Banque en faillite, inflation... les premiers effets de la chute du rouble

 |   |  280  mots
La Banque centrale russe a décidé de mettre la banque Trust sous tutelle et éviter un risque systémique.
La Banque centrale russe a décidé de mettre la banque Trust sous tutelle et éviter un risque systémique. (Crédits : reuters.com)
La Banque centrale russe a annoncé la mise sous tutelle d'une banque au bord de la faillite. Le gouvernement, lui, a décidé de taxer les exportations de céréales afin de circonscrire la hausse des prix.

Après le krach monétaire de la semaine dernière, les autorités russes s'affairent pour colmater les brèches d'une économie au bord du naufrage.

Sauver la banque Trust

La Banque centrale a annoncé ce lundi avoir mis sous tutelle la banque Trust, au bord de la faillite. L'institution va mobiliser près de 30 milliards de roubles (492 millions d'euros) pour renflouer le 29e établissement bancaire russe, mais qui est surtout le 15e en termes de dépôts de particuliers. Cette action est d'importance au regard d'un paysage bancaire très atomisé qui compte près de 800 banques.

La Banque centrale va instaurer une gouvernance provisoire à la tête de la banque Trust le temps de trouver un repreneur qui devrait être "une grande banque russe". Le sauvetage de cet établissement est une façon d'envoyer un signal aux investisseurs, éviter un effet de contagion, ou pis, une panique qui effondrerait tout le système bancaire russe.

Les exportations de céréales alimentent la hausse des prix

D'autre part, le gouvernement russe a annoncé lundi l'introduction de barrières douanières pour limiter les exportations de céréales. Il s'agit d'augmenter l'offre intérieur et ainsi baisser les prix dopés par la chute du rouble.

Cette mesure va être mise au point et présentée au Premier ministre Dmitri Medvedev sous 24 heures, a indiqué le vice-Premier ministre Arkadi Dvokovitch, cité par les agences russes lors d'une réunion gouvernementale. La chute du rouble, qui rend les exportations très rentables pour les agriculteurs, a conduit à une forte hausse des prix du blé en Russie malgré une des moissons les plus abondantes jamais enregistrées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/12/2014 à 17:28 :
Grosso modo, il y a une dévaluation de monnaie dans la majeure partie des pays du monde. Et ceci concerne les zones de forte croissance potentielle donc des marchés très important pour les multinationales. C'est clair que ces marchés représentent en gros 4 milliards d'habitants et sont en dévaluation monétaire, ce qui ne favorisera pas les ventes dans ces pays en raison de leur baisse du pouvoir d'achat en euro ou dollar.
Réponse de le 22/12/2014 à 18:42 :
Pour les autres ce sera "dépression déflationniste" et chômage encore plus fort ( il parait que c'est encore possible).
Réponse de le 22/12/2014 à 23:12 :
Toutes ces dévaluations en moyenne de 50% vont rendre les produits en Euros totalement inabordables. Encore plus de concurrence déloyale dans ces pays qui font du dumping monétaire, dumping social et fiscal.
a écrit le 22/12/2014 à 15:49 :
La Russie a de quoi manger, de quoi se chauffer, et de quoi se défendre. Mais il y a des pénurie d'Ipad et de Mac Do.......KATASTROFE...!!!
Réponse de le 22/12/2014 à 18:30 :
Comme quoi, certaines pénuries ont du bon... Connaissent pas leur bol, de pouvoir éviter de se faire contaminer.
a écrit le 22/12/2014 à 15:44 :
La Russie a bien raison de ne pas céder au diktat de l'Allemagne Otanazienne. La baisse du rouble permet de s'aligner sur la baisse du YEN (-40% en 1 an) , du REAL BRESILiEN (-35% en 10 mois), des monnaies d'Amérique du Sud (-40%), et du niveau assez bas du YUAN chinois. Bien justifié dans une conjoncture européenne aussi délabrée et irrationnelle.
Réponse de le 22/12/2014 à 16:05 :
Je ne suis assurément pas économiste de mon côté mais je sais quand même reconnaître un bon gros délire lorsque j'en vois un et là pas de doute, vous êtes vraiment dans le dénis du réel ...
Vous comparez des monnaies entre elles alors que les économies qui s'y rattachent n'ont aucun rapport entre elles.
Votre idée, c'est de faire passer les poutinolâtres pour des crétins ? C'est réussit !
Réponse de le 22/12/2014 à 16:24 :
Pour savoir , c'est de voir comment vont se comporter les monnaies d'ici quelques semaines...
Réponse de le 22/12/2014 à 17:11 :
Grosso modo, il y a une dévaluation des monnaies dans la majeure partie des pays du monde. Et ceci concerne les zones de forte croissance potentielle donc des marchés très important pour les multinationales. C'est clair que ces marchés de plus 4 milliards d'habitants sont en dévaluation monétaire, ce qui ne favorisera pas les ventes dans ces pays en raison de leur baisse du pouvoir d'achat en dollar pour les années qui viennent. C'est pas bon pour nous, c'est sur.
Réponse de le 22/12/2014 à 18:34 :
L'effet qui se coule sera SURTOUT celui de la géo-politique. Déjà, les Chinois ont annoncé qu'ils allaient travailler avec la Russie pour limiter le choc, même s'ils ont aussi dit que la Russie pouvait s'en sortir toute seule.
Là, peu se rendent compte du mouvement de resserrement des liens entre grands pays, contrairement à la politique des US qui ne fait qu'asservir. A rien, d'ailleurs. Jeu de mots, mais sérieux.
a écrit le 22/12/2014 à 14:58 :
En Russie c'est la banque centrale qui recapitalise les banques russes en roubles par simple création monétaire. En zone euro ce seraient les comptes bancaires de Monsieur et Madame tout le monde qui trinqueraient, comme à Chypre.
Réponse de le 22/12/2014 à 15:55 :
Le désespoir vous fait raconter vraiment n'importe quoi ...
a écrit le 22/12/2014 à 14:47 :
Les banques, c'est fait pour sauter. C'est à l'Ouest, où le capitalisme est devenu fou, que les banques ne peuvent plus sauter.
a écrit le 22/12/2014 à 14:40 :
Une banque fait faillite en et l'AFP nous annonce la fin de la Russie.....
Les surprimes aux usa ont tourné à l'escroquerie mondiale, mais la...... l'afp nous vante la solidité du système bancaire us qui n'est que du racket légalisé.... Il suffit de demander à la bnp....
a écrit le 22/12/2014 à 14:22 :
où la mafia Russe va mettre son argent , a surveiller !
a écrit le 22/12/2014 à 13:20 :
Ils ne sont pas encore stabilisés, mais quand ils le seront, les BRICS seront encore plus forts. Les US ont en effet du souci à se faire...
Réponse de le 22/12/2014 à 14:05 :
Les US du soucis à se faire? Je constate qu'il leur suffit de lever le petit doigt pour que Poutine se mette à genoux....
Réponse de le 22/12/2014 à 14:24 :
PierPaul, il serait possible que vous ne vous rendiez pas compte des flux de pétro-dollars. Je dis ça, je dis rien...
Et, lu par ailleurs mais vite disparu : la Chine vient de déclarer qu'elle allait aider la Russie, même si celle-ci pouvait s'en sortir seule. Mais c'était une occase de rappeler que certains pays ont une vraie collaboration. Contrairement aux satellites US.
Réponse de le 22/12/2014 à 16:07 :
Yvan, effectivement, vous ne dites rien de constructif.

Sinon, oui la Chine pourrait se résoudre à aider la Russie mais on se demande bien pourquoi l'idée leur en est seulement venue, si tout va si bien pour eux ...
Réponse de le 22/12/2014 à 18:38 :
Si vous construisiez quelque chose, certes, je l'aurais remarqué.
Mais là, contrairement à mon CONSTAT sur la politique des BRICS, VOUS ne construisez ... rien. Désolé de devoir vous l'écrire... Politique US de destruction, peut-être.?
Réponse de le 22/12/2014 à 19:43 :
Je vois que Richard est très éclairé, je regrette simplement que cet éclairage ne vienne que de l'autre coté de l'atlantique?
Je vous invite à avoir un double éclairage, comme le dit le proverbe, qui n'entend qu'un son n'entend qu'une cloche.
pour votre information,
1 le taux d'endettement de la russie est de l'ordre de 30% du pib
2 la russie commerce également avec les BRICS, les échanges avec la chine se font en or, (à noté que le prix de l'or artificiellement bas n'est pas pénalisant puisque en référence à un dollards artificiellement haut)
3 le prix du pétrole artificiellement bas ne pénalise pas que la russie, il ne peut y avoir que les automobilistes qui se réjouissent de la situation,
4 la finance n'est pas l'économie tel que cela est en "occident"
5 les attaques certes violentes et pas sans conséquence pour l'économie russe risquent de couter beaucoup plus cher pour nos économie
6 la russie n'est pas isolé contrairement à ce que les médias rapportent
Vous pouvez trouver toutes ses informations disponibles sur internet
Je vous l'accorde, le risque est grand pour la russie mais pas que...
a écrit le 22/12/2014 à 13:17 :
"qui compte près de 800 banques" Soit, juste un peu plus qu'en Allemagne. Mais largement moins qu'aux US...
a écrit le 22/12/2014 à 13:05 :
Le ton et le parti pris Anti-Russe qu'adopte L'AFP est affligeant.
Réponse de le 23/12/2014 à 10:39 :
Je trouve aussi que beaucoup d'"experts" ont tendance à vendre la peau de l'ours un peu rapidement.
Ca sera intéressant de relire tout ça d'ici quelques mois ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :