Embargo russe : 125 millions d'euros d'aide de Bruxelles pour les maraîchers

 |   |  357  mots
L'idée est de réduire les quantités mises sur le marché pour que les prix ne chutent pas à un niveau de crise, a expliqué Roger Waite, porte-parole de la Commission à l'agriculture, lors d'un point presse. (Photo : Reuters)
"L'idée est de réduire les quantités mises sur le marché pour que les prix ne chutent pas à un niveau de crise", a expliqué Roger Waite, porte-parole de la Commission à l'agriculture, lors d'un point presse. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
La Commission européenne a annoncé lundi le déblocage de quelque 125 millions d'euros pour soutenir le secteur maraîcher de l'Union européenne, frappé par l'embargo russe d'un an sur les produits alimentaires occidentaux.

La nouvelle était attendue depuis quelques jours. Frappé par l'embargo russe d'un an sur les produits agroalimentaires occidentaux, le secteur maraîcher européen recevra quelque 125 millions d'euros d'aide de l'Union européenne, sur les 420 millions d'euros du fonds destiné à protéger le secteur agricole, a annoncé Bruxelles ce lundi.

Empêcher une chute des prix fatale pour les maraîchers

Concrètement, l'Union européenne va retirer des produits du marché contre indemnisation. Cette mesure concerne les carottes, les tomates, les choux blancs, les poivrons, les choux-fleurs, les concombres, les cornichons, les champignons, les pommes, les poires, les fruits rouges, les raisins de table et les kiwis, a précisé la Commission dans un communiqué.

"L'idée est de réduire les quantités mises sur le marché pour que les prix ne chutent pas à un niveau de crise", a expliqué Roger Waite, porte-parole de la Commission à l'agriculture, lors d'un point presse.

La Commission tente ainsi de répondre aux organisations de défense des agriculteurs, comme la FNSEA en France, qui craignaient la semaine dernière un effondrement des prix consécutif à la surabondance de produits originellement destinés au marché russe.

Les principaux fournisseurs de la Russie indemnisés

L'entrée en vigueur de l'aide est immédiate, même si ses effets ne se feront ressentir que dans quelques semaines. C'est en effet le temps nécessaire pour formaliser les mesures, qui s'appliqueront ensuite de manière rétroactive à compter du 18 août.

Grands fournisseurs de légumes périssables et de fruits à la Russie, la Pologne, la Lituanie, la Belgique et les Pays-Bas seront les principaux bénéficiaires de ce soutien, a précisé une source européenne. La France, moins touchée par l'embargo, en profitera un peu moins.

>> Lire aussi Embargo russe: quel coût pour l'agroalimentaire français?

Une réunion exceptionnelle des ministres de l'Agriculture est par ailleurs prévue le 5 septembre à Bruxelles pour faire le point sur l'impact de l'embargo russe, a ajouté Roger Waite, soit trois jours plus tôt que la date évoquée initialement par la présidence italienne de l'UE.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/08/2014 à 19:29 :
125 millions d'aide pour foutre en l'air leurs productions! pommes, poires, etc ça fait mal au coeur!! quelle politique à la con !
a écrit le 19/08/2014 à 13:54 :
Ce gouvernement prend des décisions a l'encontre de l'opinion Française, et ceci de manière systématique. Ah c'est beau la démocratie.
a écrit le 19/08/2014 à 11:20 :
Ouf, C'est Commission européenne qui va payer les pots cassés! Un moment j'ai cru que ce serait nos impôts qui compenseraient le manque à gagner des agriculteurs. Il faudrait saluer le geste des commissaires européens qui prennent sur leurs émoluments pour financer les conséquences de leurs décisions (enfin celles qui leur ont été dictées). Maintenant c'est vrai que vu le niveau de leurs salaires et aussi que c'est net d'impôt...
a écrit le 19/08/2014 à 10:47 :
Les G-Brabus, Aventador Mansory et autres Drophead immatriculées Russie et Ukraine se côtoient ironiquement tout autour de la place du casino de Montecarlo
Bien que sans lien direct, cela suscite une question : à qui a profité de déstabiliser l’Ukraine entrainant une guerre civile sanglante avec l’inévitable scission est/ouest du pays et la crise européo-russe qui s’en est suivie?

a écrit le 19/08/2014 à 10:40 :
les quelques milliards que la russie paie pour se procurer legumes et fruits vont partir ailleurs desequilibrant un peu plus la balance
commerciale europeenne les pays comme l'argentine le bresil la turquie et d'autres sont déjà sur les rangs de plus on va distribuer gratuitement fruits et legumes tant mieux pour ceux qui en profiteront mais viendront ils en plus ou à la place de ce que nous achetons habituellement auquel cas on n'aura fait que deplacer le probleme
a écrit le 19/08/2014 à 10:38 :
Que vaut 125 millions d'euros comparé à la "primes de rentré"?
Réponse de le 19/08/2014 à 11:16 :
La prime de rentrée c'est 2 milliards.
a écrit le 19/08/2014 à 9:34 :
Cà nempêchera pas une baisse mais le volume destiné à la Russie était élevé donc normal d'aider les producteurs et c'est certainement mieux via l'Europe que si chaque pays en avait profité pour faire une guerre économique qui aurait coulé les producteurs de certains pays. Réfléchissez au lieu de toujour dégommer l'Europe de façon partisanne.
Réponse de le 19/08/2014 à 10:47 :
L'UE en est la cause, normal qu'elle en paye les conséquences!
a écrit le 18/08/2014 à 23:29 :
Poutine fait n'importe quoi car l'agriculture russe est insuffisante depuis 1917. Ce n'est pas en un an qu'elle va se redresser et les conditions climatiques du pays ne permettent pas la couverture totale. Faire venir des productions très lointaines est un non sens à tous points de vue. De même l'embargo peut être contourné par des pays qui commercent toujours avec la Russie.
Réponse de le 19/08/2014 à 0:02 :
Ne vous en faites pas pour les russes, vous êtes resté dans les années 50.
Réponse de le 19/08/2014 à 1:01 :
C'est plutôt l'Europe qui fait n'importe quoi a vouloir jouer les grands alors que nous somme baladé par toute les vrai grandes puissances du monde.
Réponse de le 19/08/2014 à 4:52 :
@les erreurs à moyen...
Poutine ne va pas tous les mois quémander l'indulgence de Bruxelles et de Berlin sur sa désastreuse politique économique ! Cherchez l'erreur !
a écrit le 18/08/2014 à 21:03 :
Première conséquence, en attendant la hausse des prix du gaz cet hiver...
Nous n'avons rien de bon à attendre des USA, et à être leur vassal.
Construisons l'Europe avec l'Allemagne, et rapprochons nous de la Russie.
Réponse de le 18/08/2014 à 22:55 :
Tout à d' accord Miloo on va s' enfoncer un peu plus et la chine va fait prendre notre place dans le commerce avec les russes.
Réponse de le 18/08/2014 à 23:25 :
C'est Poutine qui a envahi la Géorgie et la Crimée, pas les Etats-Unis.
Réponse de le 19/08/2014 à 1:04 :
Et est ce notre problème la Crimée et autre contrée bien lointaine... ?
Nous avons bien assez de soucis ici sans nous occuper de tout le monde. La France va mal, l'Europe va mal, c'est pas en stoppant l'entrée de devises Russe que ça va s'arranger.
Heureusement nous avons les USA pour nous ponctionner de l'autre côté, BNP vous en dira des nouvelles ;)
a écrit le 18/08/2014 à 20:31 :
Ah la la ! C'est trop dure !!
a écrit le 18/08/2014 à 18:58 :
Et que vont faire les maraichers avec cet argent...si jamais il en reçoivent une partie ? cela empêchera t-il la mise au chômage ? NON certainement pas. Bref c'est une annonce faite pour que les maraichers se tiennent tranquilles.
a écrit le 18/08/2014 à 18:20 :
Avant de distribuer des aides aux maraîchers, patrons de transports routiers, de pêches, des agriculteurs etc... etc.... que l'on demande d'abord leur patrimoine accumulé pendant les bonnes années. Quand un simple lambda du peuple d'en bas demande une bourse, une aide, une allocation, on lui demande à lui ces revenus, patrimoine etc..... Alors pourquoi pas eux!!!!!
Réponse de le 18/08/2014 à 18:57 :
parce que vous croyez que les petits maraîchers qui ont leurs récoltes à la merci du temps, sont tous des nantis? nos politiques, eux, qui sont à l'abri de tout, en ne faisant guère du positif, sont grassement rémunérés! ALORS POURQUOI PAS EUX, AUSSI!!!! pourquoi ne pas leur chercher des poux", et laisser tout faire???!! bonne question, non? !
a écrit le 18/08/2014 à 17:20 :
On va payer pour ne pas payer moins cher. C'est formidable l'UE.
Réponse de le 18/08/2014 à 20:31 :
Oui, c'est exactement ça ! rire
Pas e temps de donner plus avant mon opinion tant la page se "rafraichit" rapidement en niquant mon commentaire
Réponse de le 18/08/2014 à 23:33 :
Cà nempêchera pas une baisse mais le volume destiné à la Russie était élevé donc normal d'aider les producteurs et c'est certainement mieux via l'Europe que si chaque pays en avait profité pour faire une guerre économique qui aurait coulé les producteurs de certains pays. Réfléchissez au lieu de toujour dégommer l'Europe de façon partisanne.
a écrit le 18/08/2014 à 16:03 :
tout cela pour un conflit d'ego poutine obama où nous n'avons rien faire à souligner aussi toutes ces subventions agricoles sans aucun sens sachant que par ex des cerealiers au revenu moyen de 97 000 euros touchent des subventions ;dans le cas present ex le petit sous traitant lui ne va rien toucher
Réponse de le 18/08/2014 à 16:06 :
toujours pareil! les gros", s'engraissent un peu plus, les petits " se grattent! marre de ce monde de malades !!
Réponse de le 18/08/2014 à 16:35 :
Sauf que ce n'est pas une question d'égo... Regardez comme les Chinois "communistes" sont en train de taper sur les signes extérieurs de richesse car les oligarques craignent une révolte des plus pauvres. Là, les US ont besoin de guerres. Ou d'une menace potentielle histoire de "sauver le monde". L'otan aurait dû disparaître à la chute du mur de Berlin, mais... non. Actuellement, il faut maintenir le peuple par la menace (fausse), la répression et l'amusement. Tout simplement.
Ceci écrit, à la FNSEA, tout le monde sait que ce sont les plus gros qui touchent le plus. Suffit d'avoir un agriculteur dans ses connaissances...
Réponse de le 18/08/2014 à 16:39 :
"tout cela pour un conflit d'ego poutine obama "

Heu, Poutine est tout de même en train de nous rejouer "Hitler veut annexer ses voisins"..

Sinon, un sous-traitant dans la culture des céréale, c'est quoi ce truc ???
Réponse de le 18/08/2014 à 17:50 :
Heeu... l'otan nous a rejoué : "Nous, les US, on annexe l'Ukraine par l'Europe.", plutôt. Que Poutine ne veuille pas de missiles à sa frontière en plus ne me surprend pas.
Réponse de le 18/08/2014 à 23:40 :
@ Yvan : L'Otan n'a jamias annexé l'Ukraine la décision était non tout comme son entrée en Europe. Le voisinage de l'Otan est un prétexte compte tenu des armements actuels. Poutine voulait l'Ukraine et ne respecte pas sa souveraineté, c'est son impérialisme avec des pays comme la Géorgie, la Moldavie, la Biélorussie etc qui est le problème. sa dictature ne tiendrait pas face à un développement avancé de ces pays comme la Pologne etc. C'est tout le fond du sujet. Il a choisi la voie de la dictature basée sur une minorité détenant les ressources du pays au lieu d'une véritable démocratie en Russie qui est en retard comme toujours par rapport à l'Europe dont il copie le modèle de loin via son projet d'Eurasie.
a écrit le 18/08/2014 à 16:02 :
C'est du n'importe quoi !
a écrit le 18/08/2014 à 15:35 :
D'ailleurs, sur la photo, c'est un maraicher cowboys de New York, qui va se fait sponsoriser par l'EU...
Réponse de le 18/08/2014 à 17:34 :
pas la peine de commenter les incohérences entre texte et photo, c'est déjà la "marque déposée" du journal... lol
Réponse de le 18/08/2014 à 20:41 :
Ha non. J'chu désolé, mais il est bien connu que Niou York (cher, certes) est le premier lieu de production de fruits bien mûrs pour être perméables à la pub.
La preuve : y'en a partout sur les murs.
a écrit le 18/08/2014 à 15:34 :
Du pipeau. Suivez moi : le fond d'urgence de l'Union Européenne pour le PAC est de 420 millions d'euros. A cause de l'embargo russe, seulement les exportations espagnoles ont déjà subi un déficit de 450 mio d'euros. Mettons là les déficits français, allemand, polonais, finlandais…. et on verra que 125 mio d'euros ne servira même pas pour combler le déficit d'un seul pays. Du pipeau.
Réponse de le 18/08/2014 à 23:43 :
Non car il y a des transformations alimentaires possibles (conserves etc), des contournements d'embargo (facile avec les fruits et légumes), d'autres marchés, des organismes sociaux etc.
Réponse de le 19/08/2014 à 21:44 :
Vous parlez comme un politicien mais sur le tas la réalité est toute une autre. Quels contournements d'embargo ? quels autres marchés ? quels organismes sociaux ? vous délirez ?....
a écrit le 18/08/2014 à 15:15 :
Elle est pas belle l'Europe de nos dirigeants caniches des US ,la facture une fois de plus pour le contribuable
a écrit le 18/08/2014 à 14:56 :
Le paysan fait remarquer à son député que les sanctions contre les Russes, c'est pour sa pomme. L'autre lui dit de ne pas ramener sa fraise et de rester dans son coing. Bonne poire, le paysan s'en remet au curé qui lui dit de ne pas pêcher même si son intervention auprès du député compte pour des prunes. En cas de pépin, il reste le raisin, car les Russes n'ont pas encore sanctionné le vin :-)
Réponse de le 18/08/2014 à 16:04 :
excellent ! un peu d'humour, par les temps qui courent .......
a écrit le 18/08/2014 à 14:35 :
au final les coulions de l histoire encore les contribuables ....
Réponse de le 18/08/2014 à 23:46 :
C'est la faute à Poutine l'envahisseur.
a écrit le 18/08/2014 à 14:35 :
Et la facture elle est pour qui pour nous bien sûr! Y'a vraiment des claques qui se perdent. Enfin soyons confiants le cap est maintenu. Chaque jour je comprends un peu plus pourquoi certains se sont retrouvés au bout d'une pic.
a écrit le 18/08/2014 à 14:10 :
Faudra ne pas oublier d'envoyer la facture aux responsables, soit, les US.
Réponse de le 18/08/2014 à 15:24 :
Et le gouvernement français qui les soutiennent. Et comme c'est nous ; donc : plus de taxes et d'impôts pour les dindons que nous sommes !
Réponse de le 18/08/2014 à 23:48 :
Non c'est Poutine le responsable, c'est bien lui qui a envahi la Géorgie et l'Ukraine donc la facture lui revient.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :