Chômage, récession, consommation... tour d'Europe en quelques (très mauvais) chiffres

 |   |  486  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Photo Reuters)
En cette veille de 1er mai, la zone euro a été balayée par une serie d'indicateurs peu réjouissants.

Récession dans certains pays, croissance en berne ailleurs, chômage en hausse partout...en cette veille de 1er mai, La Tribune récapitule les chiffres marquants caractérisant le (mauvais) état de santé de la zone euro.

  •  12,1% : le taux de chômage dans la zone euro

Au mois de mars, le taux de chômage atteint le niveau inégalé de 12,1% de la population active, selon Eurostat. Un taux en hausse par rapport à celui de 12% du mois de février. Le chômage, qui vole de record en record en Europe, en est à son 23e mois consécutif de progression dans la zone euro, où 62.000 personnes supplémentaires sont venues grossir les rangs des demandeurs d'emploi en un mois. Comparé à mars 2012, le nombre de chômeurs s'est accru de 1,723 million.

>> La flambée du chômage en Europe? C'est à cause du SMIC pense Angela Merkel

Le triste record est détenu par la Grèce avec un taux de chômage de 27,2% en janvier 2013 (contre 21,5% en janvier 2012), juste devant l'Espagne avec 26,7% de chômeurs en janvier (contre 24,1% l'année précédente). En revanche, l'Autriche affiche le meiller résultat (4,7%), juste devant l'Allemagne (5,4%).

  • Le PIB espagnol en baisse

Le produit intérieur brut de la péninsule ibérique est passé de 1,063 million d'euros en 2011 à 1,0495 million d'euros en 2012, selon les données d'Eurostat du mois d'avril. Le PIB de l'Espagne a reculé de 0,5% au premier trimestre 2013, selon les chiffres officiels provisoires publiés mardi, qui confirment la récession dans laquelle est plongé le pays depuis la fin 2011. Sur l'ensemble de l'année, le gouvernement prévoit une contraction du PIB de 1,3%, soit à peine mieux qu'en 2012, où le repli de l'économie espagnole avait atteint 1,4%, alors que le pays, quatrième économie de la zone euro, est frappée par un taux de chômage record de 27,16%.

>> Espagne: la récession s'aggrave (encore)

  • La consommation des ménages en France

La consommation des ménages a repris en France en mars, avec une hausse de 1,3% succédant à un baisse de 0,2% en février. Mais ce rebond a été insuffisant pour empêcher un recul sur le premier trimestre, a annoncé mardi l'Institut national de la statistique et des études économiques. Sur les trois premiers mois de l'année, cet indicateur clef de l'activité économique a reculé de 0,4%. Cette tendance à la baisse était déjà observée au dernier trimestre 2012 (-0,1%), a rappelé l'Insee.

Selon l'institut statistique, la hausse de la consommation enregistrée en mars a été "principalement imputable au rebond des achats alimentaires et au dynamisme de la consommation en énergie". Les dépenses en produits alimentaires ont repris (+2,6%) par rapport à février où elles étaient en recul (-0,3%). Elles ont été également en hausse sur l'ensemble du trimestre de 0,9% après un recul équivalent au dernier trimestre 2012.

 >> le montant des crédits à la consommation continue de reculer

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/05/2013 à 20:55 :
Faut-il sortir de l'Euro de Jacques Sapir, éditions du Seuil (2012)
De la Grèce à l'Italie, en passant par l'Irlande, le Portugal et l'Espagne, la zone Euro est en feu. La Monnaie Unique censée nous protéger se révèle un piège dangereux. Tout cela avait été prévu car les défauts structurels de la Zone Euro étaient notoires et bien connus des économistes.
L'Histoire dira la responsabilité de nos gouvernements qui, par idéologie, par conformisme et parfois aussi par lâcheté, ont laissé la situation se dégrader jusqu'à l'irréparrable. Elle dira aussi l'immense culpabilité de ceux qui ont cherché à imposer une Europe Fédérale en contrebande, par le biais de la Monnaie Unique, à des peuples qui n'en voulaient pas.
Aujourd'hui, c'est aussi une certaine conception de l'Europe qui agonise. La crise actuelle solde à la fois les erreurs d'une financiarisation à outrance et la faute politique que furent le Traité de Lisbonne et le Déni de Démocratie qui suivit le réferendum sur le projet de Traité Constitutionnel en 2005.
Faut-il dans ces conditions, sortir de l'Euro ? Ce livre tente de répondre à cette question. Il se propose d'examiner la crise actuelle, de mettre en évidence tant ses origines que la conjonction de politiques particulières qui l'ont rendu inévitable. Il entend montrer au lecteur comment nous en sommes arrivés là, à partir des espoirs - pour certains réels et pour d'autres imaginaires - qui avaient été mis dans l'Euro à l'origine. Il se propose enfin de montrer les solutions possible qui s'offrent à nous, et d'évaluer objectivement si nous avons un intérêt à rester dans l'euro.

a écrit le 01/05/2013 à 21:59 :
Rien n'a jamais été mieux en Europe, on prend des vacances on revendique, on demande toujours plus que grand bien fasse au prolétariat, les Chinois travaillent comme les Asiatiques pour 200 euros, sans chômage, sans vacances, sans caisse maladie et ils en redemandent, quelle bonne idée de faire travailler les Chinois vous ne trouvez pas ? Les Français revendiquent ne font que revendiquer et séquestrent encore le patron tant pis pour eux ! qu'ils coulent comme le titanic !
Réponse de le 02/05/2013 à 0:01 :
C vrai que les chinois travailent dur mais ils ont aussi des vacances et des jours feries.
a écrit le 01/05/2013 à 19:48 :
Mais non, mais non, ce n'est pas le Smic le responsable, ce sont les salaires.
Supprimons les salaires et l'économie "financière" se portera à merveille. Instaurons les tickets pour le logement, la nourriture, l'habillement, et quelques babioles pour distraire le bon peuple,e tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes, sous la surveillance des caméras.
a écrit le 30/04/2013 à 19:05 :
L'UE, c'est le viol permanent de la démocratie et de la souveraineté nationale, la guerre économique, l'appauvrissement généralisé, la tiers-mondisation.
Réponse de le 01/05/2013 à 9:40 :
EXACT !! 1000000fois exact !!!
a écrit le 30/04/2013 à 17:31 :
On a des emplois en Allemagne, mais le salaire est de 500 euros/mois et il faut se lever tous les matins, sinon on peut rester dormir en France avec le RSA...
Réponse de le 30/04/2013 à 17:50 :
Le travail n'est pas une FIN en soi mais un MOYEN de gagner sa vie (entre autres).
Réponse de le 30/04/2013 à 20:17 :
@michel. Que chacun s'occupe de ses affaires et les vaches seront bien gardées.
Réponse de le 01/05/2013 à 8:53 :
@Michel....
Votre analyse est d'une profondeur insondable. Michel va nous expliquer comment il fait pour vivre avec 500 euros par mois... Michel nous attendons vos trucs et astuces du quotidien pour devenir un armer arbeiter et fier de l'être.
Réponse de le 01/05/2013 à 9:31 :
Tenez Michel je vous donne des pistes :
Le loyer ? 770?/mois pour un 60m2 à Lille contre 450?/mois à Cologne... Simple, diminuons les loyers de 45%... J'espère que vous n'êtes pas un bailleur Scellier, sinon, z'allez vous les mordre. Remarquez qu'avec 500?/mois, il vous reste quand meme 50? pour finir le mois à Cologne... L'Eldorado en quelque sorte.
Les prix à la conso étant un peu moins élevés d'environ 10% disons qu'il restera 55? pour tenir un mois soit : 1.33?/jour. Si vous prenez le transport en commun pour aller bosser, le ticket de métro en carnet est 1.30? l'unité c'est trop cool , faudra juste faire la manche pour rentrer du taf... L'est pas belle la vie ?
Réponse de le 01/05/2013 à 9:38 :
vous allez travailler, vous pour 500 eur/mois? une fois le loyer payé, vous allez sûrement travailler au black pour payer le reste? !: non! mais vous nous prenez pour des quiches, réfléchissez SVP, encore un qui a un poichiche à la place du cerveau, pourvu qu'on blablate, pour écrire du sensé, c'est autre chose !
Réponse de le 01/05/2013 à 9:42 :
avec Michel, p..ain! qu'est ce qu'on ferait comme économies! il est capable de tout payer, lofer, bouffe,assurances, factures etc, etc et en plus , je suis sûr qu'il ferait des économies! il est vraiment interessant ce type, CHAPEAU !!
Réponse de le 01/05/2013 à 10:10 :
Même pas les petits et modestes retraités ne s'en sortent pas avec cette somme(et pourtant ils ne font plus de frais courants, ou très peu comme s'habiller, se payer un ou deux petits plaisirs, même peu chers !), mais il y a les sommes que l'on ne peut éviter, les factures, le loyer, même si aide, assurane appart.....vu que sous 950 eur, on est considérés sous le seuil de pauvreté, alors avec 500 eur, c'est le tiers monde, ici, s'entend en France, et que de gens dormant sous les ponts, ne pouvant payer le tout : HOP ! l'expulsion !!....il est épatant" Michel.....comment il fait ????......
Réponse de le 01/05/2013 à 10:14 :
Ben, à moins de gagner 500 euros et de vivre en parallèle dans la rue, on doit s'en sortir...ou alors, il doit pratiquer le "viens chez moi, j'habite chez une copine.." ah!ah!
Réponse de le 01/05/2013 à 10:51 :
avec 500 eur/mois il y alloc. pour loyer, chauffage, transport etc (à Cologne j'entends).
Réponse de le 01/05/2013 à 12:33 :
Si je comprends bien, le salarié à 500/mois a le droit à des aides publiques...plutot qu'à un salaire déçent... Votre idée étant de faire porter à la collectivité la survie d'un travailleur pauvre... Au final, l'Etat croule sous les engagements, le salarié est un salarié-assisté-pauvre plutot qu'un chomeur-assisté-pauvre... Finalement, le seul gagnant c'est l'entreprise...
C'est un nouveau contrat social, pourquoi pas... pour peu que ramasser des savonnettes sous la douche soit un contrat social...
Réponse de le 01/05/2013 à 12:46 :
ah! alors si la vie est "bien" moins chère qu'en France, ça pourrait" se comprendre,éventuellement....mais en France puisque les salaires stagnent, retraites qui baissent, on a qu'à "baisser", beaucoup, beaucoup le coût de la vie, et ma foi, on arriverait, qui sait, même à faire quelques économies indispensables par les temps qui courent, une poire" même modeste pour la "soif" ! mais c'est comme pisser dans un violon, la France, actuellement est pratiquement "infréquentable"à beaucoup de points de vue...TRISTE ! (toujours pour la somme de 500 eur avec immenses baisses ici...)
Réponse de le 01/05/2013 à 12:48 :
Superbement démontré !! ++1000 alors pour Michel, ça ne tient pas la route, du tout..
a écrit le 30/04/2013 à 16:56 :
Effectivement la situation du moment n'est vraiment pas terrible, mais si l'Europe ou l'Euro explosent, le résultat sera encore pire : LA GUERRE. Et cette solution à déjà été testée 2 fois au 20 ième siècle avec les résultats qu'on connait. Les Européens n'ont que le choix de s'entendre, pour inventer un nouveau mode de fonctionnement du vieux continent.
Réponse de le 30/04/2013 à 17:17 :
@RL. Seriez-vous Nostradamus ou peut-être le calendrier maya vous informe t'il non peut-être Paco Rabanne, plutôt Elizabeth Tessier. Si non je ne vois pas ce qui,peut vous conduire à dire cela car avant l'Euro, l'Europe et moi même vivions bien mieux. Les risques de guerre civile en Europe sont bien là. Avez-vous remarqué que les mariages forcés se terminaient souvent par des divorces.
Réponse de le 30/04/2013 à 17:21 :
N'importe quoi votre affirmation qui ne sert qu'à faire peur. C'est la paix qui a permis l'UE et pas le contraire et c'est l'UE qui nous mène à la guerre. Seule une sortie de cette dictature permettra aux pays européens de retrouver un équilibre social et économique.
Réponse de le 30/04/2013 à 17:35 :
Et voilà le retour de la stratégie de la terreur, incarnée cette fois par RL, le gagnant du jour donc. N'entendez vous pas le bruit des chars derrière chaque frontière ? Les européistes sont décidément prêts à tout et c'est surtout ça qui me fait peur.
Réponse de le 01/05/2013 à 8:06 :
@clyde +1
Réponse de le 01/05/2013 à 9:48 :
que nous a apporté de positif cette "chère EU, cherchons bien, ...meme avec un gros effort, il n'y a rien de rien! c'était cent fois mieux sans elle, elle n'a apporté que de la misère, du désespoir, du chômage, aucun avenir!! par contre, il ne doit pas en être pareil, pour les banksters, politiques, affairistes etc! une véritable DICTATURE, que l'on rejette de plus/plus!! en attendant, elle aura fait ENORMEMENT de MAL ..... s'en souvenir SVP, ayons un peu de mémoire, ça changera...
a écrit le 30/04/2013 à 16:42 :
Pour le chômage, en France, on n'a pas tout essayé.
Par exemple : réduire la durée d'indemnisation. Comme un chômeur non indemnisé a tendance à oublier son actualisation mensuelle auprès de Pole Emploi, la baisse du chômage est mécanique. C'est prouvé.
a écrit le 30/04/2013 à 16:27 :
C'est beau l'Europe !!! Les belles promesses de nos politiciens......
a écrit le 30/04/2013 à 16:20 :
Vous vous rappelez toutes les belles promesses au moment du référendum sur le traité de Maastricht ?

- « Si le traité était en application, finalement la Communauté européenne connaîtrait une croissance économique plus forte, donc un emploi amélioré. » (Valéry Giscard d?Estaing, 30 juillet 1992, RTL)

- « L?Europe est la réponse d?avenir à la question du chômage. En s?appuyant sur un marché de 340 millions de consommateurs, le plus grand du monde ; sur une monnaie unique, la plus forte du monde ; sur un système de sécurité sociale, le plus protecteur du monde, les entreprises pourront se développer et créer des emplois. » (Michel Sapin, 2 août 1992, Le Journal du Dimanche)

- « Maastricht constitue les trois clefs de l?avenir : la monnaie unique, ce sera moins de chômeurs et plus de prospérité ; la politique étrangère commune, ce sera moins d?impuissance et plus de sécurité ; et la citoyenneté, ce sera moins de bureaucratie et plus de démocratie. » (Michel Rocard, 27 août 1992, Ouest-France)

- « Les droits sociaux resteront les mêmes ? on conservera la Sécurité sociale ?, l?Europe va tirer le progrès vers le haut. » (Pierre Bérégovoy, 30 août 1992, Antenne 2)

- « Pour la France, l?Union Economique et Monétaire, c?est la voie royale pour lutter contre le chômage. » (Michel Sapin, 11 septembre 1992, France Inter)

- « C?est principalement peut-être sur l?Europe sociale qu?on entend un certain nombre de contrevérités. Et ceux qui ont le plus à gagner de l?Europe sociale, notamment les ouvriers et les employés, sont peut-être les plus inquiets sur ces contrevérités. Comment peut-on dire que l?Europe sera moins sociale demain qu?aujourd?hui ? Alors que ce sera plus d?emplois, plus de protection sociale et moins d?exclusion. » (Martine Aubry, 12 septembre 1992, discours à Béthune)

- « Si aujourd?hui la banque centrale européenne existait, il est clair que les taux d?intérêt seraient moins élevés en Europe et donc que le chômage y serait moins grave. » (Jean Boissonnat, 15 septembre 1992, La Croix)
Réponse de le 01/05/2013 à 22:14 :
Merci pour tous ces rappels....on en est loin..très loin !
a écrit le 30/04/2013 à 16:18 :
"La consommation des ménages a repris en France en mars, avec une hausse de 1,3% succédant à une baisse de 0,2% en février"

Avec la moitié nord du pays sous la neige pendant 10/15 jours, je voudrais bien voir comment est calculé cette hausse ?
Surement pour se chauffer (Gaz, électricité,...) ... donc surement une "fausse bonne nouvelle"
a écrit le 30/04/2013 à 16:11 :
Nous avons encore un peu de retard sur la Grèce... pour inverser la courbe...mais ça va venir rapidement...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :