Le scandale Madoff fait des vagues en Europe

 |   |  661  mots
En réaction à la plainte déposée officiellement par la France contre la perte de dépôts au Luxembourg à la suite du scandale Madoff, la Commission européenne a annoncé l'ouverture d'une enquête sur la manière dont les Etats membres ont appliqué les règles relatives aux fonds d'investissement des OPCVM.

La Commission européenne va "examiner la mise en ?uvre de la directive OPCVM à la suite du scandale Madoff", a indiqué le porte-parole du commissaire en charge du marché intérieur Charlie McCreevy, Oliver Drewes. Il a déclaré à EurActiv.com que "la Commission lancera une enquête sur la manière dont les Etats membres ont appliqué la directive OPCVM et sur ses principes sous-jacents". Et ajouté que "s'il apparaît qu'il faut un complément à ces principes, la Commission montrera l'exemple en présentant des actions nécessaires", notamment des lignes directrices obligatoires ou une harmonisation approfondie de la législation. De plus, une "procédure contraignante demeure toujours possible", a-t-il souligné.

Les ministres européens de l'Economie et des finances, réunis le 20 janvier à Bruxelles, ont unanimement soutenu cette initiative.

L'enquête vise à clarifier un différend entre la France et la Commission européenne. La ministre française de l'Economie, Christine Lagarde, a en effet envoyé une lettre officielle à Charlie McCreevy, dans laquelle elle se plaint que l'application des règles relatives aux fonds d'investissement OPCVM varie en Europe.

Dans sa lettre, Christine Lagarde cite de prétendues différences de transposition et d'interprétation du rôle et de la responsabilité des dépositaires de fonds selon les pays européens. D'après Christine Lagarde, les épargnants français ont perdu leurs investissements à Luxembourg car les dirigeants des fonds de ce pays peuvent tirer profit d'une législation moins contraignante, qui ne requiert d'eux qu'un remboursement partiel des fonds, alors que le remboursement doit être complet dans le cas de la France.

"A mon avis, les titres d'OPCVM ont besoin d'être réassurés par l'application d'un principe simple : tout investisseur qui confie ses titres à une banque, ou au secteur financier réglementé en général, doit être assuré de leur remboursement", est-il écrit dans la lettre. Selon Christine Lagarde, la Commission pourrait faire des propositions dans ce sens dans un avenir très proche.

Le Luxembourg a cependant rejeté cette accusation. Un responsable proche du premier ministre, Jean-Claude Juncker, a déclaré que son pays devait appliquer exactement le même texte que la France, ajoutant que l'enquête ne posait aucun problème pour le Luxembourg. Selon lui, la loi luxembourgeoise est identique à 100% à la loi française et les accusations françaises totalement fausses.

Vers des lignes directrices contraignantes pour les fonds d'OPCVM ?

Conséquence des résultats de l'enquête, la Commission a indiqué qu'elle présenterait des lignes directrices visant à clarifier la mise en ?uvre de la législation relative aux OPCVM. Une directive révisée vient d'être adoptée par le parlement, mais une deuxième lecture n'est pas exclue.

Le secteur bancaire a lutté ardemment pour que la nouvelle directive soit adoptée d'ici à la fin du mandat actuel du parlement européen (EurActiv.com 03/12/08).

 


Une fraude à 50 milliards de dollars
En décembre dernier, les autorités américaines ont arrêté l'ancien président du marché d'actions Nasdaq Bernard Madoff. Il est accusé d'être à la tête de la plus grande fraude financière de l'histoire, estimée à 50 milliards de dollars. Résultat de la crise financière la plus grave depuis 80 ans, le scandale a touché sévèrement les marchés financiers internationaux. Les effets ont été également ressentis en Europe, un grand nombre de banques ayant révélé qu'elles avaient été exposées à ce fonds factice. Des fonds d'Organismes de placement collectif en valeurs mobilière (OPCVM) ont été impliqués dans l'affaire. Les OPCVM (des entités qui gèrent un portefeuille dont les fonds investis sont placés en valeurs mobilières) sont les investissements les plus populaires en Europe. Leur introduction date de 1985. En juillet dernier, la Commission européenne a présenté des propositions visant à réviser la directive en matière d'OPCVM. Le parlement a donné son feu vert à la mi-janvier (EurActiv 14/01/09).

 

Site d'EurActiv.fr

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
LA FRAUDE TOTALE ? c'est la FRAUDE COLLECTIVE DES BANQUES -C'est le montant TOTALE DES DES DEGATS QUI RESULTENT DES PRODUITS TOXIQUES CREES ET VEHICULES PAR l'ensemble des BANQUES - la COMMISSION EUROPEENNE SERAIT BIEN AVISEE de créer un Tribunal Pénal International POUR JUGER LES BANQUES ET LES CONDAMNER...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il y a un moment il faut arreter de toujours tirer sur les banques .En effet il s'agit de bien cerner un problème qui touche une partie seulement du monde de la banque à savoir les traders et les salles de marchés ou regnent l'obscurité .Il faut se souvenir que ce tsunami vient d'un pays les E.U ou la regle est qu'il n'y a pas de regle justement alors de grace stop à la cabale et revenons à de plus juste jugement
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
D'accord avec toi, ces gens doivent être considérés comme des criminels à partir du moment ou ils détruisent la vie de famille.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il serait temps que les banques ne prennent plus les clients pour des pigenons ! quand les conseillers insistent pour vendre des titres pourris et nous laisse faire nos opérations. Qu'on arrête de nous tromper et de nous mentir Lorsqu'elles ont gagné de l'argent pendant plus de 10 ans elles n'ont pas partager et bien encaisser des frais énormes sa ns que leurs salariés reçoivent des augmentations mais seulement la pression Il est temps de comprendre que les salaires stagnent depuis plus de 15ans et les grands patrons s'engraissent ainsi que les traiders.
C'est là qu'il faut récupérer les fonds Nous ne sommes pas des vaches à lait !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
MOMO les banques ne pretent plus car elles ont des pertes à éponger.Donc les entreprises ,les particuliers n'ont plus accès aux prêts donc beaucoup de licenciements à prevoir par manque d'activité.
les patrons de banques et les cadres desirant toujours plus ont les mains sales...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
LES CONSEILS D'ADMINISTRATION ET LES CADRES DIRIGEANTS DES BANQUES SONT BIEN REPSONSABLES DE LEUR SUBALTERNES ET DES MECANISMES TORDUS ET TOXIQUES QU'ils ont VENDUS pour s'enrichir personnellement et collectivement, en tout cas, en prenant leur salaires, primes, parachuttes dorés, dividendes, ils sont bien les ADMINISTRATEURS, DIRECTEURS, CHEFS DE SERVICE, CONSEILLERS et CADORS dans les AGENCES,
pour résumé, TOUS A l'HABRIT les poches pleines avec LES ECONOMIES qu'ils ONT CAPTES AVEC MALICE, FILOUTERIE, etc...DES VOYOUS EN BANDE ORGANISEE
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
NOS ENERQUES INUTILES, crise mondiale disent certains, mais nos EXTREMEMENT COUTEUX ENARQUES n'ont rien vu venir, en fait ils ne travaillent pas, ils se contentent de pointer pour toucher les salaires injustifiés. IL FAUT FERMER l'ENA, et ANNULER LEURS DIPLOMES DELIVRES CES 10 dernières années.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :