La BoJ a fait fondre l'excédent courant japonais d'un tiers en 2013

 |   |  378  mots
Le très fort endettement public du Japon est soutenable grâce à son excédent courant. Sa réduction à grande vitesse a donc de quoi inquiéter. (Photo : Reuters)
Le très fort endettement public du Japon est soutenable grâce à son excédent courant. Sa réduction à grande vitesse a donc de quoi inquiéter. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
L'excédent courant japonais a chuté d'un tiers en 2013, à 3.306 milliards de yens, à cause du yen faible qui a fait exploser le déficit commercial de 83%. Il s'agit de sont plus bas niveau jamais enregistré.

Ce n'est pas une surprise, même si la chute se fait plus brutale qu'attendu. En 2013, l'excédent courant du Japon, considéré comme le meilleur indicateur de la bonne santé d'une économie, s'est réduit d'un tiers, à 3.306 milliards de yens, soit 23,7 milliards d'euros au taux de change actuel. Il s'agit tout simplement de son plus bas niveau jamais enregistré.

Explosion de 83% du déficit de commercial

Le Japon doit cette chute spectaculaire de son excédent courant, sa marque de fabrique historique, à l'explosion de son déficit commercial qui ne cesse, trimestre après trimestre, de battre record sur record.

Sa progression de 83% au cours de l'année 2013 est de ce point de vue éloquente. En atteignant le record de 76 milliards d'euros au cours actuel, le déficit commercial du Japon est désormais supérieur à celui de la France, alors que la troisième économie mondiale est historiquement un pays d'exportation.

Le yen faible renchérit les importations

Cette perte s'explique par la forte montée des importations (+15%): leur montant a été mécaniquement relevé par la forte dépréciation du yen (21% face au dollar et 26% face à l'euro en 2013), entraînée par l'assouplissement considérable de la politique monétaire décidée en avril par la Banque du Japon afin de lutter contre la déflation.

La valeur des exportations a aussi grimpé (+9%), augmentée elle aussi par la chute du yen, mais pas suffisamment pour compenser le bond des importations.

Crainte pour la dette publique

Le Japon a même enregistré un déficit courant en décembre, le pire de son histoire, de 639 milliards de yens, soit environ 4,6 milliards d'euros. De nombreux pays, comme la France ou les États-Unis, vivent avec un déficit courant chronique, mais ils sont obligés de faire appel aux marchés étrangers pour se financer.

Les Japonais détiennent en très grande partie la colossale dette publique de leur pays. Mais l'apparition d'un déficit courant risque à terme de les exposer aussi aux marchés extérieurs. Si bien qu'une crise de la dette japonaise n'est pas à exclure à l'avenir.

Lire aussi

>> Les grands enjeux de 2014 : le choix du Japon, s'ouvrir ou souffrir

>> Faut-il craindre une explosion de la dette japonaise ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/02/2014 à 16:44 :
Il y a là quelque chose de surprenant ! On nous dit, jour après jour, que pour rééquilibrer les comptes de la France, il serait préférable de dévaluer, et pour cela de sortir de l'euro. Mais d'après cet article, ça ne marche pas... Des explications seraient bienvenues...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :