Wolfgang Schäuble : "La Grèce va avoir besoin d'un autre programme" d'aide

Le ministre des Finances allemand évoque la nécessité d'accorder une nouvelle aide, la troisième, pour la Grèce en 2014, alors que les Allemands y sont majoritairement opposés. Angela Merkel se montre plus nuancée, mais ne l'exclue pas totalement.

2 mn

"La Grèce va avoir besoin d'un autre programme", a réaffirmé mardi lors d'une réunion électorale le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble, évoquant un nouveau plan d'aide qui, du FMI à la Bundesbank, la banque centrale allemande, est dans toutes les têtes depuis plusieurs semaines.

Angela Merkel plus nuancée...

"Nous l'avons toujours dit à l'opinion publique," a expliqué le ministre des Finances. Certes, Wolfgang Schäuble avait déjà évoqué une nouvelle aide pour la Grèce en 2014, si le pays ne sortait pas d'ici là ses comptes du rouge. En février 2012 déjà, Wolfgang Schäuble, connu pour son franc-parler, avait même prévenu les parlementaires allemands dans un courrier qu'ils auraient sans doute à l'avenir à se pencher à nouveau sur le sort de la Grèce. 

Mais ces propos sont plus tranchés que ceux d'Angela Merkel qui s'en tient pour l'heure à un exercice d'équilibriste vis-à-vis de l'opinion, majoritairement opposée à une nouvelle aide à destination des pays du sud en difficulté.

Le jour-même, Angela Merkel s'affichait encore vague et rassurante sur la question. "Nous avons toujours dit, au sein de la zone euro, que nous ré-examinerions la situation de la Grèce fin 2014 ou début 2015", a déclaré Angela Merkel dans les colonnes du quotidien régional Ruhr Nachrichten publié mardi, ajoutant: "il est raisonnable de s'en tenir à ce calendrier".

... défend quand même l'idée d'une aide

"Nous ne cachons pas que beaucoup de choses doivent changer en Grèce, mais nous voyons de véritables progrès et les saluons", a également dit la chancelière, un message en direction de tous ceux dans les rangs de son parti qui sont sceptiques sur les plans d'aide mis en place depuis 2010 pour les pays en difficultés de la zone euro, engageant des centaines de milliards d'euros d'argent allemand sous forme de garanties.

Peu d'impact dans la campagne électorale

L'opposition ne s'est pas privée de sauter sur le sujet. M. Schäuble "a brisé le tabou auto-imposé", a jugé la députée verte Priska Hinz, jugeant que "la tactique de dissimulation du gouvernement (était) de jour en jour moins crédible".

Mais cette liberté de ton prise par Wolfgang Schäuble n'aura sans doute que peu d'impact quant à l'issue de l'élection des députés du Bundestag, le parlement allemand, qui doit se tenir le 22 septembre prochain. Dans une campagne électorale sans véritable débat, l'Europe n'a pour le moment joué pratiquement aucun rôle, et Angela Merkel semble assurée de sa réélection pour un troisième mandat à la tête de l'Allemagne.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 24
à écrit le 23/08/2013 à 19:08
Signaler
pourquoi pas ? cela devient grotesque et ridicule...

à écrit le 22/08/2013 à 15:48
Signaler
La Grèce,le Portugal,l'Espagne,l'Italie,Chypre,la France (et j'en passe et des meilleurs) en voila du monde à soutenir financièrement pour l'Allemagne,je doute que cela dure bien longtemps.Cela devient le jeu stop ou encore.

à écrit le 21/08/2013 à 15:21
Signaler
les Allemands en majorité, sont opposés à aider leur vassal; qu'ils profitent bien de leur soleil et de leur mer si bleue pour l'instant, c'est l'été!! quand on reste à Athènes, on comprend mieux la situation et on ne peut pas dire que les Grecs son...

à écrit le 21/08/2013 à 13:56
Signaler
La photo est particulièrement bien choisie dans le genre "on a va vous enc...r jusqu'au trognon et çà m'fait bien marrer parce que c'est pas moi qui va payer !".

à écrit le 21/08/2013 à 12:27
Signaler
Il apparait de plus en plus probable que la Grece ne pourra jamais rembourser ses dettes. On parle toujours de ces "banques" qu on veut sauver à tout prix. Le probleme, les vrais creanciers ne sont pas les " banques" mais cette mutlitude de ge...

le 22/08/2013 à 12:57
Signaler
Ce n est pas parce que ma vision humaniste de l économie diffère de vos opinions conservatrices que j ai réellement tort. Bien que vos théories soient encore enseignées dans la plupart des universités européennes, les grandes banques ne constituent ...

le 23/08/2013 à 9:32
Signaler
Chere Taranis, je n ai en rien une vision conservatrice mais juridique, ce que vous expliquer sur la banque d avant 1980 c est le Steal Glass Act, et desole chere amie mais la encore ca n avait rien a voir avec la defense de l interet general. Les Ba...

le 23/08/2013 à 9:41
Signaler
D'autre part on entend parler de sortir de l euros, du retour de la possibilite de frapper sa monnaie, on a la memoire courte tous les pays d Europe ont connu des devaluation, un endettement excessif pire que celui que certain connaissent aujourd hui...

le 23/08/2013 à 11:18
Signaler
Pour illustrer mon propos precedent sur une sortie de l euro inefficace:Histoire(s) de la (non) régulation bancaire (4/5) : la colère de la Banque d'Angleterre contre le lobby bancaire demontrant bien que meme un etat membre de l UE mais pas de l eu...

le 28/08/2013 à 15:59
Signaler
Grand merci de votre intérêt a mes propos prolixes. Désolée du doublement du à mon impatience. Sans bien sur avoir toutes vos connaissances en économie, je me permets toutefois d insister toutefois pour reformuler mon humble avis? Pourquoi ne pourr...

à écrit le 21/08/2013 à 12:05
Signaler
petit à petit la dette fond comme neige au soleil du printemps ! ça fait moins mal en dix fois qu'en une seule ....

à écrit le 21/08/2013 à 10:20
Signaler
Pour comprendre le dessous des cartes sur cette prétendue construction européenne, découvrez les analyses de l?UPR (www.upr.fr), le seul parti REPUBLICAIN qui prône depuis 2007 une sortie de l?UE/l?Euro et l?Otan. Parti complétement boycotté par les ...

à écrit le 21/08/2013 à 9:59
Signaler
"La Grèce va avoir besoin d'un autre programme" d'aide, dit-il... mais il ne précise pas si il lui sera accordé ! J'ai comme un doute...

à écrit le 21/08/2013 à 9:00
Signaler
L Etat social en Grèce est mort et une crise sanitaire émerge: le seul espoir est d'en appeler à la solidarité européenne, les grecs n arriveront pas à renverser la machine qui broie leur vies. Nous devons, partout en Europe, tou-te-s ensemble, nou...

à écrit le 21/08/2013 à 7:26
Signaler
Les grecs nous tiennent et ils le savent parfaitement. Leur but est maintenant de faire annuler la dette totale, ils en ont les moyens puisque nous sommes leurs otage depuis que nous avons commencé à payer pour masquer les magouilles que nous avons c...

à écrit le 21/08/2013 à 2:50
Signaler
?L?URSS était gouvernée par 15 personnes non élues qui cooptaient mutuellement et n?avaient à répondre à personne. ?L?UE est gouvernée par 2 douzaines de gens cooptés qui se réunissent à huit clos, ne répondent à personne et ne sont pas limogeables....

à écrit le 21/08/2013 à 0:47
Signaler
le mec il ferai mieu de ne pas se forcer a sourire , vaut mieu faire la geule a ce niveau la ....

à écrit le 20/08/2013 à 23:02
Signaler
Dans tous les cas la Grèce ne remboursera pas les aides déjà perçues. Soit on considère qu'ils vont réussir à atteindre un excédent budgétaire (hors service de la dette) à court terme (moins de 2 ans) et dans ce cas il faut poursuivre les aides jusqu...

à écrit le 20/08/2013 à 22:47
Signaler
Wolfgang Schäuble a-t-il eu ses dents chez emmaüs ?

le 25/08/2013 à 11:15
Signaler
... @ PhilippE T : Parce que si je ne réalise pas le tiers de ce qu'a fait l'abbé Pierre, je n'ai rien le droit de dire. PFFF, encore un commentaire de statutaire conservateur...

à écrit le 20/08/2013 à 19:11
Signaler
Photo du ministre avec un air diabolique....Merkel, même si pour son pays et son peuple elle souhaite intimement virer illico la Grece de l'Euro et stopper ses aides, elle n'a tout simplement pas le choix...si elle refuse, elle sautera et la BCE plac...

à écrit le 20/08/2013 à 18:46
Signaler
En clair : - Les deux premiers plans d'aide ont déjà coûté 240 milliards d'euros aux contribuables européens, mais la Grèce est toujours en faillite. Donc maintenant, les Etats européens qui sont déjà surendettés vont emprunter des dizaines de mill...

à écrit le 20/08/2013 à 18:26
Signaler
Le verbe exclure se conjugue comme conclure: "Angela Merkel (...) ne l'exclut pas totalement".

à écrit le 20/08/2013 à 18:20
Signaler
Mme Merkel voit "de véritables progrès et les salue..." Elle est bien la seule, Athènes ressemble de plus en plus à une ville du tiers-monde !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.