La Russie chiffre le coût des sanctions occidentales à 32 milliards d'euros par an

 |   |  214  mots
La chambre basse du Parlement, la Douma, a voté un budget déficitaire à hauteur de 0,6% du produit intérieur brut (PIB) de 2015 à 2017.
La chambre basse du Parlement, la Douma, a voté un budget déficitaire à hauteur de 0,6% du produit intérieur brut (PIB) de 2015 à 2017.
Mais la baisse des cours du pétrole lui coûte beaucoup plus cher... Anton Silouanov, ministre russe des Finances, a en effet également estimé, lundi, que la chute du cours du pétrole faisait perdre jusqu'à 80 milliards d'euros à son pays par an.

Des dizaines de milliards d'euros de perte en perspective pour Moscou ? Anton Silouanov, ministre russe des Finances s'est lancé dans une énumération de facteurs qui plombent l'économie de son pays, en chiffres, auprès de l'agence de presse russe TASS. Ainsi, il estime à 32 milliards d'euros les pertes annuelles de la Russie uniquement dues aux sanctions occidentales, en réponse au rôle joué par Moscou dans la crise ukrainienne.

72 à 80 milliards d'euros de pertes à cause du pétrole

En outre, la moitié des rentrées budgétaires du pays dépend du pétrole, raison pour laquelle le ministre s'inquiète de la baisse des cours: "Nous pouvons perdre de 90 à 100 milliards de dollars (72 à 80 milliards d'euros) par an à cause de la baisse de 30% du cours du pétrole", a indiqué le ministre russe, cité par l'agence de presse TASS. Début novembre, le cours du baril de pétrole passait sous la barre des 80 dollars à Londres, pour la première fois depuis quatre ans.

La chambre basse du Parlement, la Douma, a en conséquence voté un budget déficitaire à hauteur de 0,6% du produit intérieur brut (PIB) de 2015 à 2017, la croissance ayant déjà ralenti à 0,7% au troisième trimestre sur un an contre 0,8% au deuxième selon l'institut fédéral des statistiques Rosstat.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/11/2014 à 21:27 :
Mes amis, je serai bref, très bref. Ceux qui aiment blablater vont continuer à le faire car le papotage de bistrot peut être aussi une option pour décompresser du quotidien. Toutefois, pour ceux qui aimeraient connaître la politique (plus ou moins) secrète que le Prés. Poutine mène actuellement dans ses relations avec l'Occident, j'aurais quelque chose à leur dire: je vous recommande vivement un article paru dans un blog d'information indépendante.

Cet article se trouve parmi les articles les plus intelligents qui ont déjà pu passer sous mes yeux et ses théories co!incident parfaitement avec la réalité des faits. Il vaut la peine de le lire, je le recommande vivement ceux qui veulent sérieusement savoir quel avenir pourrons nous attendre de cette confrontation Occident-Russie-Chine qui a lieu à ce moment.

A ceux qui n'y s'intéresseront, alors il ne me reste que les saluer bien et m'excuser d'avoir interrompu leur blabla à propos de Poutine. En voici le lien: (il va falloir ajouter un "h" au tout début de l'URL) Merci.
ttp://bendeko.blogspot.ch/2014/11/analyse-echec-et-mat-du-grand-maitre.html
a écrit le 25/11/2014 à 21:24 :
L'initiative vient de Steve Stockman, membre du Comité de la Chambre basse du Parlement des États-Unis aux Affaires étrangères, soutenue par un groupe de membres du Congrès. Le document qu'il a envoyé au Congressional Research Service, demande une enquête sur les faits scandaleux de fraude financière concernant des fonds publics par les fonctionnaires et responsables ukrainiens.
Samedi c'était le ministre allemand qui a déclaré que l'Allemagne ne voulait pas l'Ukraine ni dans l'UE ni dans l'OTAN. Hier c'était le tour de Fabius dire la même chose. Et aujourd'hui c'est le Congrès US qui dit qu'il pourrait suspendre sa collaboration avec l'Ukraine à cause de la corruption dans ce pays !!!

Nous vivons une époque de faux-semblants tout le temps, on ne s'ennuie jamais.
a écrit le 24/11/2014 à 12:38 :
A propos de la baisse du rouble: le rapport l'agrégat monétaire M2 de la Russie - ses réserves monétaire exprimées en dollars donne un drôle chiffre de 36 roubles/dollar (à ce moment 45 RUR/USD). Ainsi, la baisse récente du rouble est en grande partie artificielle. Cela veut dire, permise par l'Etat russe, probablement pour maintenir les bénéfices d'exportateurs.
Réponse de le 24/11/2014 à 19:11 :
C'est plutôt que la défense du rouble coûte trop cher comme l'a montré la période des années 90 et que mieux vaut le laisser filer.
Réponse de le 24/11/2014 à 19:53 :
@ Economiste : 1. La situation est complétement différente par rapport des années 90 (rien à voir ni avec la période 91-96, ni avec la crise de 98), au niveau du principe et au niveau de détails. Il est dommage que vous ne le compreniez pas. 2. Cela aurait couté quelque chose, mais il n’y a eu pas de grosses dépenses de stabiliser le rouble. Vous connaissez beaucoup d’autres pays (surtout les grands) avec tel rapport M2/réserves ? De plus le flux des devises reste positif. Il est à remarquer que le mécanisme de protection non-monétaire n’ont pas été actionnés. Par exemple, l’obligation pour les exportateurs de réaliser tout leur flux de devises à l’intérieur du pays. Il n’est pas drôle quand le rouble tombe par rapport au gryvna ou des dévises d’autres pays encore plus dépendants de la manne pétrolière ?
a écrit le 24/11/2014 à 12:24 :
Pour éviter les bobards de tous bords, je vous recommande vivement la lecture (en anglais) de cet article paru dans le site spécialisé en pétrole numéro 1 sur la web. En parlant des effets de la baisse du baril manipulée en commun accord entre Washington et les pays du Golf Persique, l'analyse dit exactement le contraire de ce qui prétendent certain "experts" de nos rédactions. A lire, absolument:
ttp://oilprice.com/Energy/Oil-Prices/Russia-Can-Survive-An-Oil-Price-War.html
Réponse de le 24/11/2014 à 14:36 :
Non, l'Amérique, gaz de cistes américains et canadiens, ne sont plus rentables à ces prix, donc l'Arabie Saoudite flingue pour son propre compte
Réponse de le 24/11/2014 à 15:26 :
FAUX. Même les arabes disent qu'il y a eu une concertation entre Washington et Ryad à ce propos. Ce sont les américains qui se tirent une balle au pied, pas les sémites.
Réponse de le 24/11/2014 à 16:55 :
Faux, amenez des preuves , l'article sérieux, le lien?
Réponse de le 24/11/2014 à 19:14 :
C'est un problème Arabie Saoudite/Iran. Le pétrole à ce prix n'est pas rentable pour la majorité des autres pays.
a écrit le 24/11/2014 à 11:42 :
Et si vous ne chiffriez le coût du mega-boomerang que les serviles européens se prennent dans la tronche...le coûts des sanctions pour nos économies déjà sur-endettées ... on aurait
une idée du prix à payer pour être le toutou favori des USA.
Réponse de le 24/11/2014 à 19:25 :
Il n'y a pas à se laisser envahir par Poutine et le FSB
a écrit le 24/11/2014 à 11:20 :
Les sanctions sur quels produits !Un vice premier ministre russe a dit ''''''Nous sommes tout a fait capable de fabriquer tout ce dont nous avons besoin '''''Si les russes le font ce sont des marchés à jamais perdu pour les entreprises occidentales mais aussi un positionnement des russes avec ces memes produits sur la scene internationnales pour les concurencer ........
Réponse de le 24/11/2014 à 14:39 :
('Nous sommes tout a fait capable de fabriquer) c'est nouveau, on attend de voir.....
Réponse de le 24/11/2014 à 22:40 :
Ah parce que si les Russes ne vendent pas une voiture, un ordinateur, des machines outils ou la plupart des produits manufacturés, c'est parce qu'ils n'avaient pas essayé jusque là... Ils laissaient volontairement ces marchés aux occidentaux?
Ben dis donc, y a vraiment des fans de la Russie sur ce site
a écrit le 24/11/2014 à 10:50 :
J'étais il y a une semaine en Egypte à Hurghada, je peux vous assurer que le nombre de touristes Russes de tout âge n'a absolument pas diminué dans cette cité balnéaire que les Egyptiens ont surnommé 'Hurghadof'!
Réponse de le 24/11/2014 à 12:54 :
Moi, je suis allé à Moscou ce week end. Et le nombre de russe ne mangeant pas à leur faim a encore augmenté. Je les ai compté.
Réponse de le 24/11/2014 à 13:22 :
Vous ne savez pas de quoi vous parlez. Du reste les pays que vous citez comme libéraux sont également ceux qui ont la croissance la plus faible aujourd'hui. La Chine qui est mal placée sur la carte à la méthodologie bidon que vous citez est aujourd'hui la première puissance du monde. Étrange non?Qui plus est rien n'empêche la liberté d'entreprendre et le protectionnisme simultané ce n'est pas contradictoire. L'on peut réguler le commerce et ne pas empêcher les gens d'agir à leur grès d'un point de vue économique. Mais il est vrai que la nuance et le sens de la mesure ne sont pas vraiment la première qualité des défenseurs de libéralisme doctrinaire. A propos, vous saviez que l'Allemagne est contre l'entrée de l'Ukraine nazie à l'UE et aussi à l'OTAN ?
Réponse de le 24/11/2014 à 15:29 :
Désolé, je plaisantais quand j'avait dit que je suis allé à Moscou ce week end, je restais même en France pour aller voir la coupe Davis à Lille. J'éprouve de la haine démésurée envers Poutine, voilà la raison, mais je ne suis pas allé à Moscou. Désolé.
Réponse de le 24/11/2014 à 16:29 :
Le troll à Lille était dans la délégation avec moi Président et Martine...
Réponse de le 24/11/2014 à 19:31 :
L'Ukraine aurait raison de rentrer dans l'OTAN au point où elle en est avec les invasions russes.
a écrit le 24/11/2014 à 10:34 :
Voilà au moins une occasion pour la Russie d'adapter son économie a ses besoins réels, une remise a plat dont elle saura profiter, parce c'est une État homogène, au dépend de l'UE qui n'en profitera pas a la sortie de ce "conflit" parce qu'union hétérogène!
Réponse de le 24/11/2014 à 11:44 :
Le souci c'est que la Russie a eu plusieurs occasion d'adapter son économie depuis 10 ans mais a chaque fois Poutine et son entourage ont freiné car cela leur coûtera de l'argent et du pouvoir ... Quand à l'homogénéité de la Russie je ne la voit pas : c'est un patchwork ethnie , religieux et économique qui ferait passer l'UE pour une zone totalement intégrée.
Réponse de le 24/11/2014 à 12:33 :
@Le bon coté : 1. Non, la Russie n’est pas homogène du tout. Les écarts salariaux entre les régions peuvent être de quelques fois. Oui, on peut dire que 85% de population sont des Russes, mais Il y a plein des républiques nationales avec les rapports très spécifiques avec Moscou et entre eux, plein de communautés religieuses. 2. L’adaptation de l’économie est possible, mais je crois plutôt à la réorientation des flux d’importation et d’exportation. La qualité de milieu d’affaire, milieu politique et la conjoncture générale (je ne parle pas des prix du pêtrole) n’a pas beaucoup changé.
Réponse de le 24/11/2014 à 12:33 :
@ @le bon côté : Oui, la Russie n’est pas homogène, mais le rapport entre Poutine et son pouvoir et l’économie est beaucoup moins évident que vous croyez. Certes, la gestion de nombreuses entreprises de l’Etat et des copains de Poutine est plus que médiocre, mais à l’époque de l’oligarchie la situation n’a pas été meilleure. Ou vous croyez en saint-Khodorkovsky ?
Réponse de le 24/11/2014 à 16:52 :
Il y a toujours une oligarchie en Russie on a juste remplacé les copains d'Eltsine par les copains de Poutine. Le système n'a pas changé avec Poutine, il a juste changé de mains.
Réponse de le 24/11/2014 à 19:37 :
@ @ex-moscovite: Vous avez raison, j'ai du mal m'exprimer. Il a fallu dire "oligarchie de l'époque précédente". Oui, le système reste oligarchique et compradore.
Réponse de le 24/11/2014 à 23:00 :
@ @ex-moscovite : vous avez raison, je me suis mal exprimé. Il a fallu écrire : « avec l’oligarchie de l’époque précédente ».
a écrit le 24/11/2014 à 10:30 :
Peut être, peut être. Mais ils ont le soutien de Depardieu, eux !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :