La BCE s'oppose aux nouvelles demandes d'assouplissement du pacte de stabilité

 |   |  345  mots
Les représentants des neuf gouvernements socio-démocrates réunis ce samedi à Paris ont appelé à utiliser toutes les souplesses du pacte de stabilité
Les représentants des neuf gouvernements socio-démocrates réunis ce samedi à Paris ont appelé à utiliser toutes les souplesses du pacte de stabilité (Crédits : reuters.com)
Alors qu'à Paris, neuf dirigeants socio-démocrates européens ont demandé que le pacte de stabilité soit appliqué avec souplesse, la BCE récuse toute idée d'assouplissement

La Banque centrale européene (BCE) a averti samedi, par la voix de Benoît Coeuré, membre du directoire de l'institution, les gouvernements européens qu'ils ne devaient pas assouplir les règles du Pacte de stabilité alors qu'à Paris, neuf dirigeants européens de gauche ont convenu d'utiliser toutes les marges de ce pacte.

"Le Pacte de stabilité et de croissance ne devrait pas être assoupli au point qu'il en perde sa crédibilité", a estimé le Français, dans un article à paraître dimanche dans le journal allemand Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung et dont un extrait a été diffusé samedi.

"Ne répétons pas les erreurs de 2003", a-t-il également lancé, selon des citations diffusées en allemand. Etant donné le niveau élevé de la dette en Europe, ce n'est pas le moment de ralentir les efforts de consolidation budgétaire, selon lui.

Neuf dirigeants de gauche veulent utiliser "toute les souplesses" du pacte de stabilité

En 2003, la France et l'Allemagne avaient un déficit supérieur au 3% du PIB prôné par ce Pacte mais ils avaient contesté les efforts demandés par la Commission en raison de la faible croissance.

A Paris, neuf dirigeants de gauche réunis autour du président français François Hollande ont convenu de la nécessité d'utiliser "toutes les marges, toutes les souplesses" du pacte de stabilité budgétaire.

Il s'agit de "savoir quels sont les investissements qui rentrent ou ne rentrent pas dans le niveau des dépenses - c'est la proposition italienne -, faire aussi comprendre que sur un certain nombre d'efforts liés aux fonds structurels, il puisse y avoir des ajustements", a expliqué le chef d'Etat français.

"Les sociaux-démocrates se sont mis d'accord pour que la formule "des réformes contre du temps pour la réduction des déficits" (...) soit acceptée par tous", a dit de son côté le vice-chancelier allemand, Sigmar Gabriel.

Merkel ne veut pas en entendre parler 

Mais les autres dirigeants européens, à l'instar d'Angel Merkel, refusent d'évoquer toute idée d'assouplissement...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/06/2014 à 11:13 :
Le problème, au final, c'est de savoir prendre ses pertes, comme a répété un DSK, bien renseigné. Il s'agit donc de trouver des créanciers condamnés à perdre. Pas les plus gros,qui savent faire, mais la masse de ceux à qui on peut fourguer de la dette, enveloppée dans de savants produits.
a écrit le 22/06/2014 à 19:01 :
Verboten a dit Angela. Ayrault va traduire.
a écrit le 22/06/2014 à 18:44 :
Bizarre que la bce soit si dure avec les États et si souple et si généreuse avec les banques !!! 1000 milliards prêtés aux banques quasiment gratis sans aucune contrepartie !!! Des taux à presque 0 !!! des liquidités illimitées !!!! Pourquoi tant de cadeaux aux banques ???
Réponse de le 22/06/2014 à 20:59 :
Race que ce sont les banques qui financent les entreprises, pas les États, et ceci depuis la nuit des temps en économie de marché. Quant aux États, la BCE peut donner son avis, mais ce n'est qu'un avis et les états feront ce qu'ils veulent au final.
a écrit le 22/06/2014 à 10:59 :
pour mémoire en France on a eu même eu un ministre du temps libre .... fifi et nini les conneries .... dans un état de fonctionnaires ... en plus le monde politique fraude!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 22/06/2014 à 10:10 :
Je comprends les arguments de la CE ... mais en ce qui concerne le taux d'inflation limiter à 2% volonté de la BCE ... c'est une erreur profonde !!!!!!!!!!!
Réponse de le 22/06/2014 à 11:11 :
Un faible inflation permet que garder un niveau de chômage assez élevé. et le chômage de masse c'est très bon pour les multinationales qui peuvent bénéficier sur le sol européen d'une main d’œuvre bon marché car cela fait baisser les salaires a l'embauche. (loi offre -demande).

Rien n'est fait par hasard, il ne faut pas se leurrer.
Réponse de le 22/06/2014 à 16:52 :
L'inflation n'a jamais été aussi faible et la baisse de l'inflation s'est accompagné d'une hausse du chômage ces dernières années.
Théorie et pratique font malheureusement rarement bon ménage pour la sciençe économique ou les idéologues :-)
a écrit le 22/06/2014 à 10:04 :
.... une manière de dire à François de baisser la dépense publique !!!!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 22/06/2014 à 1:58 :
D'abord on étrangle d'impôt les classes moyennes dites supérieures ( baisse du quotient familial surtout) puis au moment de faire des réformes structurelles ( baisse des dépenses ) il faut demander de d'assouplissements à Bruxelles ( payés par les mêmes classes moyennes au prochain quinquennat) . NON. Ou alors il faut rembourser ces classes moyennes supérieures étranglées par les impôts d'abord!
a écrit le 21/06/2014 à 21:38 :
Ils sont élus par qui les gens de la BCE ? Les politiques feraient preuve de courage en reprenant la main sur les fonctionnaires internationaux.
Mais, il n(y a rien à attendre des pleutres qui nous gouvernent, et les extrémistes montent ainsi que le niveau de l'abstention lors des élections.
Jusqu'à quand ?
Réponse de le 21/06/2014 à 22:51 :
+1
ils sont là pour appliquer les traités, pas pour les négocier.
ce type devrait démissionner sur le champ.
Réponse de le 22/06/2014 à 16:55 :
Ça tombe bien! La BCE applique un traité et ne le négocie pas.
a écrit le 21/06/2014 à 21:35 :
merci angela. Les neuf dirigeants de gauche n'ont qu'ä sortir de la zone euro: C'est tres simple ä faire.Oust et plus vite que cä: Circiulez il n'y a rien ä demander. Dehors Merci Mme Merkel Non mais;-(
Réponse de le 22/06/2014 à 11:08 :
ce commentaire est écrit par un imposteur qui n'a pas le courage de signer lui meme..Pas très digne comme procédé mon pauvre vieux !!!! soit un homme, un VRAI et assume tout seul tes opinions sans te cacher derriere les autres
a écrit le 21/06/2014 à 21:02 :
Evidemment... Les états ainsi que les banques centrales sont déjà hyper-endettés. Les riches Allemands, comme tous les autres riches de la planète, préfèrent que ce soit les peuples qui paient. Nous ferions de même.
a écrit le 21/06/2014 à 18:50 :
Il faut de toute urgence harmoniser les fiscalités à l'intérieur de la zone euro.
Réponse de le 21/06/2014 à 21:04 :
Arrivés où nous en sommes, le problème est mondialiste... Merci à eux. Ils ont réussi à avoir tous les peuples sans exception.
Réponse de le 22/06/2014 à 11:15 :
L'harmonisation fiscale est une fable .

Vous ne pouvez pas appliquer le même taux d'imposition en France ou au Luxembourg, et si vous le faite, cela signifie la mort sociale et economique pour l'un des deux pays. (50% du PIB Luxembourgeois est généré par leur attractivité fiscale, autant leur demander de se suicider tout de suite donc...).

Dommage que le mensonge continue de perdurer et que les gens continuent a y croire.
Réponse de le 22/06/2014 à 21:07 :
L'harmonisation fiscale, budgétaire, sociale peuvent paraître utopiques. Mais l'UE s'est construite petit à petit, très lentement, et beaucoup d'utopie ont finis par se concrétiser, pas la politique des petits pas.
a écrit le 21/06/2014 à 18:28 :
Normal, le pacte de stabilité allemand aggrave la crise des pays dont la croissance n'est pas fondée uniquement sur des exportations de produits à haute valeur ajoutée et limite toute reprise.

sauf que l’Allemagne elle aussi paye son euro fort par un taux de pauvreté élevé, une forte précarité et une natalité catastrophique.

Bien joué Chirac, Jospin, Sarkozy qui nous ont enferré dans ce piège.
soit le traité sera modifié, soit l'euro sera abandonné ou alors nous nous effondrerons au nom de la lutte unique contre l'inflation voulue par le lobby financier au détriment de tous le reste, et en premier lieu de nos citoyens qui travaillent.
Réponse de le 21/06/2014 à 21:41 :
Alors lä je n'ai rien comprendre de vos raisonnement.Qui ne peut pas suivre le reglement n'a qu'ä sortir la zone euro.C'est simple c'est tres facile. Dehors tous ces charlots bon ä rien

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :