"L'Algérie reste économiquement et politiquement dépendante de la France"

 |   |  494  mots
Pour l'économiste et homme politique Kamal Benkoussa, l'Algérie reste une chasse gardée de la France. Pourtant, selon lui, une plus grande ouverture à d'autres partenaires lui permettrait de mieux se développer. (Photo : Reuters)
Pour l'économiste et homme politique Kamal Benkoussa, l'Algérie reste une chasse gardée de la France. Pourtant, selon lui, une plus grande ouverture à d'autres partenaires lui permettrait de mieux se développer. (Photo : Reuters) (Crédits : Reuters)
Pour Kamal Benkoussa, économiste et candidat malheureux à l'élection algérienne en 2014, la volonté de Laurent Fabius de maintenir la France au rang de premier partenaire économique de l'Algérie est réaliste. Mais cela se fera au détriment du développement du pays qui, selon lui, aurait tout à tirer d'une saine concurrence entre les partenaires du pays.

"La France entend être et rester le Premier partenaire économique de l'Algérie", a martelé lundi le ministre des Affaires étrangères français Laurent Fabius, lors d'une visite à Alger. La deuxième économie deuropéenne est encore le principal partenaire économique de l'Algérie, grâce notamment à sa position de premier investisseur dans le pays. Mais elle est désormais talonnée par la Chine qui lui a ravi, fin 2013, sa position de premier fournisseur du pays méditerranéen.

Kamal Benkoussa, économiste diplômé de Dauphine et de HEC Montréal, "partner" chez Goldenberg Hehmeyer & CO. à Londres et candidat malheureux à l'élection présidentielle algérienne en 2014, estime malgré tout que la France est encore en Algérie pour longtemps, tant son influence sur les dirigeants politiques de son pays est grande. Explications.

Que pensez-vous du souhait du chef de la diplomatie française?

Les propos de Laurent Fabius sont réalistes dans la mesure où historiquement l'Algérie est une chasse gardée de la France. Il y a beaucoup de lobbies français qui bloquent l'accès au marché algérien à de nombreux autres pays comme le Royaume-Uni par exemple.

La France ne quittera pas l'Algérie. Elle a pris la mesure du risque lié aux nouveaux arrivants sur ce marché et s'organise en conséquence.

Le partenariat d'exception entre Paris et Alger, et les liens renforcés entre les dirigeants français et algériens vont-ils dans ce sens ? Le ministre des Affaires étrangères algérien a pourtant dit vouloir faire jouer la concurrence entre les partenaires de son pays...

La question est de savoir pourquoi on met en place ces partenariats. Cinquante-deux ans après son indépendance, l'Algérie est encore très dépendante de la France politiquement et économiquement. 

Par exemple, l'Algérie est l'un des plus grands importateurs de blé dur au monde, principalement au bénéfice de la France, alors qu'elle pourrait être autosuffisante. Ce resserrement des rapports entre les deux pays symbolise cette concurrence biaisée entre investisseurs internationaux, alors qu'il faudrait que le marché algérien s'ouvre au reste du monde.

Actuellement, la France importe principalement des hydrocarbures d'Algérie. Dans quels secteurs les deux pays ont-ils intérêts à développer leur coopération ?

De manière globale, l'Algérie a besoin d'acquérir de l'expertise dans de nombreux secteurs de l'économie, et de créer des emplois. L'agriculture est primordiale. Mais le pays pourrait aussi être compétitif grâce à son énergie bon marché. C'est le cas notamment de la production d'aluminium et de la sidérurgie en général qui sont des secteurs très énergivores.

Mais le développement du pays doit aussi passer par plus d'ouverture aux investissements en provenance d'autres pays étrangers. La France pourrait en outre apporter son expertise dans la construction d'hôpitaux, et mettre en place des partenariats universitaires afin de mieux former la jeunesse algérienne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/06/2014 à 17:35 :
L'Algérie ne possède que des richesses naturelles et rien d'autre à faire-valoir et cela grace à ses politiciens dés-éclairés. Cet économiste se trompe de registre et de domaine. Tout d'abord l'Algérie, ne peut prétendre à un partenariat économique hormis des relations commerciales exclusivement limitées à l'importation. La déconfiture dans laquelle elle patauge fait d'elle un marché de consommation disputé par la Chine et la France. C'est une image triste mais hélas réelle et objective.
a écrit le 11/06/2014 à 20:02 :
Ce Monsieur ignore completemnt la réalité,l'Algerie ne depend de quiconque ni politiquement ni economiquement.Avec ses ressources elle est libre et independante.Et dire que ce monsieur projetait d'être President?Je pense qu'il est trés acculturé français et impregné fac Dauphine.
Réponse de le 12/06/2014 à 1:46 :
Je pense que c toi qui ne connaît pas la réalité de cette dépendance par ton prisme antifrançais et ton idéal d'une Algérie hyperpuissante..il y a la réalité et il y a les gens comme toi qui fantasme l'impossible lol ce monsieur à une très bonne analyse de la réalité des liens qui nous unissent encore.
a écrit le 11/06/2014 à 11:42 :
les republique bananiere depende uniquement de la banane.Mr benkoussa..
quand la banane connait une bonne recolte tout va bien ..
mais au moindre coup de vent ,tempete cyclone mildiou ect.. c'est la famine.
pour le petrole c'est pareil si le cours ce tient ça va a la moindre baisse ,plus d'huile,plus de café ,plus de lait..ect..
a écrit le 11/06/2014 à 10:12 :
Politiquement mais economiquement elle depend de la russie.

Sinon pour le site renault est au maroc et interdit en algerie de produire.

REgardez aussi le marché de l'acier en algerie.. y'a rien de dependance francaise...

Partenariat universitaire ?? ah bon les algeriens peuvent pas venir en france ?? donc ils sont obligés d'aller au Canada ? la Blague !
a écrit le 11/06/2014 à 6:20 :
Qui pour prendre le relai de la France dans l intérêt des deux pays
a écrit le 10/06/2014 à 23:22 :
Banane!
l'Algérie est influencée par la France mais pas dépondante!
nuance
a écrit le 10/06/2014 à 21:54 :
Dommage.....entre ce pays et la France il y a un gros potentiel . La nomenklatura qui est aux commandes verrouille tout....Benkoussa est à la solde de qui ?
a écrit le 10/06/2014 à 20:41 :
l'algerie aurait du commencer par develloper son agriculture..
elle a largement de quoi subventionner le secteur.comme la france les usa le japon ect..
au lieux de cela elle detruit le peut d'exploitation qui reste rentable.
c'est un pays gouverner par des cyclopes...
cette année il y a une crise de la pomme de terre..
mais staline et les sovietes ont dit qu'il fallait une industrie industrialisante !!??
a écrit le 10/06/2014 à 19:42 :
tant que la France fera crédit sans réclamer le paiement des dettes dues, l'Algérie voudra faire perdurer cette avantageuse situation .
Réponse de le 10/06/2014 à 20:24 :
Et quels sont ils ces crédits et dettes que vous évoquez ?
Réponse de le 11/06/2014 à 1:07 :
T’inquiètes, il parle dans le vide.
Réponse de le 12/06/2014 à 1:50 :
Nan, pas mal de crédits sont accordés par la France aux pays d'Afrique et en particulier à l'Algérie. des dettes qui remontent au passé quand la France achetait ses liens politiques à coûts d'investissements et de crédits pour que ces pays les réalisent. le problème est que ces pays n'ont jamais entièrement remboursés leurs dettes par pauvreté mais aussi par corruption. Et c'est d'autant plus facile de ne pas les rembourser en faisant pression sur la France à chaque renouvellement des autorités de ces pays.
a écrit le 10/06/2014 à 18:28 :
Un simple exemple démontre la force du lien franco-algerien : un hectare sur cinq du blé produit en France est destiné à l'Algerie.
a écrit le 10/06/2014 à 18:23 :
le malheur de ce pays c'est le gaz et le pétrole et donc la rente qui permet de tout importer sans aucune production interne., economiquement et politiquement ce pays marche sur la tete! n'a t-il pas réélu un président malade qui dépensé plus de 800 milliards au cours de ses mandats pour un resultat nul!
Réponse de le 11/06/2014 à 23:26 :
vive BOUTEFLIKA tu serai même pas capable de faire le millième de ce qu'il a pu faire remercie le au lieu de le critiquer ignorant
a écrit le 10/06/2014 à 17:50 :
On voit beaucoup d'étudiants tunisien et marocain en France, notamment dans les grandes écoles (commerce et ingénieur).
Comment se fait-il qu'on n'en croise quasiment aucun d'Algérie? Est-ce juste une histoire de visa?
Réponse de le 10/06/2014 à 18:27 :
pourtant le président reclame a chacun de ses visiteurs etrangers des visas et a ce rythme,il va finir par vider le pays et rester tout seul!
Réponse de le 10/06/2014 à 18:34 :
23 000 étudiants algeriens viennent chaque année en France.C'est le troisième contingent derrière les étudiants chinois et marocains .
Réponse de le 11/06/2014 à 11:12 :
Les algériens des facs et des écoles françaises sont comme des chiens et chats entre eux. C'est pour cette raison qu'on les voit pas! Et pourtant, il y en a plein mais dès qu'il y a un petit qui HEC, ESSEC, etc. il se prend pour le maître du monde. Y'a qu'à les voir dans le milieux professionnels, aucun contact, aucune relation, je ne te connais tu ne me connais pas, chacun pour soit. Ce qui n'est pas le cas des tunisiens, marocains, libanais, chinois, indiens et autres.
Réponse de le 11/06/2014 à 17:02 :
Cher Taurus900,

Quand est ce qu'avez vous vu des algériens comme des chiens et des chats ?, "il se prend pour le maître du monde" déjà pour un meilleur français "Ils se prennent pour les maîtres du monde", cela montre bien votre jalousie et votre haine envers les algériens qui sont meilleurs que vous apparemment !!!

Les algériens sont très chaleureux et son bien présent dans le monde professionnel en France, c’est des personnes très sympathiques qui créent de l’ambiance et qui font correctement leur travail.

Arrêtez de lancer des propos sans fondement afin de créer de la haine, arrêtez svp, ça ne mène à rien. Vous poussez les gens à avoir des opinions fausses et infondée.

Cordialement,
Un correcteur
a écrit le 10/06/2014 à 17:47 :
Question : Dans quels secteurs les deux pays ont-ils intérêts à développer leur coopération ?
Réponse :"" L'algérie a besoin que .....""
Et la France elle a pas de besoins elle ? Je suis d'accord pour qu'on aille vers plus de donnant-donnant mais pour ça faudrait peut être que la classe politique algérienne face le ménage coté corruption car si son peuple n'en bénéficie pas autant qu'il devrait ca ne veut pas dire que certains algérien n'en ont pas profité largement ....
Réponse de le 11/06/2014 à 21:41 :
Ce monsieur a complètement raison. Effectivement la France pratique une politique d'influence sur la classe politique algérienne pour assurer ces parts de marché et du coup ces retombés économique.
Rien n'arrangera les affaires de la France si l'Algérie développe son agriculture, son industrie
... etc. Comme toutes les anciennes colonies françaises l'Algérie restera toujours sous l'emprise du colon.
Aujourd'hui y a pas d'occupation militaire mais une nouvelle forme d'occupation économique. L'omission ça changera un jour.
Réponse de le 13/06/2014 à 22:58 :
ils ont dis ont part pour mieux revenire

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :