Espionnage électronique : l'Union européenne attend une réponse de Washington

 |   |  515  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Photo Reuters)
Selon le magazine allemand Der Spiegel, le programme d'espionnage de l'Agence nationale de sécurité américaine (NSA) aurait visé les institutions de l'Union européenne. Le magazine dit tenir en partie ses preuves de l'ancien consultant américain de la NSA, Edward Snowden, actuellement en cavale, et à l'origine des révélations sur ce programme. L'Europe demande des explications à Washington.

Surpris, les Européens ont exigé dimanche des explications sur le programme d'espionnage américain qui aurait également visé les institutions de l'Union européenne (UE), selon de dernières révélations dans cette affaire qui pourraient compliquer les relations transatlantiques.
Le magazine allemand Der Spiegel a en effet révélé dimanche que le programme d'espionnage de la NSA américaine (Agence nationale de sécurité) a aussi visé l'Union européenne. Le magazine fonde ses accusations sur des documents confidentiels dont il a en partie pu avoir connaissance grâce à l'ancien consultant américain de la NSA, Edward Snowden, à l'origine des révélations sur ce programme baptisé Prism.

Bruxelles a immédiatement pris contact avec Washington

"Nous avons pris contact immédiatement avec les autorités américains à Washington et à Bruxelles et les avons mis face aux informations de presse. Ils nous ont dit qu'ils vérifiaient l'exactitude des informations publiées hier et qu'ils reviendraient vers nous", a réagi la Commission européenne dans un communiqué.
Dès samedi soir, le président du Parlement européen, Martin Schulz, avait estimé que "si cela se confirme, il s'agit d'un immense scandale". "Cela nuirait considérablement aux relations entre l'UE et les Etats-Unis".
Depuis l'Afrique du Sud, où il accompagne le président américain Barack Obama, le conseiller adjoint à la Sécurité nationale, Ben Rhodes, s'est contenté de souligner que les Européens étaient des "parmi les alliés les plus proches" des Etats-Unis en matière de renseignement, se refusant à de plus amples commentaires.

Micros dans les bâtiments, infiltration du réseau informatique...

Selon un document publié par le Spiegel, daté de septembre 2010, classé "strictement confidentiel", la NSA décrit comment elle espionnait la représentation diplomatique de l'Union européenne à Washington. Il s'agissait non seulement de micros installés dans le bâtiment, mais aussi d'une infiltration du réseau informatique qui lui permettait de lire les courriers électroniques et les documents internes.
La représentation de l'UE à l'ONU était surveillée de la même manière, toujours selon ces documents, dans lesquels les Européens sont explicitement désignés comme des "cibles à attaquer".

Un scandale qui arrive au pire moment

La NSA avait même étendu ses opérations jusqu'à Bruxelles. Il y a "plus de cinq ans", écrit Der Spiegel, les experts en sécurité de l'UE avaient découvert un système d'écoutes sur le réseau téléphonique et internet du bâtiment Justus-Lipsius, principal siège du Conseil de l'Union européenne, et qui remontait jusqu'au quartier général de l'Otan dans la banlieue de Bruxelles.
Reste que ce scandale arrive au pire moment, puisque les européens et les américains sont sur le point de renforcer leurs relations commerciales. Le coup d'envoi des négociations pour un accord de libre-échange entre l?Union européenne et les Etats-Unis doit en effet être officiellement donné à Wahington dans les prochains jours. Tandis que l'UE a déjà donné mandat à la Commission pour engager des pourparlers...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/07/2013 à 17:00 :
A la NSA ils écoutent Bruxelles et les lobbyistes,je te dis pas le bruit de fond sur la ligne,y
sont mal à la tététe le soir,quand aux gars qui déverminent tout cela ho vain dieu le bordel.
Finalement on les enfument tous si ça se trouve,avec tout le bordel qu'il y a à Bruxelles :)
a écrit le 01/07/2013 à 7:54 :
1 - Ce n'est pas un scoop
2 - Nous n'avons rien à gagner à plus de proximité avec les US...Pas plus qu'avec la Russie, la Chine...la mondialisation en générale. Financière, elle ruine le monde, de "l'information", elle le déstabilise, culturelle elle l'appauvrit.
3 - La marche forcée à l'uniformisation anglo-saxonne se fait dans l'irrespect des peuples, de leur culture. Normal, le US n'ont aucune histoire et sont le summum de la sous-culture la plus crasse du monde.
Réponse de le 02/07/2013 à 9:20 :
Ils ne leur restent plus que la peur,comme moyen de gouvernance (tout états confondus),cela ne va pas aller bien loin tout ça.Dire que ces gens là ambitionnent la gouvernance mondiale ,on est pas dans la purée (de nous autres).
a écrit le 01/07/2013 à 2:21 :
Et combien de nos politiques sont donc sous la menace de révélations ?Une estimation?moitier ou plus?
a écrit le 01/07/2013 à 0:09 :
Le monde est remplie de taupes de plus nous sommes ts paranoïaque (Parle des gouvernements )
Se que je ne comprend pas comment se fait-il que les européens non pas remarquer qu'ils était pisté lol
Celui qui été au chiotte punaise lui aussi été pisté mdrrrr...
Surement que le chantage à commencé trop de dossiers récupéré par les states
L'europe ne fera rien ils sont grillé
Chapeau les states toujours là ou personne ne les attends :)
a écrit le 30/06/2013 à 23:05 :
Il n'existe aucun pays ami, uniquement des relations commerciales et diplomatiques.
Cela n'étonne guère que les USA utilisent ces pratiques, de notre côté on aurait de ne pas faire la même chose/ On a quand même 3/4 crans retard en intelligence économique par rapport aux states.
Réponse de le 01/07/2013 à 7:45 :
il n'existe pas de pays ami est une legende urbaine , ou une generalité qu'on ressort pour dissimuler son vide interieur
a écrit le 30/06/2013 à 22:06 :
On attend avec impatience la réaction de José Manuel Barroso, afin de pouvoir évaluer son degrés de proximité avec les américains.
a écrit le 30/06/2013 à 21:44 :
Curieux que ce soit la RFA à réagir la 1ère à croire qu'elle y a lâché des plumes....plus que d'autres. Ceci dit
est ce un scoop? Les responsables de BRUXELLES ne sont pas naïfs mais corrompus, leur lente réaction
le prouve à suivre l'attitude de BARROSO.....NELLY Kroes.....GAREL de krug . Pour mon compte depuis
échelon cela ne me surprend pas .
a écrit le 30/06/2013 à 20:39 :
Toutes nos grandes entreprises (CAC 40, SBF 120), nos Ministères et grandes administrations sont équipées d'équipements réseaux et de logiciels de sécurité venant des USA et elles se sentent protégées parce que ce n'est pas du chinois... LOL !!!
Réponse de le 01/07/2013 à 7:46 :
et en plus on va acheter (tres cher) 10 drones US pour nous espionner en permanence
a écrit le 30/06/2013 à 19:54 :
De même que les ambassades sont des nids d'espions, cette non-information ne surprend personne. Il n'y a que l'Europe pour faire la surprise. Elle ferait mieux d'en faire de même au lieu de jouer les oies blanches.
a écrit le 30/06/2013 à 19:32 :
L'Europe est vraiment pas contente, elle va faire les gros yeux aux américains, qui vont dire que c'est pas vrais que c'est la faute au vilain Edward Snowden. L'Europe dira que la prochaine fois elle se fâchera toute rouge. Mais surtout avec un grand courage elle fera comprendre aux américains quelle ne fera rien pour Edward Snowden, et qu'ils pourront le condamner à 30 ans de prison.
Réponse de le 01/07/2013 à 12:56 :
30 ans de prison?? non du tout il va disparaitre complétement ou alors avoir un regrettable accident Ce gars la à ballancé une torpille à mer..e dans la face de la sécurité nationale Ils vont faire passer un message pour les prochains qui auraient des états d ames ...
a écrit le 30/06/2013 à 19:26 :
J'ai travaillé aux services de renseignements durant mon service, il se faisait la même chose.
Réponse de le 01/07/2013 à 7:37 :
personnellement je travaille dans les services secrets bretons . Notre espionnons de 2 facons :

1) faire picoler l'ennemi pour lui extraire des infos.
2) coucher avec l'ennemi pour lui extraire des infos.

de nombreux marines et traders sont tombés dans le panneau .
Réponse de le 02/07/2013 à 16:54 :
@breizh Vous voulez dire de nombreux marins ? :)
a écrit le 30/06/2013 à 18:56 :
yes we can.
a écrit le 30/06/2013 à 18:34 :
A quand une attaque des "anonymous" contre les réseaux de la NSA?
Réponse de le 01/07/2013 à 7:38 :
je croyais que les anonymous etaient une emanation de la CIA et il y a longtemps que la CIA espionne la NSA .
Réponse de le 01/07/2013 à 12:49 :
c est la NSA qui espionne la CIA entre autre elle a l oeil sur toutes les agences de renseignement américaines y compris les agences militaires le budget de la NSA c est plus de 5 fois celui de la CIA et une liberté de mouvement juridique et constitutionelle titanesque
a écrit le 30/06/2013 à 17:53 :
Tout va de mal en pis sur la scène internationale à un rythme effrayant... A vos guides de survie !!! lol J'en ai qu'un : guide de survie en territoire zombie..."ou est ma machette ?".
a écrit le 30/06/2013 à 17:52 :
Et ça surprend quelqu'un! Qu'ils écoutent un peu tout et n'importe quoi dont l'UE, pourquoi pas, mais là il s'agit d'espionnage actif envers ce qui est supposé être un allié. On a bien raison de défendre l'exception culturelle entre autres, et on ne doit pas baisser culotte devant les lobbys prolibre échange qui vont nous faire avaler du b?uf aux hormones, de la m.. en barre, regarder des soupes US à la télé (quoique c'est déjà bien avancé) et qui de toute façon nous couillonneront car si l'EU ne sait pas se protéger, les US eux savent.
J'ai bien peur que comme d'hab, l'UE avec Barroso et les Goldman Sachs boys aient déjà vendu l'affaire
a écrit le 30/06/2013 à 17:38 :
Attention l'UE se fâche tout rouge !
Oulala. Qu'est ce qu'ils vont faire pour répliquer ? Sans doute sacrifier encore un peu plus le peu qu'il nous reste sur l'autel de l?américanisation, du libéralisme et de la financiarisation forcené.
Réponse de le 01/07/2013 à 7:39 :
bouh ... on a peur ...
a écrit le 30/06/2013 à 17:37 :
C'est pas bien d'espionner notre exception culturelle!
a écrit le 30/06/2013 à 17:35 :
Voilà une affaire qui sonne comme un "Wake up call" pour la bande d'endormis naïfs de Bruxelles. La moindre des chose serait de reporter le début des pourparlers commerciaux avec les USA, le temps de vérifier la profondeur de la traitrise de nos alliés américains, et de prendre les contre mesures nécessaires pour le maintient de quelque secret dans nos négociations, sinon ce sera un chèque en blanc.
Réponse de le 30/06/2013 à 18:13 :
Oui! La seule réponse possible c'est de reporter les négociations sur le traité transatlantique a 2020 a moins que la commission de Bruxelles ne soit complice des U.S!
Réponse de le 30/06/2013 à 18:37 :
Ciblons le portefeuille US!
Réponse de le 01/07/2013 à 7:41 :
il ne faut pas reporter les negos il faut les annuler car sarko revenant en 2017 il s'empressera d'aller preter allegeance a washington
a écrit le 30/06/2013 à 17:10 :
le prix Nobel de l' écoute électronique vous salue bien !
Réponse de le 30/06/2013 à 18:57 :
Excellent votre pseudo!
a écrit le 30/06/2013 à 17:10 :
Que fera la communauté européenne? Que dal....
Les Usa sont les maitres du monde!
a écrit le 30/06/2013 à 16:37 :
Réveil hou hou !!nous sommes en guerre économique avec les Etats Unis,vous ne croyez pas qu'ils vont nous laisser debout,à coups de rangers dans la hure oui,pas de concurrent ni européen,ni chinois,ni martiens!! NOTHING.
Réponse de le 02/07/2013 à 8:49 :
"La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre contre les Etats-Unis. Une guerre permanente, économique, une guerre sans morts. [...] Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. Une guerre inconnue, une guerre permanente, sans morts apparemment, et pourtant une guerre à mort."François Mitterrand (1916-1996), Ex-Président Français. Commentaire lors d'un entretien privé avant sa mort, cité dans le Courrier International du 13 Avril 2000
a écrit le 30/06/2013 à 16:27 :
Cela en dit long sur les intentions américaines envers les européens. Et sur les informations récoltées à notre insu dans le règlement des différends commenciaux UE/US. La tentative de lancer un espace commercial transatlantique est un projet ancien des États Unis, qui a été lancé à un moment spécifique (crise européenne, crise de leadership européen, crise commerciale, émergence de la Chine, instrumentalisée comme une menace par l'administration américaine, etc...). L'UE à plus à gagner à coopérer avec les états du golfe, et de l'extrême orient qu'avec une puissance parasite qui manipule ses "alliés". Attendons les déclarations langue de bois de nos dirigeants téléguidés pour voir à quel point nous nous faisons rouler dans la farine depuis des décennies....
Réponse de le 01/07/2013 à 8:49 :
Cela ne va pas se passer comme ça ,Me Ashton est sur le coup,il va trembler le grand moi je vous dit.Le Lundi matin on peut rigoler un peu :)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :