Irak : les États-Unis n'excluent pas de collaborer avec l'Iran

 |  | 475 mots
Lecture 2 min.
Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, mentionne une négociation avec l'Iran au sujet de l'offensive djihadiste en Irak
Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, mentionne une négociation avec l'Iran au sujet de l'offensive djihadiste en Irak (Crédits : reuters.com)
Les Etats-Unis sont ouverts à des discussions avec l'Iran sur les moyens de contrer l'offensive djihadiste en Irak, a déclaré lundi John Kerry.

C'est confirmé. Washington est prêt à discuter avec Téhéran afin de trouver une solution à la crise qui secoue l'Irak. L'Iran chiite, inquiet de la montée en puissance du mouvement djihadiste sunnite, l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), avait offert ses services aux États-Unis vendredi dernier. Ce week-end, le Wall Street Journal annonçait une réponse positive des Américains. Le secrétaire d'État, John Kerry, est venu lui-même officialiser la nouvelle lundi.

"Je n'exclurais rien qui puisse être constructif", a en effet déclaré le secrétaire d'Etat américain à Yahoo News.

Des alliés difficiles à convaincre

Il aurait par ailleurs appelé son homologue irakien Hoshyar Zebari samedi pour lui signifier ses intentions. Mais pour le moment, Bagdad tente toujours de repousser les offensives de l'EIIL sans aide extérieure. Les États-Unis n'ont actuellement pas de forces militaires présentes sur le territoire irakien, après le retrait en 2011 de leurs troupes. Par ailleurs, une intrusion de forces armées iraniennes en Irak serait vue d'un très mauvais oeil par Bagdad.

En attendant un mouvement des autorités irakiennes, Washington considère que le rapprochement avec Téhéran, considéré comme un ennemi des États-Unis depuis 34 ans, est impératif. Mais il comporte un risque de taille. Celui de polariser les deux camps, sunnite et chiite, les deux parties qui s'opposent actuellement en Irak. En effet, la minorité sunnite, au pouvoir sous Sadam Hussein, s'estime aujourd'hui marginalisée par des autorités dominées par les chiites. Une alliance des américains avec l'Iran chiite pour venir à bout de l'EIIL sunnite risque d'être très mal perçue dans ces conditions. Par ailleurs, une telle alliance a aussi de quoi inquiéter les alliés de Washingtion au Moyen-Orient, et plus particulièrement Israël.

Les investisseurs inquiets

Inquiets par la situation irakienne, dont on ne voit pas encore le bout, les marchés sont restés tendus ce lundi. "Les investisseurs ne sont décidément pas convaincus qu'une assistance américaine change quoi que ce soit à la situation", a commenté Chris Beauchamp, analyste d'IG. En témoigne l'indice FTSE 100, qui a clôturé sur une nouvelle baisse de 0,34%, malgré de bons indicateurs américains, après avoir déjà trébuché vendredi. Les cours du pétrole se maintenaient par ailleurs en petite hausse lundi en fin d'échanges européens, dans un marché surveillant toujours avec grande attention l'évolution de la situation en Irak.

Les marchés craignent principalement une augmentation significative des prix du pétrole en raison d'un ralentissement de la production en Irak. Selon certains analystes, une augmentation durable du prix de l'or noir aurait pour conséquence un ralentissement non négligeable de l'économie mondiale.

>> Lire Irak : faut-il craindre un choc pétrolier ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/06/2014 à 1:47 :
Les USA ont collaboré pendant 10 ans avec Saddam Hussien pour qu'il se battent contre Khomeini (le Sha d'iran). Resultat l'Irak est détruite pendant la premier guerre du golf les USA. et au commande l'ex directeur de la CIA Georges Bush (pere) qui organisa le conflit Iran Irak.

Il n'y a ni allier ni ennemie avec les USA seulement des interets divergents ou des interets convergents.
a écrit le 16/06/2014 à 23:36 :
On ne comprend pas très bien la diplomatie américaine en ce moment, ils veulent collaborer avec leurs pires ennemis et ils font chanter leurs plus vieux amis.Bizarre,vous avez dit bizarre......
Réponse de le 17/06/2014 à 8:32 :
Business...vous avez dit business.

L'Iran de toute façon n'a jamais attaqué aucun pays ces 2 derniers siècles, ils sont punis par les USA parce qu’ils ont refusé de laisser piller leur ressources naturelles par ces derniers il y a quelques décennies. Et un pays qui ne se soumet pas aux USA paye toujours le prix fort.

Ce qui se passe aujourd'hui démontre que cette fameuse menace Iranienne n'est a jamais vraiment été une...surtout quand cela arrange les maitre du monde.
Réponse de le 17/06/2014 à 9:10 :
Et quel pays va faire donc ces "maîtres du monde" payer le prix fort, un jour ?
a écrit le 16/06/2014 à 20:14 :
Lorsqu'il s'agit de compter chez les autres pour la chair de canon et ainsi épargner la leur, les Etats-Unis ne pensent pas deux fois, ils feront toujours des alliances avec l'Iran, la Chine, la Russie, l'Al-Qaida..... arrêtez le monde, je veux descendre !
Réponse de le 16/06/2014 à 21:08 :
Les US c'est comme ça, quand ils ont besoin d'un pays il se montrent copain-copain, quand ils n'ont plus besoin ils le sanctionnent.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :