L’Ukraine annonce une récession de 3% pour 2014

 |   |  263  mots
Une mission du FMI est présente à Kiev depuis le 4 mars pour négocier l'octroi d'un prêt d'urgence à l'Ukraine. (Photo : Reuters)
Une mission du FMI est présente à Kiev depuis le 4 mars pour négocier l'octroi d'un prêt d'urgence à l'Ukraine. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
Le gouvernement ukrainien prévoit une chute de 3% du PIB pour cette année, après une croissance nulle en 2013.

L'économie ukrainienne sortira de cette révolution très affaiblie. C'est le constat de son ministre des Finances Olexandre Chlapak, qui a déclaré lundi s'attendre à "une baisse de 3% du Produit Intérieur Brut cette année".

Les troubles politiques paralysent une économie déjà affaiblie

La crise politique qui a paralysé le pays avait émergé en opposition au président Ianoukovytch, accusé d'avoir vendu l'Ukraine à la Russie, après que Vladimir Poutine ait proposé un prêt et une ristourne sur les prix du gaz. Déjà, fin 2013, l'Ukraine était au bord du défaut de paiement.

Après une croissance nulle en 2013, qui faisait elle-même suite à un an et demi de récession, la prédiction d'Olexandre Chlapak ne devrait pas rassurer les marchés, déjà réticents à prêter à l'Ukraine, dont la note a été dégradée par S&P à CCC, un cran avant le défaut de paiement avéré.

L'Ukraine compte sur l'aide internationale

Seul moyen de rassurer les investisseurs : obtenir une aide internationale. Les négociations vont bon train avec le FMI, auquel l'Ukraine demande au moins 15 milliards de dollars, et la Banque Mondiale, qui pourrait prêter jusqu'à trois milliards de dollars. Mais ces prêts ne sont pas gracieux : ils devront être accompagnés de profondes réformes économiques, exigées notamment par les Européens. Parmi elles figurent la fin des subventions des prix du gaz, mesure éminemment impopulaire.

Reste à savoir si le montant obtenu sera suffisant : l'Ukraine a estimé ses besoins à quelque 35 milliards de dollars sur deux ans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/03/2014 à 9:10 :
La frontière entre la Crimée et le reste du territoire Ukrainien est dans la tête des gens,l'Europe (où plus exactement les Usa) a mis en place les fachos au pouvoir pour un tiers de l'effectif,il ne faudra surtout pas venir ce plaindre du résultat dans un an.Nous pouvons dire un grand merci à Me Nuland pour avoir créé un désordre qui mettra des années à ce résorber.
a écrit le 26/03/2014 à 6:39 :
Pas grave, l'Europe va leur faire un gros cheque en blanc en bois et le FMI va les chouchouter avec un traitement a la Grec, qui annonce une hausse de 100% du prix du gaz (adieu les subventions d'Etat versees a la population), de +40% du prix de l'electricite et des baisses lourdes sur les pensions de retraite ! Et ce n'est que le debut. Ah oui, vive l'Europe et le FMI bien sur !
a écrit le 26/03/2014 à 0:56 :
C'est sur qu'il veulent venir dans l'Europe? La Russie n'est pas si loin et ils parlent la même langue....
a écrit le 25/03/2014 à 22:14 :
C'est que la crimée devait peser 3 % du pib alors...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :