145 millions d'euros : le coût d'une étude pour un drône de combat

Paris et Londres veulent investir afin de rester "en première ligne dans le domaine de la technologie de défense".

2 mn

D'une durée de deux ans, l'étude est confiée au groupe français Dassault Aviation et au britannique BAE Systems, qui travailleront avec les motoristes Snecma (Safran), Rolls-Royce et avec les groupes d'électronique Thales et Selex.
D'une durée de deux ans, l'étude est confiée au groupe français Dassault Aviation et au britannique BAE Systems, qui travailleront avec les motoristes Snecma (Safran), Rolls-Royce et avec les groupes d'électronique Thales et Selex. (Crédits : Dassault Aviation)

145 millions d'euros. Tel est le montant que la France et le Royaume-Uni vont consacrer à une étude commune sur un futur drone de combat, a annoncé vendredi le Premier ministre britannique David Cameron aux côtés du président François Hollande sur une base aérienne près d'Oxford, pour leur premier sommet franco-britannique dominé par des accords de défense et leurs désaccords sur l'Union européenne.

"Nous allons rester en première ligne dans le domaine de la technologie de défense en investissant ensemble 120 millions de livres pour une étude de faisabilité sur un drone de combat", a-t-il annoncé lors d'une conférence de presse aux côtés du président français François Hollande.

Une étude dirigée par Dassault Aviation et BAE Systems

D'une durée de deux ans, l'étude est confiée au groupe français Dassault Aviation et au britannique BAE Systems, qui travailleront avec les motoristes Snecma (Safran), Rolls-Royce et avec les groupes d'électronique Thales et Selex.

Un projet salué par le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier:

"Ce qui est annoncé aujourd'hui, c'est cette volonté politique, technique et industrielle de se préparer ensemble dans les avions de combat non-pilotés (UCAS) pour savoir ce qui se passera dans 10, 15 ou 20 ans"

"On raisonne en bilatéral"

"C'est une enveloppe conséquente qui permet de rentrer vraiment dans des études de définition, de technologie, de préparation de l'avenir qui évidemment vont beaucoup occuper nos bureaux d'études", a indiqué le patron du groupe français, qui construit notamment les avions de combat Rafale à l'AFP. Et de poursuivre:

"Il pourra y avoir d'autres partenaires au fur et à mesure du développement du programme mais on raisonne en bilatéral... Si demain un autre pays dit qu'il veut participer à l'expression de ce besoin commun, venir avec un industriel et contribuer - par exemple (l'italien) Finmeccanica - alors pourquoi pas".

2 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 21/02/2014 à 15:30
Signaler
Espérons que ça marche mieux que le porte-avions commun

à écrit le 16/02/2014 à 13:31
Signaler
Tant que l'on ne repart pas dans la même dérive que pour le porte-avion franco-bitannique tout va bien. Car dans cette histoire le UK a eu ses deux porte avions financés en grande partie par la France mais nous de notre coté on attends toujours le n...

à écrit le 09/02/2014 à 18:33
Signaler
Un programme militaire majeur anglais- français, est il vraiment une bonne idée.... Il faut dire que nous n'avons pas beaucoup le choix, nos politiques ne sont pas capable de construire une alliance durable en Europe.... Les anglais on accepter juste...

à écrit le 03/02/2014 à 11:20
Signaler
On aura un drole de drone ! on est sauvé ! le Vatican et la Suisse n´oseront plus attaquer la France !

à écrit le 31/01/2014 à 20:05
Signaler
Espérons que les USA ne vont mettre leur grain de sel! Drone de combat, il faudrait peut-être préciser que c'est du air/surface mais pas encore du air/air. Et puis c'est "Drone" mais pas "Drône" o:)

à écrit le 31/01/2014 à 17:48
Signaler
L'illustration pour le sujet est pas terrible... C'est un Drone MALE et non un drone de combat qui est montré en illustration... Une image du NEURON aurait été plus approprié !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.