Hannelore Kraft, la vraie rivale d'Angela Merkel, fait la chasse à la fraude fiscale

 |   |  612  mots
Hannelore Kraft est ministre-présidente de la Rhénanie du Nord-Westphalie, le land le plus peuplé d'Allemagne / Reuters.
Hannelore Kraft est ministre-présidente de la Rhénanie du Nord-Westphalie, le land le plus peuplé d'Allemagne / Reuters. (Crédits : Reuters)
Si ce n'est pas elle qu'affrontera directement Angela Merkel (CDU), dimanche, lors des prochaines élections fédérales allemandes, Hannelore Kraft, la ministre-présidente (SPD) de la Rhénanie du Nord-Westphalie s'impose, pourtant, comme l'une des principales rivales de la Chancelière allemande. Au point que les médias l'imaginent déjà affronter la chef de file du CDU en 2017.

Elle a la même blondeur et les mêmes yeux clairs qu'Angela Merkel. Ce sont peut-être les seuls points en commun qui relient Hannelore Kraft et la chancelière allemande. Sans oublier, bien sûr, l'amour de la politique.

A quatre jours des élections fédérales, qui se dérouleront dimanche outre-Rhin, la ministre-présidente sociale-démocrate (SPD) de la Rhénanie du Nord-Westphalie bat la campagne pour son parti. Surnommée la "deuxième femme la plus puissante d'Allemagne" par l'agence de presse Bloomberg, Hannelore Kraft est devenue la rivale préférée d'Angela Merkel pour les médias allemands, qui l'interrogent souvent sur son éventuelle candidature aux élections fédérales... de 2017. Une idée qu'elle réfute toujours, aussi bien devant ses électeurs que face aux journalistes. "Je dois rester en Rhénanie du Nord. On a besoin de moi ici", lançait-elle récemment à un militant, lors d'une réunion de campagne rapportée par le quotidien allemand Die Welt.

>> Lire aussi : Pourquoi la gauche allemande aura (bien) du mal à chasser Angela Merkel.

Le revers de 2012... avant la victoire

Ici, c'est chez elle. Hannelore Kraft est née en 1961 à Mülheim, une grande ville située à l'époque en République fédérale allemande (RFA). Avec 18 millions d'habitants, la Rhénanie du Nord-Westphalie est, aujourd'hui, l'État le plus peuplé du pays. Issue d'un milieu modeste, elle est la première personne de sa famille à obtenir l'Abitur, le baccalauréat allemand, rapporte le journal La Croix qui lui consacrait un portrait en mai 2012. Diplômée en économie en 1989, elle a notamment étudié à l'université de Duisbourg - toujours en Rhénanie du Nord - et au King's College de Londres. Durant ses études, elle a notamment réalisé un stage en France, à la Banque populaire de Tours .

Chef de projet au Centre pour l'innovation et la technologie de Mülheim, elle rejoint le SPD en 1994 et est élue députée de la Rhénanie du Nord-Westphalie en 2000. Mariée et mère d'un enfant, elle prend la tête du land en 2010, à la suite d'une coalition avec les Verts. Cette alliance ne lui permet cependant pas d'obtenir la majorité au Parlement régional.

En 2012, à la suite d'un désaccord sur le budget du Land, Hannelore Kraft est contrainte de dissoudre l'assemblée. Elle est alors réélue avec une large avance face à la CDU (39% des voix contre 26%). Sa nouvelle alliance avec les Verts lui permet, cette fois-ci, d'obtenir la majorité.

>> Lire aussi : Sérieux revers pour Merkel en Rhénanie-du-Nord-Westphalie.

Pourfendeuse de la fraude fiscale

Premier soutien allemand de François Hollande à l'élection présidentielle française de 2012, elle s'est érigée en pourfendeuse de l'évasion fiscale, accusant, en août dernier, Angela Merkel de ne pas "prendre le problème au sérieux". En 2011, la fraude fiscale représentait selon une estimation,  250 milliards d'euros en Allemagne. Et pour lutter contre ces dérives, Hannelore Kraft n'hésite pas à utiliser des méthodes radicales.

Elle a ainsi racheté des CD contenant des données volées fournissant les noms des fraudeurs de Rhénanie du Nord-Westphalie. Elle a également bloqué au Bundestag (le Parlement allemand) un projet d'accord avec la Suisse sur l'évasion fiscale, estimant qu'il était trop clément envers les fraudeurs. L'occasion de montrer une nouvelle fois sa personnalité déterminée, comme une certaine Angela Merkel.

>> Lire aussi : Allemagne : la Rhénanie du Nord se veut le cowboy de la chasse à la fraude fiscale.

>> (Re)voir le portrait "Allemagne : Hannelore Kraft, la force du SPD", diffusé sur Arte (16/04/12)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/09/2013 à 12:13 :
Kraft dirige une coalition des rouges et verts et ne fait que des dettes comme tous ces gens de gauche. Elle n'est dans aucun cas une rivale de Merkel. La Tribune invente des infos.
a écrit le 19/09/2013 à 11:52 :
La Tribune me trouble et m'interroge parfois ...elle roule pour la gauche ou la droite ...? ou elle roule à coté de la plaque d'immatriculation ...?
a écrit le 19/09/2013 à 10:18 :
la moindre des choses quand on s'appelle ' Kraft' en Allemagne, c'est d'etre une femme puissante ! c'est un pleonasme !
Réponse de le 19/09/2013 à 11:21 :
si on parle de puissance, au sens d'énergie vitale, alors d'accord mais ça peut vite devenir un bocal d'araignées... et je dis vive la mixité
Réponse de le 19/09/2013 à 11:53 :
c'est c'est Spinnekraft ! mais si on dit ' die Frau Kraft spinnt !', c'est plutot mauvais signe, vu que ca veut dire qu'elle debloque !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :