Notation de la France : une dégradation politique et opportuniste

 |   |  1083  mots
(Crédits : reuters.com)
La dégradation de la France par Standard & Poor's est le fruit de la stratégie de communication agressive de l’agence de notation américaine, et de son biais politique désormais bien avéré...

« La dégradation, c'est d'abord un message politique. » Le mot de cet opérateur de marché est peut-être la clé pour bien comprendre le moment de la dégradation de la France par Standard & Poor's.

Des agences ? Des entreprises commerciales d'abord

Car en ce qui concerne les agences de notation, il ne faut jamais oublier qu'il s'agit là d'entreprises commerciales dont la compétence a été fortement contestée - non sans raison - au moment de la crise des subprimes américains en 2007-2008. Chacune de ces agences dispose de leur propre stratégie commerciale et de communication. S&P a clairement choisi une stratégie très agressive. Il s'agit pour l'agence new-yorkaise de faire l'actualité, le « buzz. » Ce qui suppose à la fois de surprendre, mais d'être aussi toujours là où il faut être.

Un opportunisme travaillé

S&P avait ouvert le feu de la dégradation des Etats-Unis en août 2011, alors que personne ne s'y attendait, mais que tout le monde était obsédé par la crise de la dette européenne. L'agence a sévi à nouveau six mois plus tard en ôtant pour la première fois à la France son triple A, alors que commençait la campagne pour les élections présidentielles.

L'agence américaine a compris que la prudence encore professée par sa concurrente Fitch n'offrait pas une couverture médiatique suffisante. Etre le deuxième ou le troisième à dégrader un pays important ne sert à rien. Tout juste sera-t-on au milieu d'une colonne de brève. En tirant le premier, l'agence est certaine de faire les unes.

La France sous le feu des critiques européennes

Rien d'étonnant alors à ce que S&P ait tourné en ce début de novembre ses regards vers la France. Car depuis deux mois, le pays est sous le feu des critiques des médias européens. Ce n'est pas tant la situation économique de la France qui a conduit à cette inquiétude. Le pays ne va pas bien, c'est entendu. Mais il n'est pas dans la situation d'effondrement économique dans lequel on se complaît souvent à le décrire en France même.

Des critiques injustifiées par l'économie

Pour s'en convaincre, il suffit d'observer les projections de la Commission européenne parue ce mercredi. Ils promettent à la France une croissance en 2014 de 0,9 % après 0,2 % cette année. C'est peu, certes. Mais c'est plus que celle des Pays-Bas, qui conserve en dehors de toute logique son triple AAA (0,2 % en 2014 après -1 % en 2013), que l'Italie (+0,7 % en 2014) et que l'Espagne (+0,5 % en 2014) dont on ne tarit pas d'éloges dans les médias de toute l'Europe. Bref, la France n'est pas en « décrochage », sauf par rapport à l'Allemagne. Mais toute l'Europe de l'ouest décroche face à l'Allemagne…

Une image dégradée

Non, ce qui a inquiété les médias, c'est évidemment l'image renvoyé par la gestion politique du pays par le pouvoir en place. Les volte-face à répétition du gouvernement, ses hésitations, son immobilisme, ses contradictions ont alimenté la crainte que le pays ne fût plus gouverné. Les médias européens se sont jetés sur les « révoltes fiscales » et en ont fait leurs choux gras, avant que les éditorialistes ne les convertissent en un signe implacable de désintégration de l'Etat français, en un mouvement de révolte.

Déchainement de lieux communs

La presse conservatrice allemande, notamment, toujours prompte au French Bashing et à la caricature d'une France alternant entre Louis XIV et la Révolution, s'en est donné à cœur joie. Le 30 octobre, la Frankfurter Allgemeine Zeitung proclamait la France « ingouvernable. » Le 3 novembre, Die Welt titrait « la faiblesse de la France tire l'Europe vers le bas », ce qui est, dans les faits, faux, ainsi que le prouvent les chiffres cités plus haut.

Tout ceci a donné lieu, comme toujours dans la crise de la dette, au déchaînement des lieux communs et des clichés habituels. Après les Grecs paresseux et les Italiens truqueurs, si souvent véhiculé par la presse allemande, le temps des Français irrémédiablement ingouvernables est venu. Et qui dit ingouvernables et révoltés, dit fiscalement défaillant. Et si les Français ne paient plus leurs impôts, alors leur dette devient plus risquée… En effet, la notation reflète aussi la capacité d'un pays à lever l'impôt et à faire face à ses échéances d'emprunts. Perçoit-on déjà la fenêtre d'actualité dans laquelle pouvait se jeter S&P pour frapper un grand coup et faire ainsi parler de soi pendant toute une journée ? L'occasion ne pouvait être manquée.

S&P ne se soucie pas de contradictions

La réalité, c'est que S&P est une machine de communication qui défend une vision assez étrange de l'économie. Peu lui chaut de se contredire en réclamant à la fois de l'austérité et une baisse du chômage (qu'on voit la situation en Espagne, en Grèce et au Portugal pour se convaincre de la contradiction du propos).

Les Pays-Bas étrangement épargnés

Peu lui chaut aussi de noter toujours AAA un pays comme les Pays-Bas qui subit une croissance bien plus faible que la France depuis trois ans (c'est pourtant le reproche que l'on fait à cette dernière), qui est en proie à l'éclatement d'une bulle immobilière, soumis à un chômage en forte hausse qui, en deux ans, est passé de 5 à 8 % et dans une situation politique préoccupante (plus de 60 % des électeurs voteraient aujourd'hui pour l'extrême-droite et l'extrême-gauche). Rien de pire que la France ? Rien de mieux non plus. Et pourtant, pour S&P, La Haye est noté deux crans au-dessus de Paris !

Un jugement à l'emporte-pièce

La vraie raison de cette absurdité est que S&P juge les Pays-Bas plus « crédibles » que la France. Parce que le gouvernement néerlandais montre sa volonté de faire ces fameuses « réformes structurelles », alors même que ces réformes sont menées dans ce pays depuis des années et qu'elles n'ont pas empêché la crise actuelle ? Parce que les Pays-Bas sont un pays du « nord » à qui ont peut faire confiance ? En réalité, S&P juge comme Bild Zeitung. Rien d'étonnant à ce que ses notations souveraines ne soient plus guère considérés comme crédibles par les investisseurs

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/10/2014 à 9:16 :
FRANCE : Dette = 2000 M Bas de laine en France 12 000 M. Au crédit 10 0000 M
UK : Dette = ? ? ?
ES : ? ? ?
NL :
ALORS LES NL AAA MORT DE RIRE.
a écrit le 11/11/2013 à 13:54 :
Voilà bien la vexation du mauvais élève à qui on le fait remarquer. Mauvais joueur, et donneur de leçon; Socialiste français en quelque sorte. A l'international on se moque de nous, les Allemands ne cachent pas leur inquiétude de l'inaction de ce gouvernement, mais cela ne fait rien les socialistes accusent la terre entière de leurs turpitudes.. .
a écrit le 11/11/2013 à 12:08 :
franchement les notations des agences ne sont que des anneries., 2 A, 3A,50A, c'est ridicule.
a écrit le 09/11/2013 à 23:29 :
ce qui est consternant c'est aussi le ton agressif d'une agence qui est très indulgente pour les états unis ... et qui n'avait pas vu venir lehman brothers...
a écrit le 09/11/2013 à 14:12 :
la GAD-DOUX en France ça n'existe pas !
a écrit le 09/11/2013 à 12:36 :
Vous avez raison! Cassons donc le thermomètre!
a écrit le 09/11/2013 à 11:19 :
Il faut traduire par organisation maffieuse, spécialisée dans la spéculation internationale, connue pour ses sentiments anti français. Quand on pense que cette activité est légale , c'est consternant . Le système est décidément absurde et pourri.
Réponse de le 09/11/2013 à 12:34 :
Assez d'accord avec vous sur Moodys. En revanche pour la France, ils sont encore gentils, parce que un pays qui gagne 300MM et qui dépense 380MM, avec 2000MM de dette, c'est un pays qui ne remboursera pas.
a écrit le 09/11/2013 à 8:11 :
L'analyse de cette agence de notation, on la vit tous les jours ! Et il est difficile d'imaginer qu'elle soit totalement fausse! Montebourg, qui n'a jamais vu une entreprise, raisonné avec la langue de bois habituelle: si quelqu'un n'est pas d'accord avec moi, c'est qu'il se trompe ! Il était pourtant prompt à critiquer Sarkosy à la première dégradation !
Réponse de le 09/11/2013 à 23:31 :
cette agence crée volontairement des polémiques stériles ... la France a besoin d'un consensus pour se défendre...
a écrit le 08/11/2013 à 22:58 :
Etonnante analyse faite dans La Tribune. On dirait qu’elle est pro Elyséenne !
La vérité c’est que la France n’a pas fait de réformes structurelles, il y toujours autant de fonctionnaires, de doublons à tous niveaux et le résultat global n’est pas meilleur pour autant. La dette de la France s’aggrave au point qu’elle devienne non remboursable puisque les seuls remboursements portent uniquement sur les intérêts. Les autres Etats ont raisons de s’inquiéter car ceux qui sont dans l’euro vont doivent faire front commun du fait de la monnaie unique , or la gestion de la France n’est pas à la hauteur de son voisin allemand qui lui serait même sollicité pour couvrir les carences françaises, mais jusqu’à quand ? On peut imager qu’un ras le bol atteigne l’Allemagne qui décide simplement de sortir de l’Euro !
S & P, avis sur les Pays-Bas ? Ce pays n’a pas ‘‘l’ardoise ‘’ qu’à la France soit plus de 90 % de son PIB , alors que de plus les usines et encore plus les emplois quittent la France par centaine chaque jour !
Réponse de le 09/11/2013 à 15:48 :
Il faut bien que la tribune essaie de survivre... les positionnements sérieux sont pris par d'autres, alors il reste la défense et illustration du socialisme moribond...
a écrit le 08/11/2013 à 22:57 :
Etonnante analyse faite dans La Tribune. On dirait qu’elle est pro Elyséenne !
La vérité c’est que la France n’a pas fait de réformes structurelles, il y toujours autant de fonctionnaires, de doublons à tous niveaux et le résultat global n’est pas meilleur pour autant. La dette de la France s’aggrave au point qu’elle devienne non remboursable puisque les seuls remboursements portent uniquement sur les intérêts. Les autres Etats ont raisons de s’inquiéter car ceux qui sont dans l’euro vont doivent faire front commun du fait de la monnaie unique , or la gestion de la France n’est pas à la hauteur de son voisin allemand qui lui serait même sollicité pour couvrir les carences françaises, mais jusqu’à quand ? On peut imager qu’un ras le bol atteigne l’Allemagne qui décide simplement de sortir de l’Euro !
S & P, avis sur les Pays-Bas ? Ce pays n’a pas ‘‘l’ardoise ‘’ qu’à la France soit plus de 90 % de son PIB , alors que de plus les usines et encore plus les emplois quittent la France par centaine chaque jour !
a écrit le 08/11/2013 à 22:55 :
Etonnante analyse faite dans La Tribune. On dirait qu’elle est pro Elyséenne !
La vérité c’est que la France n’a pas fait de réformes structurelles, il y toujours autant de fonctionnaires, de doublons à tous niveaux et le résultat global n’est pas meilleur pour autant. La dette de la France s’aggrave au point qu’elle devienne non remboursable puisque les seuls remboursements portent uniquement sur les intérêts. Les autres Etats ont raisons de s’inquiéter car ceux qui sont dans l’euro vont doivent faire front commun du fait de la monnaie unique , or la gestion de la France n’est pas à la hauteur de son voisin allemand qui lui serait même sollicité pour couvrir les carences françaises, mais jusqu’à quand ? On peut imager qu’un ras le bol atteigne l’Allemagne qui décide simplement de sortir de l’Euro !
S & P, avis sur les Pays-Bas ? Ce pays n’a pas ‘‘l’ardoise ‘’ qu’à la France soit plus de 90 % de son PIB , alors que de plus les usines et encore plus les emplois quittent la France par centaine chaque jour !
a écrit le 08/11/2013 à 22:29 :
S&P est bien gentil.
Recettes France: 300MM/an. Dépenses France: 380MM/an.
En admettant que nos vedettes passent d'un déficit de 80MM/an à un excédent de 20MM/an, soit une économie annuelle de 100MM (oui cent milliards!!), ce qui est proprement délirant, nous mettrions 100 ans à rembourser la dette.
Les gars de S&P sont donc bien gentils, parce que moi, je noterais ce pays en catégorie "distressed".
a écrit le 08/11/2013 à 20:42 :
Les agences, les experts économiques se sont tous plantés (à une ou deux exceptions près) dans leurs prévisions avant la crise des subprimes.... Dans un passé un peu plus lointain (fin des années 80) on a vu les spécialistes en conseil en immobilier et les analystes financiers totalement à côté de la plaque sur la crise de l'immobilier.... Je me souviens d'un article "pourquoi les économistes se trompent toujours" dans le Nouvel Économiste... Alors c'est certainement vrai que ces histoires de notation, surtout lorsque l'on fouille leurs méthodologies et que l'on voit l'âge et l'expérience des charges d'étude qui font les analyses, ça laisse perplexe! Et pourtant sans avoir besoin d'eux et de leurs manipulations il y a des faits indubitables qui nous sautent aux yeux: le taux de chômage en France, l'endettement de la France, la première place de la France pour la pression fiscale, le nombre de communes françaises égal tous les autres pays européens réunis, entraînant un mille feuille administratif et un nombre de fonctionnaires délirant, les 35 h, l'âge de la retraite en décalage de 3 à 5 ans avec les autres pays développés, etc. Cela, ce sont des réalités et on n'a pas besoin d'agences manipulatrices pour imaginer un avenir très sombre, et beaucoup de sacrifices pour les générations à venir. Quant à reenchanter le rêve....on voit les résultats.
a écrit le 08/11/2013 à 20:07 :
Quand on critique la politique allemande, a juste titre, on est germanophobe, quand la presse allemande critique grecs, italiens, Français tout est normal....
L'allemagne tire l'Europe vers le bas avec son dumping social, sa rigiditee, son intrensigeance, son comportement profondément anti ue, la suede a perdu un contrat de sous marin a cause de son partenaire allemand....L'Allemagne veut tout et ne rien partager
Réponse de le 09/11/2013 à 23:35 :
il n'y a plus d'axe franco allemand ; l'allemagne a fait un choix très égoiste en ignorant les intérêts de ses voisins, c'est un pays qui vieillit et a fait le choix de faire travailler des migrants à bas prix pour sa rentabilité immédiate , tant pis pour sa consommation intérieure : il fo exporter
à "tout prix"....
a écrit le 08/11/2013 à 19:56 :
Vous avez fini par comprendre les motivations de Standard and Poors...Mieux vaut tard que jamais...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :