation, et de sa cohésion, exactement comme dans toute dictature naissante, et déjà bien entamée.
Réponse de le 22/04/2013 à 20:03 :
D'accord @Toto mais comment sortir de cette situation ? Ca devient un vrai cauchemar à vivre. Une horreur. Que faire ?
Réponse de le 22/04/2013 à 20:34 :
Voila ce que Thatcher ferait pour la France s'il elle avait été au pouvoir chez nous, car ce n'est pas les paradis fiscaux le problème, mais je le répète l'enfer fiscal français, c'est un peu long mais je vous invite à lire jusqu'au bout :

Lorsque Margaret Thatcher est arrivée au pouvoir en Grande-Bretagne en 1979, l'île était en faillite, étouffée par une économie étatisée. Une situation qui rappelle celle de la France en 2013 ...

La France aurait bien besoin d'une dame de fer. Malheureusement, je ne vois pas de pasionaria de la liberté parmi les dirigeants politiques les plus en vue.



En attendant, rien ne nous empêche de réfléchir à ce que pourrait être un programme Thatcher pour la France. Un programme de réformes économiques courageuses, mais que je souhaiterais plus libéral que celui de Margaret sur le plan politique, grâce à la démocratie directe.

J'ai regroupé les principales réformes en 5 chapitres, en commençant par la libération du travail, si nécessaire pour redonner du pouvoir d'achat aux salariés et lutter contre le chômage.


1/ Libérer le travail.

- Augmentation de tous les salaires nets de 50%.

Comment est-ce possible? les charges sociales prélevées sur les salaires en France atteignent 82% du salaire net, contre 20 à 30% dans les pays occidentaux les plus performants (Suisse, Grande-Bretagne, ...). En limitant les prélèvements aux cotisations retraite et chômage, et en autorisant pour la santé les assurances privées (comme c'est la règle partout en Europe) il serait possible de rendre près de 50% de pouvoir d'achat aux salariés!



- Suppression du Code du Travail.

L'hyper-réglementation du travail, illustrée par le très épais Code du travail (3350 pages), est l'une des causes du chômage car il crée un ensemble de contraintes compliquées et anti-économiques pour les entreprises. Irréformable, cette usine à gaz doit être supprimée, pour rétablir la liberté de contrat entre salariés et employeurs, comme elle se pratique dans de nombreux pays. Par exemple en Suisse, pas de code du travail, juste quelques dizaines de pages de règles à respecter.



- Suppression des 35 heures.

Les 35 heures ont fait beaucoup de mal à l'économie française, tout le monde le sait, et pourtant aucun parti n'a le courage de remettre en cause cette législation anti-économique. Plutôt que de remonter la limite légale à 39 ou 40 heures, on peut envisager de la supprimer, et de confier aux entreprises et éventuellement aux accords de branche le soin de définir - en accord avec les salariés - les horaires et les conditions de travail les mieux adaptés à chaque activité.



- Suppression du Smic.

La France fait partie des pays qui interdisent l'embauche en dessous d'un salaire minimum (à la différence de l'Allemagne, de la Grande-Bretagne, etc...), et de plus le Smic français est plus élevé que partout ailleurs. C'est l'une des raisons majeures du chômage, car beaucoup de personnes, notamment des jeunes, ne sont pas assez qualifiées pour justifier le coût d'une embauche au Smic. Avec la disparition du Smic, les smicards actuels ne souffriraient pas nécessairement, leur salaire pourrait rester inchangé. Mais les chômeurs peu qualifiés auraient une meilleure chance de trouver un emploi, fût-il mal payé, et pourraient progresser par la suite.



- Arrêt des subventions aux syndicats.

Les syndicats, patronaux et salariaux, n'ont de légitimité que s'ils vivent en toute indépendance, des cotisations de leurs adhérents. L'arrêt des subventions et le retour au travail des dizaines de milliers de "permanents", notamment dans les entreprises publiques, serait une mesure éthique.

2/ Révolutionner l'impôt.

- Impôt unique de 13%.

L'impôt sur le revenu, la myriade de taxes (tva, habitation, télé, disques durs, boissons gazeuses, etc ... il y a en des centaines), l'impôt sur les plus-values, celui sur la fortune, tous ces impôts pourraient être remplacés par une taxe uniforme de 13% sur tous les revenus. Cela produirait un montant de recettes pour l'Etat égal au système actuel d'après certains calculs qui doivent être confirmés. Tous les citoyens deviendraient contribuables à partir du moment ou ils ont des revenus, même modestes, ce qui favoriserait le développement d'un esprit civique. Les niches actuellement exemptées, telles que la plus-value sur la vente d'une résidence principale ou d'oeuvres d'art, seraient taxées au même taux de 13%. La France, au lieu de faire fuir les entrepreneurs et les investisseurs, les attirerait, ce qui relancerait vigoureusement la croissance.



- Suppression des subventions et niches fiscales.

Les subventions et "niches fiscales" accordées aux entreprises n'ont plus lieu d'être à partir du moment ou le niveau des charges sociales et des impôts est réduit. De même pour les particuliers sauf pour les personnes incapables de subvenir à leurs besoins.


3/ Diminuer le coût de l'Etat.

- Suppression de l'ENA.

Je n'ai rien contre les grandes écoles (j'ai fait Centrale), mais je suis fondamentalement opposé à l'idée d'une école qui forme les dirigeants de l'Etat. Car cela crée une caste qui dispose de la réalité du pouvoir, quelle que soit la couleur du gouvernement. C'est un concept soviétique. L'Ena il ne faut pas la réformer, comme on en parle régulièrement, il faut purement et simplement la supprimer.



- Suppression des ministères inutiles.

On compte 15 ministres dans le gouvernement Merkel, 18 dans le gouvernement Monti, 7 dans le gouvernement suisse, ... et 37 dans le gouvernement Ayrault. Les 2/3 de ces ministères, qui servent surtout à distribuer des postes et des avantages aux amis politiques, pourraient être supprimés sans grand dommage.



- Diviser par quatre le nombre de députés et sénateurs.

Les Etats-Unis, plus de 300 millions d'habitants, élisent 435 représentants et 100 sénateurs. La France, 60 millions d'habitants, se paye 350 sénateurs et 577 députés! 50 sénateurs, et 150 députés ne seraient-ils pas suffisants, avec moins d'absentéisme?



- Fusion des départements et des régions.

Tout le monde le reconnait, le millefeuille administratif français coûte trop cher, il faut réduire le nombre d'étages administratifs. Cette mesure avait été partiellement envisagée par Sarkozy, qui a reculé face à la bronca des élus locaux.



- Réduire le nombre de fonctionnaires.

La France compte 90 fonctionnaires pour 1000 habitants, l'Allemagne seulement 50. Est-ce que l'administration française fonctionne mieux? je ne crois pas. Beaucoup des fonctionnaires français vont partir à la retraite dans les 10 ans à venir, c'est une chance. En ne les remplaçant pas, l'hexagone pourrait se rapprocher du niveau de l'Allemagne en une dizaine d'années.

4/ Limiter l'assistanat.

- Indemnités chômage limitées à 1 an et maximum 2500 euros/mois.

Le chômage coûte d'autant plus cher que la France a la durée d'indemnisation la plus longue (2 ans, et 3 ans au-dessus de 50 ans), et le montant d'indemnisation le plus élevé (le maximum est à plus de 6000 euros/mois). Evidemment ce système n'incite pas à se battre pour retrouver rapidement un emploi. Il faut revenir à un niveau de protection plus raisonnable.



- Attribution du RSA-socle sous conditions.

Deux millions de personnes touchent le RSA, certaines avec une activité, la majorité sans aucune activité, en tout cas déclarée. Pour ces personnes il semble juste de conditionner l'attribution du RSA-socle à un travail d'intérêt collectif (par exemple à mi-temps), selon les besoins définis par les mairies.


5/ Libérer le débat public.

- Suppression des subventions à la presse.

La presse française est sous le contrôle du gouvernement qui lui distribue des aides de manière arbitraire, pour un montant annuel de 1 milliard 200 millions d'euros. Il faut mettre un terme à cette dépendance, la presse deviendra plus libre et devra se réinventer pour retrouver des lecteurs et s'adapter à Internet.



- Privatisation des medias publics.

A l'époque d'Internet, conserver de couteuses télés et radios publiques n'a que très peu d'intérêt. Ces medias ne se différencient guère des medias privés, si ce n'est par un parti-pris idéologique comme France-Inter et France-Info.

- Referendum d'initiative populaire.



Sur le modèle de la Suisse, le referendum d'initiative populaire serait institué. Les Suisses votent sur toutes sortes de sujets 3 ou 4 fois par an, ce qui favorise un bon niveau de conscience politique dans le peuple, qui tranche directement les débats économiques ou de société. Leur système, éprouvé, pourrait être repris tel quel:

- pour déclencher un referendum contre un projet de loi du gouvernement, la barre serait fixée à 500.000 signatures (c'est 50.000 en Suisse). Cela permettrait d'éviter de mettre la France dans tous ses états à propos de retraites ou de mariage gay. On discute, on vote, et c'est décidé.

- pour soumettre un projet de loi nouvelle aux électeurs, il faudrait 1 million de signatures (100.000 en Suisse).

J'en suis convaincu, le meilleur moyen de faire évoluer une société, et d'éviter la confiscation du pouvoir par les castes, c'est bien de donner au peuple souverain le droit de légiférer. En France ce droit a été confisqué.



Je défends ces idées libertariennes pour lancer le débat: comment sortir la France de l'impasse?

Pour ceux qui ne me connaissent pas et qui nourrissent peut-être encore des illusions au sujet du socialisme, je les informe que je viens d'un milieu familial communiste militant. Je connais cette idéologie intimement, la vie m'a appris sa dangerosité, et pas seulement à l'Est. C'est bien elle qui a conduit la France là ou elle en est aujourd'hui. L'étatisme a contaminé tous les partis, PS, UMP, gauchistes, FN, qui communient dans la lutte contre un "hyper-libéralisme" fantasmé, tout en continuant de faire grossir l'Etat et la dette. Je ne me reconnais dans aucun de ces partis.



J'espère qu'un jour une révolution libertarienne fera sortir la France de l'impasse historique dans laquelle elle se trouve. Pour cela il faut des idées ... en attendant un jour une dame (ou un homme) de fer qui aura le courage et la capacité de les mettre en oeuvre.





Réponse de le 22/04/2013 à 21:56 :
@toto: un peu court ton commentaire :-) explique-nous en détail stp :-)
Réponse de le 22/04/2013 à 22:07 :
j'avais prévenu....
Réponse de le 23/04/2013 à 1:38 :
à Toto. C'est plein de bon sens. C'est aussi un doux rêve. Mais j'ai peur que la caste devienne de plus en plus autoritaire. Regarde seulement l'emprisonnement de quelques personnes qui ont manifesté contre un édifice religieux à Poitiers il y a six mois et qui sont encore sous les verrous. Est-ce juste ? Est-ce normal ? C'est grave à mon avis. Sans tes idées simples et pleines de bon sens, la situation va encore se détériorer. Et cela risque de bien mal finir. Ceux qui détiennent le pouvoir ne sont pas prêt de le céder ni d'apporter des réformes de simple bon sens, comme celles que tu énumères. Le peuple n'est plus souverain. Il y a un profond malaise. On sent confusément que rien ne va plus en France, comme dans d'autres pays d'Europe. L'avenir fait peur. La confiance est perdue. Qui peut encore avoir confiance après les mensonges et l'aplomb extraordinaire de ceux qui nous dirigent ? le pire semble bien être devant nous, d'autant que l'Euro, en explosant, pourrait bien laisser un véritable champ de ruines derrière lui. Avec des millions et des millions de laissés pour compte. Et quand la Rue gronde même les chars ne l'arrêtent. Ils pourront faire ce qu'ils veulent, ils auront intérêt à fuir si la situation devient vite incontrôlable. Rien de bien agréable pour notre pays moribond et surtout pour notre jeunesse. Courage quand même.
Réponse de le 23/04/2013 à 9:07 :
Oui c'est vrai, c'est ce qui risque d'arriver, mais il faut garder l'espoir et protéger ses économies en achetant de l'or physique, et gardé en dehors du système bancaire, chez vous ou ailleurs. L'or vous permettra une indépendance car il est échangeable dans le monde entier contre n'importe quoi. L'or décuplera sa valeur lorsque la monnaie papier euro disparaitra, et il mettra votre famille et vous memes des soucis financiers.
Réponse de le 23/04/2013 à 10:06 :
Désolé TOTO, mais la Grande Bretagne est dans un très mauvais état économique, son endettement est élevé, et David Cameron le premier à vouloir lutter contre les paradis fiscaux...pourquoi ? non pas pour confisquer l'argent , mais parce que l'ultra libéralisme ne réinjecte pas les richesses produites dans le système, il l'appauvrit, au seul profit d'une très petite élite, qui ne fait plus "retravailler son argent", car les milliers de milliards de dollars dans ces paradfis c'est quoi ? de l'argent qui dort..quant à ta vision des médias, où pour plus de "liberté" tu supprimes certaines radios...partisanes.?
a écrit le 22/04/2013 à 17:01 :
Et si l'idée n'était pas de tout savoir sur le citoyen pour lui confisquer tous ses avoirs comme cela s'est vu avec Chypre ? Il serait alors tellement simple de décréter du jour au lendemain la mainmise de l'état sur les avoirs de leurs ressortissants, ce ne serait ni la première fois ni la dernière ! On l'a vu dans d'autres temps.
a écrit le 22/04/2013 à 16:39 :
on avance, lentement mais on avance;
peut-être auront nous un jour la révélation de l'état réel du monde, de ce que possèdent réellement les trusts&assimilés et leur influence sur le monde, que sont donc devenues les immenses fortunes de l'empire britannique ? lui qui contrôlait une bonne partie de la planète, personne le le sait. Tous ces milliardaires de l'ombre seraient bien capable de créer une guerre à l'échelle mondiale uniquement pour qu'on ne farfouille pas et ne les dépouille de leur puissance.
a écrit le 22/04/2013 à 16:37 :
C'est pas le G20 qui décide du standard. C'est l'OCDE (et encore, on se demande pourquoi, pour une agence de développement). Ça devrait être clairement le GAFI et lui seul qui devrait fixer ce genre de règle
a écrit le 22/04/2013 à 16:35 :
L'interlocuteur prend ses rêves pour la réalité, pour le moment ce n'est pas un standard, le G20 a employé le conditionnel, j'attends de voir la position des USA qui impose au monde mais refuse des informations sur les titulaires de comptes aux USA.
Réponse de le 22/04/2013 à 18:20 :
Vous avez raison. Sans compter que les Etats-Unis ne donnent rien et prennent tout, pourquoi se priver, le monde s'incline. FATCA est un formidable outil de renseignement au niveau mondial sur les activités des individus et des sociétés, et ce, même s'ils se sont pas américains, puisque, dès lors qu'ils refusent de justifier de leur non-américanité, ils feront tout de même l'objet d'un reporting à l'IRS sur leurs revenus. J'ai du mal à comprendre qu'aucun gouvernement n'ait soulevé la question.
a écrit le 22/04/2013 à 16:34 :
Ca sent l'enfumage pour ceux qui ne font pas partie du "Club".. Pas un mot sur la City et le Delaware, au passage..
a écrit le 22/04/2013 à 16:29 :
Conclusion : les fabricants de coffres forts se frottent les mains. Ils ont du pain sur la planche. Les particuliers, professions libérales, et tous ceux qui font du black le déposeront dans des coffres. C'est pas plus mal.
a écrit le 22/04/2013 à 16:03 :
L'on comprend l'optimisme de la foi du charbonnier. L'optimisation fiscale s'ajoute aux collusions des politiques et gouvernants ainsi qu'à la truanderie institutionnalisée de la cavalerie financière appuyée par les inondations de fausse monnaie des banques centrales. Cela fait des "Himalaya"de trillions à révéler et apurer, un impossible défi. Ces annonces de pur principe, après six années depuis le krach de mi-2.007 et les simagrées des G 20 antérieurs, n'ont d'historique que des déclamations de circonstance en la situation de blocages entre les Etats concernés.
Réponse de le 22/04/2013 à 19:19 :
ne pas confondre les droits des individus et la liberté individuelle, et les mafieux politiciens, ce n'est pas une raison pour s'en prendre aux droits fondamentaux, et le respect de la vie privée, les enfers fiscaux n'ont qu'à pas être s'y écrasant, l'argent ne partirai pas en masse.
Réponse de le 19/07/2013 à 22:06 :
tout à fait d'accord il n'y aurait pas de paradis fiscaux s'il n'y avait pas d'enfers fiscaux ...donc toute cette agitation est stupide baissez les impôts , décrétez une amnistie générale et vous allez être surpris du résultat
mais là bien sûr vu les mentalités actuelles
on dira que je dèlire!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :