Et pendant ce temps, Olli Rehn appelle la France à la rigueur budgétaire

 |   |  257  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Selon le quotidien allemand FTD, Olli Rehn, le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, et Jens Weidmann, le président de la Bundesbank, ont fait la leçon à la France ce dimanche.

Pendant que les Français se rendaient aux urnes pour envoyer à Bruxelles une motion de défiance via les votes Mélenchon, et surtout Le Pen, et une motion de défiance relative à  la gestion de la crise européenne par le duo Merkel-Sarkozy, les responsables européens ont continué de faire comme si de rien n?était. Et ils ont tancé la France pour sa politique budgétaire. En marge de la réunion printanière du FMI à Washington, le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires Olli Rehn a ainsi déclaré au Financial Times Deutschland (FTD) qu?il était « temps que les nouvelles règles soient mises en pratique et donnent des résultats ».

Contre la renégociation du traité

Selon le FTD, Olli Rehn a refusé de citer nommément un pays, mais les journalistes présents sur place affirment que « d?après la nature des questions et des réponses, il était clair qu?il s?agissait de la France ». Et le commissaire de s?opposer vertement à l?idée défendue par François Hollande, d?une renégociation du traité budgétaire pour lui ajouter un volet croissance. « Nous avons d?autres possibilités de soutenir la croissance », a-t-il ajouté. Le FTD cite également le président de la Bundesbank, Jens Weidmann, selon qui il était nécessaire pour la France de respecter les règles budgétaires. Bref, l?Hexagone était la cible préférée ce week-end des grands décideurs du Vieux continent.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/04/2012 à 20:36 :
Et vous Monsieur le Commissaire, vous la vivez comment la rigueur ?
Il est vrai que votre politique a pour objectif de réduire en sous-hommes les populations...Un instinct .....Une héridité...Hier guerrière aujourd'hui économique...
a écrit le 23/04/2012 à 17:22 :
J'ai eu la même réaction que rmh - Combien gagne Olli Rehn - Nous avons perdu la notion des valeurs humanistes et regardez ce que Sarko a fait : un surendettement de 650 milliards d'Euros. Ne l'oubliez jamais.
a écrit le 23/04/2012 à 16:47 :
Il est triste de voir l'ensemble des commentaires critiquant l'Europe et le monde de la finance en oubliant que nous vivons a credit. Nous pouvons hurler dans tous les sens mais nos seuls choix (qu'aucun des candidats n'a eu le courage de dire clairement) sont les suivants:
- soit nous reduisons drastiquement les depenses de l'etat,la protection sociale, le nombre de fonctionnaires, les conditions de depart a la retraite...
- soit nous ne pourrons plus continuer a emprunter pour financer ces depenses sur le dos de nos enfants
Réponse de le 23/04/2012 à 18:04 :
elle vous apporte QUOI cette Europe ?
a moi ,ça ne m'apporte que des frais et des frais ,rien de positif
Réponse de le 23/04/2012 à 18:12 :
avant de réduire la protection sociale ,on peut supprimer l'AME . on peut aussi supprimer toutes les subventions aux pays étrangers
voir l'observatoire des subventions
a écrit le 23/04/2012 à 15:42 :
Combien est-il payé ce commissaire et les fonctionnaires européens ? Des sommes colossales. Première mesure à prendre, quitter cette Europe qui nous pille.
Réponse de le 23/04/2012 à 16:56 :
ce n'est pas en votant pour l'UMPS que nous sortirons de cette UE . Nous sommes pieds et poings liés à Bruxelles
a écrit le 23/04/2012 à 13:36 :
OUAH le résultat d'hier c'est renégociation l'un ou l'autre c'est sortons du merdier. l'Allemagne sait ce qu'elle peut perdre et nous de retrouver une possibilité de négociation qui semble être retirée aux membres de la communauté par cette technocratie aux ordres de ?
a écrit le 23/04/2012 à 11:47 :
Supertechnocrate Rehn non élu envoie ses remontrances à la France qui va l'ignorer superbement et elle aura raison
Réponse de le 23/04/2012 à 17:33 :
Il fait les gros yeux, on ne le connaissait pas il y a 2 jours et bien dit qu'on va l'ignorer "superbement". Salut
a écrit le 23/04/2012 à 11:17 :
bah dans 6 mois il verra que ç'a n'a pas marché,il nous preconisera le contraire(comme le fmi).l'essentiel c'est qu'il conserve son traitement
a écrit le 23/04/2012 à 7:46 :
Comment voulez vous que la bête s'en sorte ?
Si la bête est en bonne santé elle peut se permettre quelques parasites qui lui sucent le sang, mais pas trop quand même. Malheureusement la bête n'est pas en bonne en santé et elle grouille de parasites l'affaiblissant de jour en jour encore plus.
a écrit le 23/04/2012 à 1:32 :
Apparemment, personne ne connait la lettre de Chevreux et l'interview d'un des auteurs Nicolas Doisy
http://www.voie-militante.com/politique/elections/plan-bataille-financiers-apres-elections/
a écrit le 23/04/2012 à 0:05 :
Une question pour le technocrate Rehn : la commission n'a-t-elle pas accepté les hypothèses budgétaires de la France pour 2012 ? S'ils étaient contre, ils auraient dû le dire !!! Si la France respecte ses objectifs, ils n'ont plus qu'à se taire ! Ils commencent à nous faire ch..r ceux-là ! Avec leur double discours. Idem pour Barosso, le clown.
a écrit le 22/04/2012 à 23:25 :
"Nous avons d?autres possibilités pour soutenir la croissance" dit Olli Rehn, le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, et Jens Weidmann, le président de la Bundesbank. ,qui ont fait la leçon à la France ce dimanche dans l'hypothèse d?une demande de renégociation du traité budgétaire pour lui ajouter un volet croissance. QUOI, pourquoi ils le disent que maintenant et personne ne s'en était aperçu en France. Qu'est-ce que ça veut dire. Le ton est carrément dictatorial
voulant démontrer que le peuple français n'avait plus son mot à dire. C'est la meilleure. On ne sait pas où on va mais on y va.... Sarko a encore fait des conneries que l'on ne mesure que maintenant. Cette Europe Allemande, nous n'en voulons pas, nous avons en France des gens de qualité pour nous guider et n'avons pas besoin que l'on nous dicte notre conduite. Si Monsieur HOLLANDE devient président de la France, il faudra changer de ton sinon, la France aura intérêt à sortir de l'Europe qui a déjà détruit la Grèce, le Portugal, l'Espagne et l'Italie. Que peut-on attendre de ces bureaucrates européens.... qui s'énerve contre NS le grand copain de Merkel. Il n'a donc pas obéi comme un toutou et les autres s'impatientent. En France, nous devons voter pour le futur président et il me semble que c'est très important. On est mal barré avec les humeurs et uns et des autres. Je ne me reconnais pas dans cette Europe intransigeante.
Réponse de le 23/04/2012 à 1:45 :
on peut critiquer la réalité tant qu'on veut, elle reste la réalité : la france s'est engagée en créant la zone euro, à un niveau de déficit proche de l'équilibre. On est dans les choux, et il est normal que celui qui est "associé" dans nos finances fasse un rappel lorsqu'il voit les abérrations promisent par un vainqueur potentiel ! Quand on s'endette, on donne le pouvoir à son banquier...
a écrit le 22/04/2012 à 23:16 :
Il faudra que Hollande rentre dans le rang sinon ce sera la déconfiture.
a écrit le 22/04/2012 à 23:07 :
merci pour votre leçon, mais la France n'est pas une classe
Réponse de le 23/04/2012 à 9:09 :
Certes mais elle dépend de ses créanciers pour payer ses retraités et ses agents publics et fonctionnaires.
Contrairement à ce que prétend monsieur Melenchon, la France n'est ni le Venezuela, ni l'Argentine : lorsqu'on à 75 milliards de déficit commercial et un endettement de 80% , on ne dit pas m...e à son créancier !
Réponse de le 23/04/2012 à 11:50 :
En fait, si on lui dit (le système va bientôt imploser de toute façon)
a écrit le 22/04/2012 à 22:45 :
De quoi se mêlent-ils ? MM. Weidmann et Rehn sont parmi ces Allemands qui ont choisi de mener des politiques prédatrices en profitant de l'Union Européenne et de la BCE pour pilonner leurs voisins de la zone Euro. Le passager clandestin de l'Europe, l'Allemagne, a laminé ses partenaires, et maintenant, exige qu'ils s'achèvent eux-mêmes. Il serait temps que les dirigeants français, italien, espagnol demandent à l'Allemagne de sortir de la zone Euro, qu'elle a exploitée à son profit, et à leurs dépens. L'Allemagne doit sortir de la zone Euro.
Réponse de le 22/04/2012 à 23:59 :
lol, et si la France se faisait un peu plus "prédateur" comme les Allemands... Pourquoi la France ne se conduirait pas comme un passager clandestin aussi... Faisons comme eux.
Mais je crois que là aussi vous trouveriez à redire, parceque faire comme eux veut dire bcp de chamboulement en France. Beaucoup.
Réponse de le 23/04/2012 à 0:04 :
c'est celui qui n'est pas satisfait des accords qu'il a signé qui s'en va, non ? Seulement là, il y a une responsabilité à prendre : la France va-t-elle quitter la zone euro ??! Est-elle assez suicidaire pour ça ?
quand au fait que celui qui finance donne son avis, c'est la moindre des choses : le "donnez moi le fric et taisez-vous", ça n'a pas l'air de passer outre-rhin !
après le Père Noel aux élections, la réalité va revenir comme un boomerang à la face des doux rêveurs !!!
Réponse de le 23/04/2012 à 0:06 :
Truk, vous ne connaissez du tout, mais pas du tout de quoi vous parlez. Monsieur Olli Rehn n'est pas allemand. Monsieur Rehn es Finlandais. Renseignez-vous avant d'écrire n'importe quoi.
Réponse de le 23/04/2012 à 14:06 :
merci Ebach, de la mise au point. oui il vaut mieux se renseigner pour ne pas se tromper de cible (=taper sur le voisin, parce que c'est plus facile).
Réponse de le 23/04/2012 à 17:46 :
C'est vrai. M. Rehn est finlandais, j'ai confondu avec l'élégant Schaëble, peu avare de ses leçons déplacées lui aussi. Quant aux Finlandais, ils se sont un peu calmés après avoir adopté la ligne dure allemande. De même que les Néerlandais... Le reste, je ne le retire pas : l'Allemagne a profité de ne plus avoir un Mark fort face aux Francs et à la Lire, grâce à l'Euro, pour pilonner ses voisins, sciemment. Et leurs industriels ont logiquement pris des parts de marché, grâce à cette monnaie moins chère que ce à quoi leurs compétitivité et excédents devraient aboutir. Résultats, nos usines ferment, notre protection sociale devient infinançable, nos déficits budgétaires explosent. Et les Allemands, au lieu de réparer les dégâts, jouent les pères la morale. Qu'ils quittent donc l'Euro s'ils sont si forts : on verra combien ils en vendent des VW Polo 25 à 30% plus chères, en Neue Marks...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :