Mouvements de troupes dans l'Est de l'Ukraine : l'armée de Kiev face aux séparatistes pro-russes

 |   |  390  mots
Des véhicules blindés arborant le drapeau russe ont fait leur entrée mercredi à Slaviansk, dans l'Est de l'Ukraine. Reuters
Des véhicules blindés arborant le drapeau russe ont fait leur entrée mercredi à Slaviansk, dans l'Est de l'Ukraine. Reuters (Crédits : reuters.com)
Depuis mercredi matin, la tension est montée d'un cran dans les villes de l'Est ukrainien. Le point sur la situation à la mi-journée.

Le bras de fer est engagé dans l'Est de l'Ukraine, à la veille des pourparlers de Genève. Moscou devrait y exiger une "fédéralisation" qui menace le pays d'éclatement, selon le gouvernement pro-européen de Kiev.

Les troupes gouvernementales déployées mais la mairie de Donetsk envahie

Sept véhicules blindés ukrainiens de transport de troupes ont traversé dans la matinée la ville de Kramatorsk. Les troupes gouvernementales y sont déployées depuis mardi soir à l'aérodrome militaire, dans le cadre d'une "opération spéciale" de reprise en main annoncée par le président ukrainien Olexander Tourtchinov.

Mais en parallèle, un groupe d'hommes cagoulés et armés a pénétré ce matin dans la mairie de Donetsk, grande ville de l'Est de l'Ukraine, où des séparatistes avaient déjà proclamé une "république souveraine". Les inconnus n'empêchaient pas les employés d'entrer et sortir du bâtiment, affirmant avoir pour seule revendication l'organisation d'un référendum sur la "fédéralisation" de l'Ukraine.

Des véhicules blindés arborant un drapeau russe à Slaviasnk

Une demi-douzaine de véhicules blindés de transport de troupes ont également fait leur entrée mercredi à Slaviansk, dans l'Est de l'Ukraine, ville emblématique de la dernière série d'insurrections pro-russes, contrôlée depuis dimanche par des insurgés armés. Le premier engin de cette colonne arborait ce matin un drapeau russe, a constaté un journaliste de Reuters.

A bord de chacun de ces véhicules se trouvaient une quinzaine d'hommes aux treillis dépareillés, sans insigne, mais avec des rubans de Saint-Georges orange et noir, ordre honorifique des forces armées russes. Après avoir salués la population, les véhicules se sont arrêtés devant la mairie, qui est occupée par les séparatistes pro-russes.

Kalachnikovs et lance-grenades

Ces hommes, pour certains cagoulés, étaient armés de kalachnikovs, de lance-grenades, de poignards et de pistolets selon un journaliste de l'AFP.

Les services spéciaux ukrainiens ont à nouveau accusé les groupes armés pro-russes d'avoir reçu l'ordre de "tirer pour tuer", faisant encore monter la pression. Le ministère de la défense a d'ailleurs affirmé que deux militaires avaient été "pris en otages" mardi dans la région de Lougansk.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/04/2014 à 12:18 :
Les polonais et suédois avaient vu juste il y a plusieurs semaines : "Après le fait accompli de l’annexion de la Crimée, la Russie cherche à créer une zone tampon entre la Russie et l’Ukraine occidentale ; elle va continuer à tenter de déstabiliser la partie orientale du pays et poursuivre sa campagne de désinformation pour créer en Occident l’impression que l’Ukraine est un pays divisé, fragmenté et non contrôlé, un État failli. Autrement dit, qu’il s’y développe une situation inacceptable pour l’Europe. L’objectif de Moscou, c’est de créer une ceinture de l’est au sud de l’Ukraine en continuité avec la Transnistrie."
Réponse de le 18/04/2014 à 14:58 :
Les Polonais sont fondamentalement anti-russe, des blessures de la dernière guerre sans doute. L’Ukraine est déstabilisé car c'est un pays qui a reçu une grande immigration Russe du temps de l'URSS (c'était comme en Europe maintenant, allez vous installer où vous voulez ! Majorque deviendra bien Allemande un jour...), ça c'est la glycérine.
Et la révolte récupéré par les Ultra Nationalistes pour accéder au Pouvoir, ça c'est le Nitro...
Ben la Nitroglycérine, ça pète et ça fait des dégâts, fallait juste une allumette, incriminer la Russie, c'est ne pas connaitre l'Ukraine
a écrit le 17/04/2014 à 12:05 :
Le procureur général, le ministre de l'intérieur et le chef des services de sécurité ukrainiens ont présenté les premières conclusions de l'enquête sur les tueries qui ont lieu sur Maïdan, la place de l'Indépendance, pendant le soulèvement qui a abouti à la chute du président Viktor Ianoukovitch. Au plus fort des violences, du 18 au 21 février, près de 90 personnes avaient été tuées. « TOUT A ÉTÉ COORDONNÉ » Selon Valentin Nalivaïtchenko, chef des services de sécurité ukrainiens, « des agents du FSB [les services secrets russes] ont participé à la planification et à la mise en œuvre de la soi disant opération anti-terroriste». M. Nalivaïtchenko a également précisé que Viktor Ianoukovith « a donné l'ordre criminel (...) autorisant l'usage des armes contre les manifestants ». « Tout a été coordonné par des membres des forces de l'ordre » a insisté le ministre de l'intérieur, Arsen Avakov. Plus tôt dans la matinée, douze membres des anciennes forces spéciales antiémeutes, les « Berkout », principaux acteurs de la répression, avaient été interpellés. « Il s'agit d'une unité baptisée 'unité noire', dédiée aux opérations spéciales, qui a distribué des armes, dont des fusils de snipers » , a déclaré le procureur général d'Ukraine, Oleg Makhnitski. Les services secrets russes du FSB ont admis que l'un de leurs hauts responsables se trouvait à Kiev pendant les tueries de février dernier, lors des manifestations de la place de l'Indépendance. "Nous confirmons que (le général du FSB) Sergueï Besseda se trouvait à Kiev les 20 et 21 février" a admis le puissant organisme d'espionnage et d'intervention FSB.
a écrit le 17/04/2014 à 12:00 :
«Derrière les forces d’auto-défense de Crimée, bien sûr, se trouvaient nos militaires. Ils se sont comportés de manière très correcte», a déclaré Poutine. «Il fallait protéger les gens», a-t-il ajouté, lors d’une séance de questions-réponses télévisée. Vladimir Poutine a déclaré que la seule issue pour le pouvoir ukrainien était le «dialogue» et non le recours à la force qui mène le pays vers le «gouffre». «Ce n’est que par le dialogue, lors de procédures démocratiques, et non en utilisant les forces armées, les tanks et l’aviation que l’on peut mettre de l’ordre dans le pays», a-t-il indiqué.
Réponse de le 17/04/2014 à 12:13 :
C'est vrai qu'en Géorgie et en Crimée Poutine a privilégié le "dialogue" et que les 40.000 soldats, chars, avions etc à la frontière ukrainienne c'est peut-être pour une soirée casquée Daft Punk !
Réponse de le 17/04/2014 à 12:24 :
Là ça frise la dépression profonde...
a écrit le 17/04/2014 à 7:30 :
Les blindés ayant rejoint les forces rebelles viennent de la brigade de Dniepropetrovsk connue pour son incompétence et ses liens étroits avec le régime de l'ex-président Ianoukovitch. L'essentiel de son équipement est d'origine soviétique et date des années 1970. L'armée a été complètement délaissée par l'État ukrainien durant ces dernières 23 années, elle arrive loin derrière la police et la sécurité d'État (SBU) en terme de priorité. En faire partie est peu prestigieux. Les officiers reçoivent des salaires quatre fois inférieurs à ceux de leurs collègues russes. La désorganisation de l'armée ukrainienne est connue de tous. L'expert militaire russe Rouslan Poukhov note qu'elle est peu mobile et mal disposée: la plupart de ses bases sont orientées à l'ouest, un héritage de la guerre froide. Déployer une unité comme la 95eme BA basée à Jitomir aurait signifié une déclaration de guerre aux Russophones de l'Est et à la Russie : elle est composée en majorité de Galiciens et fait partie du Partnership for Peace program.
Réponse de le 17/04/2014 à 7:45 :
Toujours répéter la même chose en boucle. Les patrons du troll dorment et ne lui ont pas communiqué des nouveaux éléments de langage en provenance du département d'état US...
Réponse de le 17/04/2014 à 11:48 :
Le FSB réclame au Facebook russe les pro-européens. Le Service fédéral de sécurité russe (FSB, ex-KGB) a demandé au site VKontakte, le premier réseau social russe, de lui remettre les données personnelles des organisateurs du groupe Euromaïdan, central dans la contestation pro-européenne en Ukraine, révèle mercredi soir son fondateur.
a écrit le 17/04/2014 à 6:00 :
On assiste à la suite de l'écroulement de l'Urss, la Russie se raccrochant à des invasions de pays faibles pour tenter de cicratiser ses complexes. Invasions qui vont lui coûter plus qu'autre chose. Bilan global et à terme négatif, les invasions laissent toujours des traces.
Réponse de le 17/04/2014 à 6:27 :
Les militaires ukrainiens des garnisons de l'Est ont deja commence à rallier les pro-russes ! Oups, la caste BHL, Cohn Bendit, Nulland, Fabius, Barroso, Barack Bush n'avait pas prévu cela ! Zut alors !
Réponse de le 17/04/2014 à 9:32 :
Cette caste-là on pourrait bien la mettre sur la ligne de front, ainsi on en serait plus vite débarassés.
Réponse de le 17/04/2014 à 11:55 :
Il n'y a pas de front puisqu'il n'y a pas de troupes russe, vous devriez connaître la réthorique stalino-poutinienne, ce sont des promeneurs masqués dans les bois la nuit, que font-ils, je vous le demande ?!
a écrit le 17/04/2014 à 6:00 :
On assiste à la suite de l'écroulement de l'Urss, la Russie se raccrochant à des invasions de pays faibles pour tenter de cicratiser ses complexes. Invasions qui vont lui coûter plus qu'autre chose. Bilan global et à terme négatif, les invasions laissent toujours des traces.
a écrit le 17/04/2014 à 3:27 :
Les russes sont de moins en moins bien vus dans le monde. Le bilan de leurs invasions risque d'être lourd.
a écrit le 17/04/2014 à 0:59 :
Les US vont devoir battre en retraite. Ce ne sera pas la première fois, notez...
Réponse de le 17/04/2014 à 3:18 :
commentaire de propagande bolchévique stalino-poutinienne
a écrit le 16/04/2014 à 23:22 :
Poutine nous donne une belle occasion de renforcer l'Europe, l'Union, la défense, la transition énergétique etc. Ses plans se concrétisent. La création de bases importantes proches de la Baltique, sa politique en Syrie etc sont conformes à ses déclarations précédentes de reconstitution d'une Urss. Il est temps aussi d'ouvrir les yeux sur les partis séparatistes type FN qui soutiennent mot pour mot la politique invasive de Poutine et qui pactisent avec lui sans doute en échange de financements.
Réponse de le 17/04/2014 à 3:20 :
@ Le FN : bien vu en effet et çà commence à se savoir heureusement. Cà permet de voir les visées de Poutine et du FN
Réponse de le 17/04/2014 à 7:25 :
On se parle à soi même maintenant ? Bon bientôt le retour à la case départ du chômage ... Ça va être dur de tenir en entretien d'embauche sans ressortir les éléments de langage de la CIA au recruteur !!
Réponse de le 17/04/2014 à 7:39 :
La vérité dérange le FN on dirait.
Réponse de le 17/04/2014 à 7:39 :
La vérité dérange le FN on dirait.
Réponse de le 17/04/2014 à 7:47 :
Plus rien à dire, des phrases creuses, ça sent le burn out pour le petit troll de l'UE. Bon vu ses perspectives d'embauche, on comprend sa déprime ...
Réponse de le 17/04/2014 à 11:57 :
L’extrême droite FN montre ouvertement sa sympathie pour le régime russe, qui le lui rend bien. En France, la convergence des vues du Front national et des officiels russes est de notoriété publique. La radio publique, «La voix de la Russie», invite volontiers dans ses studios les représentants du nationalisme français. Marine Le Pen, elle-même, a soutenu publiquement l’annexion russe de la péninsule, reprenant sans sourciller la rhétorique poutinienne.
Réponse de le 17/04/2014 à 12:28 :
Le Pen roule pour le nationalisme ok, on a compris ! Mais le troll de permanence, on a compris qu'il roule en CDD pour ses patrons, les technocrates UE corrompus et vassaux serviles des banksters de Wall Street...
a écrit le 16/04/2014 à 23:09 :
désolé ! pour les Russophones les troupes de Kiev avancent , l'ensemble de la région pratiquement sous contrôle , impossible de faire retraite pour certains encagoulés, faudra qu'ils paient comptant !
a écrit le 16/04/2014 à 18:57 :
Les militaires ukrainiens des garnisons de l'Est ont deja commence à rallier les pro-russes ! Oups, la caste BHL, Cohn Bendit, Nulland, Fabius, Barroso, Barack Bush n'avait pas prévu cela ! Zut alors !
Réponse de le 16/04/2014 à 19:08 :
Vous oubliez Catherine Asthon, dont les positions pro-putschiste ont été mise à nue par la conversation avec Estonian Foreign Minister Urmas Paet. Enregistrement révélé par les services secret Ukrainien (ils doivent pas trop pro-fachos ceux là) et confirmé par Urmas Paet. Et encore disponible sur YouTube pour les septiques !
Réponse de le 16/04/2014 à 23:30 :
Amusant de vous voir parler de putschistes quand dans les faits ce sont les russes qui envahissent la Crimée puis l'Ukraine. Les putschistes sont sympas comparés à Poutine qui ment à longueur de journée. Si j'avais à choisir je choisirais les putchistes car au moins ils tentent de défendre leur pays souverain contre la corruption de Yanoukovitch pro-russe et l'envahisseur Poutine. Vous vous raisonnez comme des collabos qui préférez l'envahisseur. C'est souvent signe de trouille.
a écrit le 16/04/2014 à 18:21 :
Bon travail de Kiev , maintenant les forces hostiles en présences vont être limitées dans leurs nuisances , il faut habiliter les militaires a effectuer un travail de police et de maintient de l'ordre. Pour les plus dangereux qui se livreraient à des tirs dangereux , l'armée doit avoir la possibilité d'intervenir dans cette situation exceptionnelle . Le plus gros travail est l'interpellation des forces venues de l'étranger et de les identifier .
Réponse de le 16/04/2014 à 18:52 :
Ben non c'est pas le plus gros travail, ils ont des AK 100 bien identifiable on vous dit!!
Réponse de le 16/04/2014 à 19:19 :
Commentaires à peu près aussi ridicules que ceux d'un Nelson Montfort sur une épreuve de patinage artistique ...
Réponse de le 16/04/2014 à 22:04 :
Dans la presse ce soir: "La confrontation avec les insurgés prorusses de l'est de l'Ukraine a tourné à la déroute pour les forces ukrainiennes, mercredi 16 avril. Malgré le lancement d'une opération « antiterroriste » d'envergure, ces dernières ont accumulé les revers, parfois symboliques, parfois simplement humiliants." Voilà votre "bon travail de Kiev" !!! renseignez-vous mieux la prochaine fois. Bonne pêche !
Réponse de le 16/04/2014 à 23:13 :
arrêtez de regarder la télévision d'état " Ria Novosti" car vous serez en erreur .
a écrit le 16/04/2014 à 17:19 :
En attendant, la vieille Europe se dirige vers une espèce de guerre froide marquée par des attitudes autodestructrices anti-russes et aveuglement pro-USA, la Chine ne perd pas le temps et elle essaie de consolider et d'améliorer ses affaires. L'attitude d'Etats-Unis mène à des conflits et de morts, cependant toujours hors de leur frontières; celle-là de la Chine, aux relations constructives.
Réponse de le 16/04/2014 à 18:40 :
Noble effort, Bashô, mais la raison n'a pas sa place ici dans ce forum.
a écrit le 16/04/2014 à 17:07 :
Poutine n'a pas compris l'évolution et le futur des peuples, il reste fixé aux années du pacte de Varsovie. Ce qu'il ne voit pas, l'Europe populaire est en marche et passera par la Russie quoi qu'il fasse maintenant avec une autoroute Berlin Moscou et Pékin , d'ailleurs les Chinois s'y préparent et souhaitent se rapprochement des peuples .
Réponse de le 16/04/2014 à 21:04 :
Vous êtes resté bloqué sur les mensonges que vous servent les médias ?
Allez pépé, une tisane et au lit.
a écrit le 16/04/2014 à 15:24 :
Vous oubliez simplement cher média pro-occidental que les mêmes blindés Ukrainiens de Kramatorsk se sont solidarisés avec la population pro-russe, et ce sont ces mêmes blindés avec cette fois des drapeaux russes qui ont rejoint Slaviantsk...un simple détail occultée par la propagande de l'Otan..
Réponse de le 16/04/2014 à 17:03 :
Vous avez tout à fait raison mais il est quasiment impossible d'enlever les oeillères à quelques-uns.
Réponse de le 16/04/2014 à 22:35 :
Léger...: il a sans aucun doute mani[ulation e part et d'autre, mais comme les "po-russes" ne portrent pas d'insignes, on a du mal à savoir qui ils sont :-) Alors que l'annexion de la Crimée avait une certaine légitimité contestable et constestée, le démantèlement de l'Ukraine est une invasion pure et simple que l'on ne doit pas permettre.Cela ressemble maintenant à la politique d'Adolf et si on ne les arrête pas maintenant, jussqu'3 les Russes iront-ils ? Vont-ils clamer que la Pologne, la Tchéquie, la Roumanie, la Bulgarie, etc., étaient récemment sous leur emprise et doivent donc leur revenir ??
a écrit le 16/04/2014 à 15:15 :
Il semble que la partie entière de Kharkov à Odessa sera une nouvelle partie de la Russie ; ou alors une pseudo république indépendante. Quelle déculottée épique pour la politique nord-américaine et de l'Union Européenne !
Réponse de le 16/04/2014 à 15:24 :
Impossible ce que vous dites , la maitrise du terrain pratiquement sous contrôle pour cette raison qu'ils sont restés derrière leur frontière a protesté et à vomir leur absurdités alcoolisés .
Réponse de le 16/04/2014 à 16:59 :
Pour un "instructeur" vous avez l'air plutôt borné. Circulez, y a d'autres sources plus dignes de foi que celles que vous lisez. 'vous en prie.
Réponse de le 16/04/2014 à 18:45 :
Vos sources sont pourries , les reportages des journalistiques étrangers sont suffisants pour comprendre la manœuvre de l'armée Ukrainienne et ils sont sur la bonne voie .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :