Libre-échange transatlantique : "Entre partenaires, on n'espionne pas ! "

Les révélations du magazine Der Spiegel sur le programme d'espionnage électronique américain visant Bruxelles suscitent des réactions. Jean-Luc Mélanchon demande "l'arrêt immédiat des négociations", Laurence Parisot prône une réaction forte sans couper les ponts. Le président du Parlement européen, Martin Schulz, craint pour les relations transatlantiques, tout comme la commissaire européenne à la Justice Viviane Reding.

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Les révélations du magazine allemand Der Spiegel n'ont surement pas fini de faire parler...Il a en effet dévoilé ce dimanche que le grand programme d'espionnage électronique américain mené par la NSA (Agence nationale de sécurité) visait notamment l'Union européenne (UE).
Après avoir pris connaissance de ces révélations, le coprésident du Front de Gauche Jean-Luc Mélanchon a réclamé "l'arrêt immédiat des négociations" commerciales entre l'UE et les Etats-Unis, et a demandé que "la France accorde l'asile politique" à Edward Snowden, "qui a permis de démasquer ce complot", et que Der Spiegel cite comme étant une de ses sources. "Les Etats-Unis d'Amérique espionnent l'Union Européenne. Or, le mandat de négociation de la Commission européenne en vue d'un marché unique avec les Etats-Unis est resté caché pour les citoyens et les parlementaires, au motif du secret des pourparlers. Je demande l'arrêt immédiat des négociations et la publication du mandat européen", a ainsi écrit Jean Luc Mélanchon dans un communiqué.

Laurence Parisot attend "une réaction forte" sans pour autant casser les relations

La présidente sortante du Medef, le syndicat patronal français, Laurence Parisot, n'est pas de cet avis. Si elle juge tout de même les révélations du Spiegel "très graves", elle attend "de l'Union européenne une réaction forte, sans pour autant évidemment casser toutes les relations, y compris la préparation de la négociation d'un nouveau traité de libre échange entre l'Europe et les Etats-Unis", a-t-elle expliqué au micro d'Europe 1. "Il faut demander des explications"; "il faut être exigeant, mais ne surtout pas rompre les ponts de l'échange, du commerce et du business", a-t-elle ajouté.
Mais si les faits révélés étaient avérés, difficile de croire que les relations entre américains et européens ne se dégradent pas, comme l'expliquait samedi soir le président du Parlement européen, Martin Schulz : "Si cela se confirme, il s'agit d'un immense scandale (...) Cela nuirait considérablement aux relations entre l'UE et les Etats-Unis".

"Entre partenaires, on n'espionne pas"

De même, la commissaire européenne à la Justice Viviane Reding a pour sa part assuré dimanche qu'"entre partenaires, on n'espionne pas", remettant en cause la négociation d'un accord de libre-échange transatlantique si le doute n'était pas levé sur les allégations d'espionnage de l'UE par les Etats-Unis.
"On ne peut pas négocier sur un grand marché transatlantique s'il y a le moindre doute que nos partenaires ciblent des écoutes vers les bureaux des négociateurs européens", a déclaré lors d'une rencontre avec des citoyens au Luxembourg la commissaire européenne. 

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 21
à écrit le 05/07/2013 à 14:35
Signaler
melanchon a raison comment negosier avec un pays qui c est tout de vos faiblesses est de l aventage qu il peut en tire economiquemement??? dans la vie il y a les dominants et les domines il faut savoit qu en economie s est dangereux de se faire dom...

à écrit le 01/07/2013 à 15:27
Signaler
Bonjour à tous, Jeune étudiant en droit et administrateur du blog www.librepolitique.com, je cherche des témoignages de français, jeunes ou moins jeunes, partis à l'étranger, définitivement ou non, parce qu'ils ne trouvaient pas leur place en France....

le 01/07/2013 à 18:10
Signaler
Demandez donc a Felix Marquardt, qui ne cesse de pousser les jeunes à partir, un libéral s'il en est. Mais la jeunesse n'est pas une variable d'ajustement, alors c'est pas la peine de mettre en scène ces exils forcés économiquement. Le néolibéralisme...

à écrit le 01/07/2013 à 10:33
Signaler
L'accord us europe debouchera sur une liberalisation du port d'arme en europe, les marchands d'armes us et les lobbys travaillent deja à ca dans l'ombre.

à écrit le 01/07/2013 à 8:02
Signaler
Les français sont assez mal placer pour donner des leçons aux Américains en terme d'espionnage entre partenaires. Les français font exactement la même chose en Suisse et ils paient et protègent même des voleurs pour des données bancaire. Visiblement ...

à écrit le 01/07/2013 à 7:48
Signaler
Il est très remarquable que le temps de big briguer, 1984, est bien loin derrière nous! Suite notamment à 9/11, il est devenu très acceptable de voir sa liberté individuelle réduite, d'être obligé de justifier tous les aspects de sa vie, de déclarer ...

à écrit le 01/07/2013 à 6:10
Signaler
Tout le monde remarquera qu'on a pris la précaution de s'assurer que nos négociateurs aient un blanc seing avalisé par tous avant de s'offusquer officiellement de l'espionnage US, alors que tout le monde le savait déjà. Et on se demande pourquoi nous...

à écrit le 01/07/2013 à 1:01
Signaler
Après avoir du envoyer des Boys se faire trucider dans les tranchées de Verdun pois sur les plages de Normandie. Effectivement, je ne ferais pas confiance dans ces pays européens.

le 01/07/2013 à 5:38
Signaler
Ah, oui, bien entendu les USA ont envoyé les boys se battre en Europe pour nos beaux yeux, nullement pour leurs intérêts, et la marmotte elle emballe aussi le chocolat. C'est beau de croire encore au Père Noël à cet âge là.

le 01/07/2013 à 6:14
Signaler
Il y eut beaucoup de volontaires à venir se battre à nos côtés. C'est plus à eux que nous devons une grande reconnaissance, qu'au gouvernement US qui était plutôt opposé à une intervention.

à écrit le 01/07/2013 à 0:37
Signaler
C'est quoi ce bazar, on a pas fini d'en faire baver avec le traité de Lisbonne ultra-libérale (malgré le NON au référendum de 2005) que voila la Communauté Européenne en train de discuter d'un Libre-échange transatlantique? Et sans referendum au bout...

le 01/07/2013 à 5:45
Signaler
Vous avez raison mais ne semblez pas savoir que la construction "européenne" est en fait pilotée par les USA. Nous ne sommes rien d'autre que des colonies du grand frère américain. Le grand marché transatlantique en est l'aboutissement logique. Il n'...

le 01/07/2013 à 17:59
Signaler
Peut-être, ou pas, après tout je ne suis pas choqué car ils sont venu en 1945 arrêter la boucherie. Mais au final rien ne peut se faire sans le consentement des peuples, tout les 'printemps' récents le prouve. Peut-être croyaient-ils que le peuple do...

à écrit le 30/06/2013 à 19:22
Signaler
Mélenchon a raison, pour une fois. D'ailleurs, les américains ont certainement déjà analysé les différentes positions officielles et les intentions cachées de chacun des partenaires européens à l'aide de tout ce programme, pour dégainer aussi rapidem...

le 01/07/2013 à 0:42
Signaler
+1 et la Commission Européenne, si elle veux reconquérir le soutien des peuples, largement ébranlé par la crise, et retrouver ainsi une légitimité, ferait bien d'avoir la même analyse.

à écrit le 30/06/2013 à 19:10
Signaler
Et si cette affaire calmait un peu le viol du terme virtuel au sujet d'internet numérique et compagnie, viol avec lequel quasi tt le monde s'est amusé depuis le début des nineties, par là ? Ce serait pas mal non ? Et permettrait peut être aussi de ...

à écrit le 30/06/2013 à 18:05
Signaler
Tout le monde observe/espionne tout le monde à travers les réseaux électroniques et caméras de surveillances. Peut-on croire que les français qui ont vendu et installé des systèmes d?espionnage en Libye, Iran, Syrie, pays d'Afrique, etc. soient total...

le 01/07/2013 à 1:13
Signaler
1 ) L'industrie informatique européenne ne couvre pas 90% du marché US comme le font leurs sociétés Google, Amazon, Microsoft.... etc. C'est une question d'accès. Mais aussi une question d'économie, le secteur informatique en Europe est pratiquement ...

à écrit le 30/06/2013 à 17:56
Signaler
Un article bourré de fautes de fond et de fautes de forme. M. Mélenchon (avec un "e") n'est pas co-président du front de gauche mais du parti du gauche. Il ne fait pas bon travailler le dimanche...

le 30/06/2013 à 19:22
Signaler
Appelez moi le Directeur ! Je l'aurais, je l'aurais...

le 30/06/2013 à 19:24
Signaler
Si ça ne te convient pas t'as K aller sur un autre site.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.