Violences en Ukraine : va-t-on vers la guerre ?

 |   |  339  mots
A l'ONU, Moscou est accusé de masser des forces près de l'Ukraine. / Reuters
A l'ONU, Moscou est accusé de masser des forces près de l'Ukraine. / Reuters (Crédits : reuters.com)
La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, violences en Ukraine, va-t-on vers la guerre ?

10ème réunion infructueuse du Conseil de sécurité de l'ONU à propos de la situation en Ukraine. Déclenchée en urgence sous la demande de Moscou, cette "consultation informelle" fait suite au lancement, dimanche matin, par Kiev, d'une "opération anti-terroriste" de reconquête contre les groupes armés pro-russes dans l'est de l'Ukraine.

Attaque de séparatistes dans la ville ukrainienne de Horlivka

La situation est toujours très tendue, lundi 14 avril, dans l'est de l'Ukraine, où des séparatistes pro-russes tiennent tête au gouvernement pro-européen de Kiev. Lundi après-midi, des manifestants se sont emparé d'un nouveau commissariat, celui de la ville d'Horlivka, dans la province de Donetsk. Plusieurs centaines de personnes ont pris d'assaut le siège de la police dans cette localité de quelque 250 000 habitants, jetant des pierres et mettant le feu à des bureaux.

Alors que la possibilité d'un référendum sur le statut du pays a été émise, ce lundi, par le président intérimaire Oleksandre Tourtchinov, cette contre-offensive représente-t-elle un pas de plus vers la guerre ?

28 minutes

MISE AU POINT
Par Sandrine Lecalvez

 

RETROVISEUR
Par Marc-Antoine Deporet

Le Conseil de sécurité des Nations unies  
24 octobre 1945 : Au lendemain de la seconde guerre mondiale se tient, à Londres, le premier Conseil de sécurité de l'ONU. Retour sur la création du saint des saints où siègent désormais 5 membres permanents (États Unis, Union Soviétique, Royaume-Uni, France et Chine) et 10 membres non-permanents.

 

VU D'AILLEURS
Par Juan Gomez

Syrie : Assad n'est pas Ianoukovitch  
« Dites à Poutine que je ne suis pas Ianoukovitch. Je ne partirai pas. »
Le message est clair et il est signé du président syrien. Aucun doute, Bachar al-Assad et Vladimir Poutine font bloc, ils se soutiennent mutuellement coûte que coûte. Des liens indestructibles ?

 

DEBAT
Pour en débattre, Cécile Vaissié, professeur en études russes à l'Université Rennes 2 , Anna Jaillard-Chesanovska, journaliste et porte-parole du Collectif Euromaidan France et Dominique David, directeur exécutif de l'Ifri - Institut français des relations internationales.

 

>>> Suivez 28 minutes sur le site de l'émission
sur Twitter @28minutes
 et sur Facebook

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/04/2014 à 8:38 :
Une Guerre = baisse de la courbe du chômage et disparition des non qualifiés avec en plus une petite attaque bactériologique pour vider des territoires entiers et tout çà sous pretexte de droits de l'homme.Il faut simplement calmer les va t en guerre à coup de gourdin s'il le faut avant qu'il soit trop tard
a écrit le 15/04/2014 à 22:16 :
La guerre, cela sonne comme le nom et le résumé de toutes les misères humaines, celles que s’infligent les nations dans ces combats pour la vie et la domination, mais aussi comme la désignation de ces conflits d’intérêts qui font l’économie, la politique et peut-être le fond des relations sociales. Que cela soit un mal paraît une évidence, surtout du point de vue des victimes. Cependant, c'est un mal nécessaire. Hélas, Poutine n'y est pour rien.
Réponse de le 15/04/2014 à 23:26 :
Poutine n'y est pour rien ? Si complètement. S'il n'avait envahi la Crimée et placé ses troupes aux frontières et maintenant agiter l'Est de l'Ukraine avec ses troupes spéciales déguisées mais munies d'AK100 spécifiques, tout pouvait être réglé. Tout comme en Syrie, une intervention de l'Onu dans les 6 mois pour stopper les maltraitances de Bachar sur son peuple n'aurait pas entraîné plus de 160.000 morts, le désastre et conséquences que l'on voit dont est responsable le droit de véto de Poutine à l'Onu.
Réponse de le 16/04/2014 à 6:10 :
Oui c;est Poutine qui est responsable parcequ'il a finance et renverse un president elu a Kiev N'est-ce pas? S'il fallait toujours proceder ainsi quand une partie de la population n'est pas d'accord avec la politique du presdent, Hollande serait-il encore president en France? Obama se serait-il encore aux USA?
a écrit le 15/04/2014 à 12:49 :
manipulation de la population. troubles créé par des extrémistes a la solde de poutine.
Réponse de le 15/04/2014 à 13:04 :
comme sur la place Maidan, un joli retour de baton.
a écrit le 15/04/2014 à 12:27 :
Oui svp, une bonne guerre serait bonne pour l'economie de l'Ouest, a coups de drones, on s'en ficherait des dommages collateraux (comme en Irak ou Afghanistan) ce qui compte dans ce monde cynique c'est de se gaver dès que l'on peut.
a écrit le 15/04/2014 à 10:55 :
Je n'ai pas vu a Maidan des gens systematiquement armes avec des ak-74 comme c'est actuellement le cas dans l'est de l'Ukraine.
Réponse de le 15/04/2014 à 17:15 :
Vous pensiez que toute cette histoire aller se terminer avec des bouquets de fleurs ? Quand l’extrême droite conquière le pouvoir en bafouant la démocratie, ça se termine toujours très mal, il va falloir un miracle pour que l'Ukraine ne termine pas en Guerre civile
Réponse de le 15/04/2014 à 23:34 :
François a raison, Maïdan c'est un problème interne à l'Ukraine. A l'Est c'est une invasion russe avec des AK100 spécifique aux armées russes. Et sur la frontière Est les images satellites sont édifiantes de l'accumulation des troupes russes. Et les escarmouches avec les russes en Baltique aussi. Et en Turquie aussi qui doit régulièrement faire décoller son aviation de chasse. Et j'en passe.
Réponse de le 16/04/2014 à 19:24 :
Même TF1 (ça doit être votre niveau) n'est pas aussi catégorique sur les Russes, mais où allez vous cherchez tout ça !!!
a écrit le 15/04/2014 à 10:37 :
Toujours la même analyse : d'un côté, les méchants russes, de l'aute les gentils américains. Où est l'information dans tout ça ?
Réponse de le 15/04/2014 à 11:01 :
Personnellement, si je devais avoir un choix entre ces 2 pays. Je preferai largement les US que la Russie. Aux US, au moins, on est libre. La Russie est un pays de mafieux.
Réponse de le 15/04/2014 à 11:12 :
Cette remarque n'apporte pas de plus-value
Réponse de le 15/04/2014 à 11:34 :
Aux USA comme en occident, tu es libre d’avoir la pensée unique.
En Russie on t’impose une pensée.

Perso, je trouve ça plus saint et moins manipulateur !
Réponse de le 15/04/2014 à 11:50 :
@plusserieux : pourquoi faut-il faire un choix ? Moi, je n'en choisis aucun, la France ne devrait en choisir aucun.
Réponse de le 15/04/2014 à 17:14 :
On est bien d'accord sur ce point.
Réponse de le 15/04/2014 à 23:38 :
L'Ukraine c'est l'Europe donc çà nous concerne. Poutine n'a pas à envahir l'Ukraine. Il rêve de reconstituer l'Urss et cà va évidemment être source de conflit s'il ne change pas de direction. Si Staline avait envahi l'Europe, cà n'a jamais été le cas des Etats-Unis qui nous ont aidé. Le problème n'est pas les russes mais Poutine, tout comme l'était Bush Junior.
a écrit le 15/04/2014 à 10:34 :
Logique. Drapé de sa lâcheté, l'Oncle Sam pousse en cela la Russie. Provocations en tout genre, propagande massive des médias ayant pour objectif de désigner l'"ennemi" trouvé par l'intermédiaire de la crise provoquée intentionnellement sur le territoire ukrainien. Ce n'est pas pour rien que l'Otan est sorti du chapeau ! La crise financière et économique dans laquelle le monde est plongée grâce aux états unis en vaut bien la peine, non ? Quelle belle porte de sortie !!!
Réponse de le 15/04/2014 à 23:53 :
Vous délirez souvent ? Quand l'économie ukrainienne en 2004 avait une croissance de 12% il n'y avait pas de crise. Le premier coupable c'est Yanoukovitch, un pion de Poutine comme il en a plein dans les pays de la CEI, qui a été élu avec des bourrages d'urnes dans l'Est. Manque de bol pour Poutine il n'a pas su gérer le pays qui est tombé en crise d'autant qu'il a été pillé. En quoi les américains sont-ils responsables ? De même si Poutine n'était pas intervenu en Crimée, et en Ukraine de l'Est à présent avec ses forces spéciales agitatrices, ou ne massait pas des troupes aux frontières etc le problème serait simple. Alors allez faire votre propagande poutinienne stupide ailleurs si vous trouvez des idiots pour la gober.
Réponse de le 16/04/2014 à 14:17 :
Vous confirmez sans le vouloir que la révolution de 2004 a été fomenter !
Pour voudriez vous qu'un peuple se soulève pour l'Occident quand il y a 12% de croissance ? Il a bien fallu les aider un peu avec plein de goodies Orange !!
a écrit le 15/04/2014 à 10:18 :
le pire est toujours possible , cela rappelle la fin des années 30 , personne ne voulait au départ mourir pour les polonais , les exigences d'hitler sur le couloir de dantzig a mené l'Europe a la catastrophe et le 1.9.1939 hitler invente un prétexte pour s'emparer des territoires polonais , ce scénario poutine le connais fort bien et essaie un remake en ukraine , il n'a jamais toléré la fin de l'URSS qui reste sur l'estomac , il sait fort bien qu'en cas de guerre , l'Otan ne pas de moyens extra-ordinaires , que les USA ne veulent pas d'un conflit ouvert avec la Russie , qu'une guerre locale est possible et que les pays voisins s'impliqueront plus ou moins et c'est cela le vrai risque , le domino et les alliances interposées , la boite de pandore est presque ouverte helàs
Réponse de le 15/04/2014 à 10:38 :
Votre comparaison est intéressante. Les contemporains, à commencer par Hitler, n'imaginaient pas une seconde que la France et l'Angleterre feraient la guerre pour la Pologne! Après tout les Occidentaux avaient laissé tomber l'Autriche et la République tchèque sans broncher. Mais ce qui a changé depuis les années 1930 c'est l'arme nucléaire qui est devenue la meilleure garantie de paix! Aucune grande puissance ne peut déclarer la guerre à une autre sans risquer la fin du monde.
Réponse de le 15/04/2014 à 11:06 :
Vous oubliez une chose important. La Russie a besoin du reste du monde pour son économie. En cas de guerre, l'europe trouvera son gaz ailleurs (peut etre plus cher mais elle en trouvera). La Russie, elle n'aura aucun allié. Même la chine se rangera au coté des US (la chine détient énormément des bons du trésor américain et le marché européen est trop important). En 1 an, la russie sera ruinée. Meme pas besoin de faire une guerre, le peuple russe se révoltera tout seul.
Réponse de le 15/04/2014 à 11:48 :
Personnellement, je ferai le même comparatif, mais je mettrai l’occident à la place de la Russie !
Ce n’est pas la Russie qui a formenté une révolution dans un pays afin d’annexer son économie. Parce que depuis que le nouveau gouvernement est en place, on a signer un pléthore de traité afin d’ouvrir le marché Ukrainien à nos entreprises (et sans ouvrir le notre à leurs entreprises…).
Ce n’est pas la Russie qui impose un pouvoir illégitime et non élus aux Ukrainiens.
Nous avons commencé par la Yougoslavie (Autriche, République Tchèque), et personne n’a rien dit, alors, on continue avec l’Ukraine (Pologne).

Rassurez vous… Contrairement à ce que nos médias disent, la Chine et les pays « BRIC », ne sont clairement pas prêt à suivre l’occident dans cette histoire… tout comme les pays Africain, du moyen-Orient, d’Asie etc…
Vous cherchez nos amis dans le monde ? Corée du Sud, Japon, Arabie Saoudite (et encore). La puissance écrasante des Etats-Unis permet de conserver cet équilibre fragile, mais le colosse Américain a un pied d’argile…
Réponse de le 16/04/2014 à 0:24 :
Testatio il faudrait que vous nous expliquiez en quoi les Etats-Unis ont fomenté une révolution en Ukraine car le pays ne représente rien pour eux ? Quant à l'Europe il est logique qu'elle coopère avec l'Ukraine comme par ailleurs avec la Russie. Pas besoin de fomenter une révolution pour çà comme vous pouvez le constater dans les échanges commerciaux déjà nombreux. Vous oubliez que Yanoukovitch signait des accords privilégiés avec les entreprises russes. Que le système mis en place dans les pays de la CEI est un système centralisé pro-pouvoir Poutine pour faire simple. Donc prétendre que l'Occident ou l'Europe est en tort et que le bon monsieur Poutine bien actif en Syrie, Egypte, Baltique etc est resté neutre est d'une fausseté incroyable. Pas besoin de fomenter une révolution quand un pays est aussi mal géré que l'Ukraine par le pion de Poutine, Yanoukovitch qui l'a pillé avec sa bande comme Poutine pille aussi beaucoup la Russie avec sa maffia, vous en avez la preuve dans la difficultée de l'écononomie russe à se diversifier et s'étendre à la Russie entière malgré les ressources. Quant aux pays que vous citez, leur histoire est pleinement européenne, ce n'est plus l'Urss et ils ont fait librement et clairement leur choix. La Russie a aussi une grande partie dont l'histoire est pleinement européenne. L'Urss est une invasion de l'Europe et n'est qu'une parenthèse dans cette histoire. L'Europe n'avait aucunement l'intention d'intégrer l'Ukraine et le gouvernement proposé par le parlement ukrainien élu n'est là que pour pour organiser des élections et donc pour 3 mois au total. Poutine a envahi la Crimée et tente de faire de même à l'Est de l'Ukraine et vous approuvez. C'est une invasion, digne de Staline ou Hitler, dans un pays souverain. Quant aux accords de l'Ukraine signés avec l'Europe, ils ne sont pas pléthoriques mais normaux, tout comme ceux que peut signer Poutine avec l'Ukraine ou d'autres pays et conformes à ceux que l'on peut signer avec un gouvernement de transition donc pouvant être remis en cause. Vous accusez nos médias mais nos médias, eux, sont divers et on n'assassine pas des journalistes ou ferme des médias comme en Russie de Poutine. Quand on manifeste, on n'a pas des amendes de plusieurs centaines de millirs d'euros et on ne va pas plusieurs années en Sibérie ni même si un goupe chante dans une église 30 secondes comme les Pussy Riot ou Greenpeace. Enfin en ce qui concerne vos pronostics de partenaraits mondiaux, l'invasion de Poutine n'a pas été appréciée pas la majorité des pays de l'Onu toute comme celle de la Géorgie jamais reconnue, et ce serait sans doute pire si Poutine va encore plus loin en Ukraine, comme il en a très envie, sous de faux prétextes comme d'habitude.
Réponse de le 16/04/2014 à 1:22 :
Tout est dans le livre "Le grand échiquier" de Zbigniew Brzezinski, écrit en 1997 (conseillé spécial aux USA). Vous pourrez y lire que pour le maintien de l'hégémonie américaine au 21ème sicle, il faudra retirer l'Ukraine à la Russie pour qu'elle perde définitivement son statut d'empire. C'est un livre américain que je site, donc franchement, ne me parlez pas de Poutine (dans cette histoire, lui ou un autre président....)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :