Reach : les entreprises tardent à enregistrer leurs substances

 |   |  421  mots
Seules 2.072 substances sont actuellement en cours d'enregistrement auprès de l'Agence européenne des produits chimiques, sur les 9.200 attendues en décembre 2010. Chantal Jouanno promet d'aider les PME à accélérer le processus.

L?application du règlement Reach prend du retard. A un an de la fin de la première phase d?enregistrement des substances chimiques, le nombre de dossiers qui arrivent à l?Agence européenne des produits chimiques (Echa) est très bas. Si bas qu?il inquiète les autorités françaises

Les derniers chiffres de l?Agence font état de l?existence de 2072 forums d?échange d?information sur les substances (Sief). A peine cent de plus qu?au mois d?octobre. Or chaque Sief correspond à une substance différente. Et l?Echa estime que 9200 d?entre elles doivent être enregistrées avant décembre 2010.

Pour accélérer le mouvement, la secrétaire d?Etat à l?Ecologie, Chantal Jouanno, a annoncé, mercredi 2 octobre, la présentation d?un "plan de formation et d?accompagnement des entreprises, notamment des PME", en collaboration avec l?Union des industries chimiques (UIC).

"Le respect de ce délai est en effet essentiel pour continuer à mettre sur le marché les substances chimiques produites ou importées qui sont concernées par la première échéance d?enregistrement", souligne la secrétaire d?Etat dans un communiqué.

Les manques de moyens se situent aussi bien sur le plan financier qu?humain. Les PME se heurtent à des difficultés comme l?identification des substances, la dimension juridique complexe des forums, la diversité des acteurs engagés dans la négociation et la maîtrise de l?anglais comme langue de travail, souligne de son côté l?UIC.

"Il est très difficile d?échanger au sein des Sief", confirme Claudie Matthieu, en charge de Reach pour la Fédération des industries des peintures, encres, couleurs, colles et adhésifs (Fipec). Elle estime néanmoins que les entreprises de son secteur sont informées du mieux possible sur le règlement européen.

"Nous avons embauché quelqu?un à temps plein sur ces sujets, et avons organisé des formations en région", explique-t-elle, en soulignant que les entreprises adhérentes de la Fipec n?ont "pas le choix": elles ne peuvent pas ignorer Reach.

"Il faut absolument faire le lien entre le règlement Reach et les législations antérieures", poursuit-elle. Un moyen d?amortir le choc de la règlementation, et d?aider les entreprises à percevoir ce texte européen comme la pièce d?un puzzle plus vaste.

Lire la suite de l'article Reach: les entreprises tardent à enregistrer leurs substances
 

Retrouvez toute l'actualité européenne, avec notre partenaire EurActiv.fr

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :