Une région espagnole investit dans ses "auto-entrepreneurs" pour sortir de la crise

 |   |  515  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'Estrémadure, région pauvre du sud-ouest de l'Espagne, a annoncé un plan d'aide de 75 millions d'euros sur 3 ans pour en faveur de ses travailleurs indépendants, qui représentent un travailleur sur cinq dans la province. Le gouvernement local veut endiguer la montée du chômage et soutenir son tissu entrepreneurial composé à 99 % de micro-entreprises ou de PME.

Depuis 2007 et l'éclatement de la bulle immobilière, les bonnes nouvelles sont rares sur le front de l'emploi espagnol. Ainsi que les initiatives des collectivités locales régulièrement étouffées par les coupes budgétaires. Autant dire que, pour les travailleurs indépendants d'Estrémadure, région du sud-ouest du pays, le plan de soutien élaboré par le gouvernement local a été accueilli comme une bouffée d'oxygène. « Historique, unique et pionnier. » C'est en ces termes que le président de l'exécutif de cette région autonome, José Antonio Monago, s'est targué de cet éventail de mesures destinées à aider les « autonomos », autrement dit les indépendants, qui représentent aujourd'hui un travailleur sur cinq dans cette région. Un territoire dont le tissu entrepreneurial, centré sur les services et le tourisme (notamment rural), est constitué à 99% de micro-entreprises ou de PME.

Conscient de l'enjeu pour l'économie locale et malgré le contexte d'austérité, le gouvernement régional va donc consacrer 25 millions d'euros par an, lors des trois prochains exercices, à soutenir un secteur fragilisé par la crise et l'assèchement du crédit. Les travailleurs indépendants seront ainsi dispensés de payer leurs cotisations à la Sécurité sociale pendant deux ans. En outre, toute une batterie d'aides directes a été imaginée pour aider au lancement d'une activité, avec des coups de pouce pouvant aller jusqu'à 7.500 euros.

Aucune autre région ne s'est impliquée autant

Des systèmes de prêts sont également prévus pour aider les entrepreneurs en difficulté, dans la limite de 30.000 euros. « En Estrémadure, plus de 20% des entreprises créées en 2010 n'ont pas survécu à leur première année d'existence », a rappelé José Antonio Monago. Un phénomène qui concerne toute l'Espagne : en raison de la crise, le nombre de travailleurs indépendants a chuté ces dernières années. Rien qu'en 2012, le pays a perdu 47000 professionnels.

Dans ce contexte, les associations professionnelles régionales ne cachent pas leur satisfaction, à l'image de Raquel de Prado, présidente de l'antenne locale de l'Association des travailleurs indépendants (ATA), qui note : « Ce que nous avons signé avec la Région est un plan innovant. Ces mesures vont nous permettre d'accéder aux financements. Surtout, il correspond aux besoins de notre profession et répond à nos revendications historiques. »

Même tonalité chez Daniel Nieto, président de la Confédération espagnole des travailleurs indépendants (CEAT), qui juge qu'« il n'y a aucune autre région qui se soit engagée avec des objectifs aussi ambitieux ».La profession attend désormais un vaste plan national, promis par le gouvernement, mais qui tarde à venir.

Pour Lorenzo Amor, le président national d'ATA, il n'y a pourtant pas à hésiter : « L'Espagne sortira de la crise le jour où les travailleurs indépendants commenceront à prospérer de manière continue, car c'est un secteur clé pour la création d'emplois et de richesse. Nous devons être conscients que, si l'année 2013 est une bonne année pour les travailleurs indépendants, l'Espagne ira mieux elle aussi. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/06/2013 à 14:51 :
En France, le gouvernement fait tout l'inverse de ce qu'il faudrait faire, quoi...

-19.000 euros de Chiffre d'affaire max avec le régime de l'auto-entrepreneur: MERCI DE PAS CONFONDRE CHIFFRE AFFAIRE ET BÉNÉFICE!!!

-Charges sociales + fiscales (BNC+Cipav+impôts à la source) : 4.465 euros.
Il me reste donc 14.535 euros
-6100 euros de charges par an: abonnement Edf pour four céramique + cuissons céramique + voiture + Assurances + Terre + matières premières + Paypal + Etsy + emballages + banque + expo + eau + fournitures diverses.
= 8435 euros de bénéfice par an = 702 euros de bénéfice par mois
7 ans d'études et de stages (diplômée des métiers d'arts: je sais pas moi ça représente quand même la création, le savoir-faire, l'innovation, le made in France ) et je dois vivre avec 702 euros! Merci le gouvernement pour la création d'un régime qui ne permet pas d'en vivre !!! (alors que mes frais de fonctionnement seraient en partie gommés avec la possibilité de faire un chiffre d'affaire plus important, mais bon ...)

Avec comme alternatives:

1) Le travail au noir au delà de 19.000 Euros
2) Quitter la France pour de plus verts pâturages, il y a plein de beaux pays beaucoup plus accueillants pour un petit entrepreneur.
3) Faire du troc entre auto-entrepreneurs.
4)Le RSA

Avec cette mesure le gouvernement fait tout pour casser la moindre initiative individuelle et pour pousser les gens à la précarité la plus totale. Probablement le plus gros plan social que la France aie jamais connu et qui prend forme dans le silence le plus total. Tant pis pour les milliers de personnes supplémentaires qui se retrouvent au chômage ou avec de mini jobs dans les prochaines années?Tant pis pour les jeunes qui souhaitent créer leur propre emploi, pour les petites retraites, pour les handicapés qui ne trouvent pas de boulot, pour les chômeurs longue durée en galère, pour les femmes au foyer, tant pis pour ceux qui ont une activité qui ne fait pas forcement beaucoup de chiffre d'affaires type les métiers d'arts qu'on aime tant mettre en avant pour l'image culturelle Française, le savoir faire made in France. Pour les soutenir en revanche, il n'y a plus personne. On claque la porte entrouverte sur les doigts des créateurs d'entreprise qui souhaitent juste créer une entreprise, la tester, puis grandir à leur rythme.

Merci la France!!!

Une petite poussine dans l??uf en colère
a écrit le 14/06/2013 à 10:51 :
Pour tous ceux qui veulent en savoir davantage sur le statut auto entrepeneur en espagne voci une vidéo qui vous donnera toutes les infos :
http://www.tas-consultoria.com/blog-fr/statut-autonomo-espagne/
a écrit le 21/03/2013 à 15:38 :
Magnifique initiative j'applaudis des deux mains! C'est comme cela qu'ils vont faire grandir un tissu de PME comme dans le Nord de l'Italie, région très riche car dotée d'un immense réservoir d'artisans et de PME familiales. Les espagnols ont tout compris c'est pourtant logique!! Je suis atterré de voir ce que font nos misérables socialistes, qui bien au contraire sont dans une logique de destruction, à en juger par les dépôts de bilan chaque mois dans mon secteur d 'activité. Ils ponctionnent nos entreprises pour leur refiler 20 milliards via la BPI (et encore toutes ne els touchent pas...). Quel non-sens! Et les dégâts seront irréparables et nous allons accuser un retard encore plus important avec les autres pays.
L'Histoire se souviendra de cet éphémère passage de la gauche au pouvoir français comme d'un cataclysme économique pour le pays. Encore bravo à l'Estremadura pour son initiative.
a écrit le 19/03/2013 à 8:28 :
bravo extramadur

ou trouvez vous l´argent ? en catalugna peut ètre?
a écrit le 16/03/2013 à 14:36 :
Trop drôle !! au moment ou notre gouvernement tente de faire la peau aux auto entrepreneurs!!!!car notre gouvernement s'est calmé face à la gronde mais reviendra à la charge incessamment sous peu !!! On pourra lui citer l'exemple espagnol!!!!
a écrit le 16/03/2013 à 10:35 :
Tant qu'on n'aura pas vire 30% de fonctionnaires inutiles, tous les Etats occidentaux vont s'enfoncer dans une crise sans pareille.
Cette petite mesure (les indépendants seront ainsi dispensés de payer leurs cotisations à la Sécurité sociale pendant deux ans), c'est bien mais largement insuffisant. Par ailleurs, cette mesure est financee par une augmentation de la dette, ce qui est mauvais. Il eut fallut que ce soit finance par l'economie sur les depenses publiques, c.a.d. diminution de nombre de bureaucrates.
a écrit le 16/03/2013 à 9:14 :
Faites comme le PS et notre président bien aimé, taxez les travailleurs non salariés à fonds : charges sociales +11 % en 2013, taxation des dividendes à l IS + CGS + charges sociales + au taux marginal impot( sur 60 % de ce qui reste) , limitation des frais kilometriques à ... 6cv fiscaux , impots locaux en hausses constantes....
a écrit le 16/03/2013 à 6:14 :
Quand on pense à nos responsables mais pas coupables qui nous prédisaient avec l'Europe et l'Euro un bel avenir radieux !! Presque le paradis... A présent on a le choix entre sortir de l'Euro et mourir de mort violente ou rester dans l'Euro et mourir à petit feu. Dans tous les cas c'est le suicide collectif qui s'impose. Le malheur et la misère pour tous c'est cela la vérité.
Réponse de le 16/03/2013 à 10:40 :
Et en prime ils continuent à nous prendre pour des cons
a écrit le 16/03/2013 à 3:13 :
Du fait que la disparité des compétitivités à l'intérieur de l'Union Monétaire est surtout due à des facteurs naturels et immuables, il n'y a pas d'autre alternatives au protectionnisme pour éviter les déséquilibres des balances commerciales.
Une vraie Zone économique ne peut exister sans union fiscale, donc soit retour au protectionnisme, soit quitter la Zone Euro ou avoir une ministère des finances pour la Zone économique en question, comme aux États Unis, Suisse, Canada et autres.
a écrit le 15/03/2013 à 19:48 :
Sortir de la zone euro et tout ira bien ecoutez françois ASSELNEAU créateur de l'UPR et je suis sur que vous serez tous d'accord avec lui
a écrit le 15/03/2013 à 18:41 :
comme quoi tous arrive, dire il faut etre autant dans la merde pour comprendre que la croissancese fait par l entreprise.MONSIEUR LES POLITIQUE FRANCAIS REVEILLE VOUS ON CREVE DE VOS CONNERIES.
a écrit le 15/03/2013 à 17:26 :
Chez nous , le PS voulait en terminer avec les auto entrepreneurs ... C est dire la compréhension économique de nos énarques au pouvoir

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :