Pourquoi Paris commet une erreur en refusant de publier la lettre de Bruxelles

 |   |  695  mots
José Manuel Barroso s'est irrité de la publication de la lettre par Matteo Renzi
José Manuel Barroso s'est irrité de la publication de la lettre par Matteo Renzi (Crédits : Reuters)
L'Italie a publié la lettre de la Commission sur le budget, la France s'y refuse. Deux conceptions du pouvoir face à face.

Si l'on voulait prendre la mesure du « mal français », il serait peut-être bon de ne pas regarder que le niveau du déficit budgétaire. La différence de comportement entre les gouvernements français et italien autour de la lettre envoyée par la Commission européenne aux deux pays sur leurs budgets en dit bien plus long.

L'attitude de Matteo Renzi

A Rome, Matteo Renzi a immédiatement rendu publique cette lettre. Mieux même, il en a fait un argument politique. Face aux critiques de José Manuel Barroso quant à sa publication, il a proclamé que le temps des « lettres secrètes » était terminé et que, désormais, il entendait répliquer pied à pied. « Nous publierons toutes les dépenses des immeubles de Bruxelles et ce sera divertissant », a indiqué le président du Conseil italien en forme de provocation.

Le mouvement est politiquement assez bien joué : il place ainsi la Commission face à ses contradictions entre sa volonté affichée de soutenir la croissance et son application entêtée des règles budgétaires. Il tend aussi à Bruxelles le miroir peu flatteur d'une institution qui entend se cacher, procéder en secret sur un sujet qui représente le nec plus ultra de tout gouvernement représentatif, le budget national. Bref, il transfert le sentiment de culpabilité de Rome vers Bruxelles, ce qui lui permet d'assumer avec un certain panache les décisions contenues dans ce budget.

L'attitude française

A l'inverse, le gouvernement français se plie avec respect à la demande de confidentialité de la Commission. On garde la lettre par devers soi. Et on n'entend pas la publier. Les ministres se contentent d'en minimiser l'impact, mais il faut croire les ministres. Cette attitude a, évidemment, quelque chose de ridicule alors que l'on connaît la lettre à l'Italie. Mais cette différence de comportement est, en réalité, fort parlante. Engoncé dans ses protocoles monarchiques, le pouvoir français ne conçoit pas de briser une étiquette. Il préfère l'entre soi douillet des négociations à l'abri d'une escouade de gardes républicains. Derrière ce refus de la publication de la lettre de Bruxelles se dévoile cette réalité nue de la pratique politique française : la priorité doit être donnée avant tout à la protection du pouvoir.

Un pouvoir français incapable de décider

L'autre réalité qui ressort de cette affaire : c'est l'incapacité du pouvoir français à prendre des décisions. Publier cette lettre obligerait Paris à prendre position sur les critiques concrètes de la Commission. Elle l'obligerait à entrer ouvertement ou en résistance, ou en obéissance. Matteo Renzi a clairement repoussé les critiques  de Bruxelles, tout en cédant sur un ou deux points mineurs. Mais en France, on n'agit pas ainsi. On voudrait pouvoir obtenir ceci contre cela, discuter avec Berlin (que l'on songe au « 50/50 » d'Emmanuel Macron), négocier avec des arguments que l'on n'aimerait pas présenter au public. Bref, faire de la bonne vieille politique de chambre, celle qui a fini par détacher les citoyens non seulement de la politique française, mais aussi de la politique européenne.

Stratégie perdante

Evidemment, dans cette affaire, Paris fait fausse route. Si la France a décidé de tenir tête à la Commission, elle doit le faire en tentant de s'appuyer sur l'opinion publique. Elle doit jouer de son avantage démocratique et de ses arguments économiques pour mettre Bruxelles dans une position impossible à tenir. C'est ce qu'a réussi Matteo Renzi et c'est pourquoi José Manuel Barroso a si mal pris cette publication. Mais désormais Rome est en position de force, Paris est encore soumis à la chance des négociations secrètes.

Rien de nouveau. Depuis son élection en mai 2012, François Hollande a toujours choisi les combinazioni au niveau européen plutôt qu'une politique claire et il a toujours perdu à ce petit jeu face à la rigueur allemande. Il s'est enfermé dans cette pratique post-mitterrandienne du pouvoir qui, in fine, a affaibli la France. Et il semble que ni son « jeune » premier ministre, ni l'exemple italien ne le décide à changer cette stratégie perdante.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/11/2014 à 19:00 :
Cet article est non seulement pertinent, il est également lucide sur notre monarchie républicaine.
a écrit le 26/10/2014 à 19:26 :
Monsieur Godin, bien que votre article soit un bon exemple de déclaration des faits, il reste toutefois un mauvais exemple d'arguments tentant d'expliquer d'où vient la faute. Vous cachez que les décisions qui sont demandées par Bruxelles, ne le sont pas vraiement, car Bruxelles ne fait que rappeler aux pays, ce que ces mêmes pays ont décidé de par eux même lors des Conseils successifs pour les déficits. Alors, critique s'il y a lieu de faire, c'est aux Etats Membres qu'il faut les faires, Bruxelles depuis longtemps n'ont pas grand chose à dire si ce n'est qu'exécuter les décisions des Etats-Membres.
N'oubliez pas de le clarifier, sans cela vous ne ferez que continuer à travestir la réalité.
Cordialement.
a écrit le 26/10/2014 à 15:54 :
La création d'une Europe qui officie pour le bénéfice des Européens me semble ratée. C'est l'Europe des lobbies sans aucune vision de l'avenir, de la gouvernance des pleutres.
Il ne faut pas pleurnicher sur l'émergence d'un sentiment anti-européen, et celle de partis plus ou moins extrémistes, c'est le résultat de cette politique sans vision.
L'Europe n'existe pas, ce n'est qu'un système bureaucratique.
a écrit le 26/10/2014 à 10:30 :
Il faudrait changer le titre : "Pourquoi Paris ne commet que des erreurs ? "
a écrit le 25/10/2014 à 22:01 :
Romaric,
je vous engage à attendre la fin de la partie avant de compter les points. C'est plus prudent. Ce n'est pas l'avis d'un soutien de François Hollande. Pensez que la commission agit selon les traités et que l'on ne peut pas balayer cela d'un revers de main.
a écrit le 25/10/2014 à 19:43 :
Critique parfaitement pertinente du régime de monarchie constitutionnelle en CDD que subit encore la France (régime imaginé pour le grand démocrate qu'était De Gaulle).
a écrit le 25/10/2014 à 15:30 :
En France, la démocratie est bafouée, ses gouvernants étant solidaires de droite à gauche ; le parti régalien au pouvoir est l'UMPS. Ainsi coïncée , une fois au gouvernement, sa branche PS taît l'usurpation commise avec le traité de Lisbonne bafouant le référendum populaire de 2.005. Le traité suivant sur la soumission du budget à Bruxelles n'est que sa suite. La France n'est plus souveraine ; on a vendu son âme.
Réponse de le 25/10/2014 à 18:58 :
umps = fn = tous les memes
a écrit le 25/10/2014 à 9:56 :
de diffuser cette lettre aux sujets Français. Ils auraient trop de mal à comprendre!
Réponse de le 25/10/2014 à 19:44 :
vous prenez les français pour des boubourses!
a écrit le 25/10/2014 à 8:51 :
HOLLANDE a raison. Il ne faut pas écouter BRUXELLES et continuer notre politique qui payera un jour. En attendant, il faut continuer à creer des emplois aidés et il faut embaucher dans l'education nationale pour s'occuper des enfants le vendredi après midi
Réponse de le 25/10/2014 à 9:45 :
Commentaire intéressant. Et l'argent vous le trouvez ou ?
Réponse de le 25/10/2014 à 9:53 :
"politique qui paiera un jour" ... J'admire votre optimisme béat qui convient parfaitement à votre pseudo ...
a écrit le 24/10/2014 à 23:04 :
Vivement la fin de cette commission qui a enterré le rêve européen,aux ordres de la reine des fourmis avec les finlandais comme porte flingue pour tirer a boulets rouge sur la France,pendant que la traîtresse fait des risettes à tout les intervenants.La Finlande,pays de 5 millions d'habitants,qui humilie la France,on croit rêver vite un référendum comme chez les rosbifs désunis!
a écrit le 24/10/2014 à 20:20 :
Une lettre banale pour un Président banal et une faillite banale ?
a écrit le 24/10/2014 à 19:32 :
Encore des gogos pour nous dire que la faute c'est l'Europe, la preuve cette lettre blablabla. Cette lettre ne fait que demander à Paris de tenir ses engagements. La France ne peut pas être là pour demander des crédits à des taxu préférentiels (voire négatifs - sic) et ensuite venir dire "ouais regardez, ils veulent qu'on tienne NOTRE PROPRE ENGAGEMENT et qu'on rembourse". La honte est du côté Français, pas du côté européen. Faut assumer au lieu de tout le temps se défiler et chercher des diversions. Aucun courage, aucune responsabilité "après moi, le déluge" quoi... 30 ans que ça dure.
Réponse de le 24/10/2014 à 22:15 :
En effet ça fait trente ans que l'Europe promet des lendemains meilleurs, ces lendemains ne viendront pas, jamais... Pourquoi ? Parce que dans cette Europe d'inspiration et de volonté US, les politiques atlantistes serviles ont perdu la souveraineté et les manettes qui permettait tout à la fois d'adapter l'économique et le politique aux circonstances. Philippe SEGUIN avait anticipé en son temps devant ses pairs et dans un discours fleuve les dangers de l'Europe en construction, ses analyses se révèlent parfaitement exactes quelques années après mais pour faire passer la pilule de l'échec, on est quotidiennement dans la logique de la manipulation et de la désinformation. Il ne s'agit plus de remettre le bilan de l'Europe à demain, dès aujourd'hui le constat est celui d'un échec patent, le reste est endormissement. La démocratie est morte depuis longtemps, regardez la Grèce ce laboratoire de l'Europe où les enfants dénutris meurent de faim dans l'indifférence, trop souvent dans notre indifférence.. Mais bien que tard, il est encore temps de reprendre son destin en main pour la France comme pour les autres pays d'ailleurs. La seule option viable est la sortie de l'Union européenne, de l'euro et de l'Otan pour retrouver une marge de manoeuvre et recouvrer les attributs confisqués de la souveraineté. L'UPR est en France le seul parti qui le propose démocratiquement et inconditionnellement par la mise en jeu immédiate de l'article 50 du TUE, l'option à suivre donc, avec intérêt..
Réponse de le 25/10/2014 à 10:37 :
+1000
a écrit le 24/10/2014 à 18:12 :
Notre président...je dirai même l' incapable doit être obligé de dire au peuple la vérité sur l' état de la France et sur ce que l' europe nous dit !!!!!
Le peuple commence à gronder et la vague bleue marine arrive je dirai même le tsunami arrive !!!
Réponse de le 24/10/2014 à 18:50 :
@momo Qu'est ce qu' elle va faire la vaguelette momo, MLP est complice du système...
a écrit le 24/10/2014 à 17:23 :
Très bonne analyse des politiques italienne et française! et bravo à Mateo Renzi pour son courage politique!
a écrit le 24/10/2014 à 17:23 :
La commission Européenne doit se mettre également aire des économies, elle nous coûte très cher. Les Eurodéputés doivent accepter de baisser leurs salaires d'au moins 30 %. Et Barroso doit montrer l'exemple !!!! Les différents états pourront ainsi respecter un peu plus ce que la commission veut nous imposer!!!! qu'ils montrent l'exemple !!!!
a écrit le 24/10/2014 à 17:12 :
Sortir de cette Union mortifère, vite et avec l'UPR car dieu que l'Union Européenne est pratique... !! La technique est éprouvée : créer un contexte et les conditions adéquates pour rendre les choses inévitables. Ainsi l'UE impose un système néo libéral incompatible avec notre modèle social. Lequel devient petit à petit non viable car non financé. Reste plus que les dames de charité qui viennent finir le sale boulot en annonçant les "nécessaires" évolutions... Rappelez vous ce que disait Denis KESSLER en 2007 (économiste - ex N°2 du MEDEF) au sujet du gouvernement très européiste Sarko-Fillon : "Le modèle social français est le pur produit du Conseil National de la Résistance. Un compromis entre gaullistes et communistes. Il est grand temps de le réformer et le gouvernement s'y emploie [...] Il s'agit aujourd'hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du CNR !". On peut donc constater que le très "Flambo-Valliste" GATTAZ a su reprendre le flambeau avec conviction. Qui croit encore que la gauche et la droite diffèrent ? Qui ose croire encore qu'une autre Europe est possible ??? Bruxelles impose, les gouvernements français disposent ! Vive la paix ? Non ! Vive l'ultra libéralisme anglo-saxon !!! Car voilà la seule raison d'être de l'UE : imposer un modèle socio-économique non voulu par les peuples concernés et sous de faux prétextes.
a écrit le 24/10/2014 à 16:47 :
Holland DOIT respecter le traité de Maastrisch, volonté du Peuple (1992).

Le reste n'est que littérature.
a écrit le 24/10/2014 à 16:19 :
hollande n'a pas besoin de publier quoi que ce soit pour dire ' va te faire foutre' a la commission....
il a deja dit hier qu'il ne comptait pas en faire plus, hormis magouiller et changer les regles histoire de figurer dans les clous des nouvelles regles taillees pour lui...
la publication est donc inutile
a écrit le 24/10/2014 à 15:30 :
MITTERRAND a quitter PÉTAIN et-vichy quand STALINGRAD a fléchit face aux ALLEMANDS,la nous avons court bouillons qui mijote sans savoir que les frais généraux se situent a cinq pour cent, quel désordre,je penses qu 'une cessation de paiement publique est d’actualité
a écrit le 24/10/2014 à 15:26 :
C'est la marque de fabrique de Hollande
Reculade mensonge faiblesse indécisions hésitation
Maintenant qu'il a minimisé la lettre il ne peux plus la montrer rires!!!
Le capitaine de pédalo va embrouille tous ca ne vous inquiétez pas
a écrit le 24/10/2014 à 15:10 :
Parce qu'en Europe, comme par le monde, la France voyage en 1 ère classe avec un billet de 2 ème. La lettre de Bruxelles nous signale ce fait, mais Paris ne veut pas que les autres le sachent. La France transparente ? un mythe comme bien d'autres.
a écrit le 24/10/2014 à 14:57 :
Cette lettre est dispo sur le site Médiapart !
Réponse de le 24/10/2014 à 15:15 :
elle est effectivement banale .
a écrit le 24/10/2014 à 14:19 :
En ne publiant pas cette lettre .... c'est un frein à l'investissement ... on reste dans le flou !
Réponse de le 24/10/2014 à 14:30 :
les libéraux ont imposé leur politique ! ON VOIT LES PITEUX RESULTATS-
la déflation est là et le chomage ! qu'avez vous à proposer pour faire redémarrer les choses ??
Réponse de le 24/10/2014 à 14:54 :
Et vous mimosa qu'avez vous à proposer d'original ?
a écrit le 24/10/2014 à 14:18 :
Les socialistes sont dans la tradition du mensonge et de la dissimulation depuis au moins 1981.
Réponse de le 24/10/2014 à 14:28 :
rien à voir avec les socialos ! beaucoup de gens en ont assez de Bruxelles et la France va virer vers l'extrémisme ! oui il y a danger avec la dictature de Bruxelles !!!i
Réponse de le 24/10/2014 à 14:44 :
Continuez l'UMP l'UDI les Verts, FdG et les actions !!!! du FN en refusant d'appliquer le non cumul mais également en voulant se régaler aux dépends français des citoyens par les augmentations de ses élus, ne sont pas plus morale que le PS
a écrit le 24/10/2014 à 14:13 :
En refusant de publier cette lettre , le PS perd toute crédibilité !
a écrit le 24/10/2014 à 14:06 :
J'en déduis que le carnet de notes n'est beau à voir !
a écrit le 24/10/2014 à 14:05 :
Publier mais non la France à un ver dans son sein un ver politique qui détruit tout et avant tout la morale, ce ver qui se comporte en menteur magouilleur et dans la volupté de la corruption. La France une monarchie qui se love dans les dorures des palais de l'Elysée, Assemblée sénat et autres châteaux territoriaux par des élus insignifiants. La France est une république bannière, notre pays rappelé à l’ordre par l’OCDE pour corruption, la justice en France 25 ou 26 ème rang en Europe rien que cette place montre le niveau de notre pays et le choix politique de faire de la Justice un système moyenâgeux dont le politique aimerait à sa botte, heureusement les juges dans leur majorité protègent le pays face à la dérive politique la dernière affaire Big…million comme Urba en son temps montrent combien le fruit est vérolé. Ah si la commission avait écrit pour féliciter la France alors nos représentants de la république bannière aurait transgressé les règles car en politique il n’ y a pas de règle hors celle de défendre bec et ongles les acquis de cette caste qui n’ a plus sa place dans un système dont le maitre mot devrait être MORALE.
a écrit le 24/10/2014 à 14:00 :
Analyse interessante et pertinente. Merci
a écrit le 24/10/2014 à 13:46 :
Au contraire très intéressant.
La mauvaise foie de l'etat francais est à vomir pour la majorité silencieuse et modérée.
a écrit le 24/10/2014 à 13:43 :
Inutile au FN de s'échiner, FH et la CE font le travail pour lui. 2017 peut être le grand basculement ...
Réponse de le 24/10/2014 à 14:50 :
Et déjà le grands commis de l'Etat penchent , s'inclinent , s'agenouillent vers le Front National ....
Réponse de le 25/10/2014 à 9:39 :
s'agenouillent comme devant un dictateur?un roi? ca laisse reveur sur vos envies de democratie si votre vocabulaire est déjà si royaliste
a écrit le 24/10/2014 à 13:34 :
ininteressant
a écrit le 24/10/2014 à 13:31 :
:)
mais il est bien cet auteur !
a écrit le 24/10/2014 à 13:24 :
Les commentaires sont superflue a ce article bien écrit de Romaric Godin
a écrit le 24/10/2014 à 13:23 :
la lettre destinée à Hollande est arrivée rue du cirque ! Le PS (parti soutenu) doit en débattre à son prochain congrès ... Une seule chose est acquise la reprise , il n' y en aura pas .
a écrit le 24/10/2014 à 12:55 :
Toujours cette construction de l'UE sans l'avis des principaux intéressés: "Les peuples"!
a écrit le 24/10/2014 à 12:49 :
D'après certaine rumeurs haut placées, il y aurait deux versions, la premières c'est une erreur du postier qui a mis la lettre chez le coiffeur a cote de l'Elysée, la deuxième c'est que la lettre a oublié d'être ouverte et est toujours sur le bureau du Président. Peut être que Conchita, la femme de ménage officielle du palais, va l'ouvrir...
a écrit le 24/10/2014 à 12:35 :
L'union europeenne et chez nous la bande des quatre europeistes UMPSVERTCENTRE nous menent a la catastrophe retrouvons la france sortons de cette aventure utopique l'europe liberale ,elle nous detruit
Réponse de le 24/10/2014 à 13:41 :
le libéralisme existe en france ? soyons honnetes, non.
paternalisme et gauchisme (rances) eux existes malheureusement.
L'égalité et la fraternité on guillotiné la liberté.
a écrit le 24/10/2014 à 12:33 :
la mairie refuse de recevoir notre presidente, arretons de faire l'autruche l'ump a bien accepte nos voix electorales
a écrit le 24/10/2014 à 12:32 :
Vous faites beaucoup d'honneur à M Renzi dont l'attitude finalement très populiste s'apparente à de la manipulation des italiens en jouant sur les ressorts classiques du Bruxelles-bashing. Quant à M. Hollande tout gonflé d'importance il n'y a plus rien à en dire.
a écrit le 24/10/2014 à 12:29 :
On a l'impression avec les politiques qu'un a tort et donc l'autre à raison. Dans ce cas, l'Italie (ainsi que la France) devrait faire des efforts mais la Comission devrait balayé devant sa porte avant de faire la morale.
a écrit le 24/10/2014 à 12:29 :
L'Argentine a beau avoir mis son opinion publique a contribution, ça ne l'a pas empêché de faire faillite et de se faire courser par les fonds vautour qui on rachetés leur dette à vil prix.
a écrit le 24/10/2014 à 12:24 :
Avec la complicité du peuple français qui :
soutient les bonnet Beurk rouges
les taxis
les pharmaciens
les routiers etc..
a écrit le 24/10/2014 à 12:18 :
Juste pour dire qu'on verra dans les prochains jours si Rome est autant en position de force que cela...
a écrit le 24/10/2014 à 12:10 :
Commencez par écrire correctement le nom des gens...
José Manuel Durão Barroso
a écrit le 24/10/2014 à 12:08 :
L'autruche, bien française depuis 40 ans... on ne change surtout rien otu va bien Madame la Marquise. Quoi le peuple n'a plus de pain, mais qu'il mange des brioches, mon ami...
a écrit le 24/10/2014 à 12:04 :
N'importe quoi cet article! L'Italie réagit comme un gosse mal élevé et joue contre (l'idée de)l'Europe. La commission ne va certainement pas louper l'Italie au prochain dérapage budgétaire. D'ailleurs le FN applaudit l'Italie ce qui est un signe qu'il ne faut pas faire comme Renzi...
Réponse de le 25/10/2014 à 10:49 :
Vous êtes une illustration des ravages de la reverse psychology.
a écrit le 24/10/2014 à 12:00 :
Absolument pas d'accord avec cette analyse de M. Godin don't j'apprecie les articles pourtant. La commission emet un avis qui n'a pas a etre rendu public, d'autres instances peuvent render compte publiquement de ces questions. Quel interet d'une mise en scene perpetuelle?
Réponse de le 24/10/2014 à 14:09 :
La démocratie est le pire système politique, à l'exclusion de tous les autres (Churchill)
Réponse de le 24/10/2014 à 23:03 :
J'espere que vous etes plus pertinent en education physique
a écrit le 24/10/2014 à 11:59 :
Ne pas déplaire aux électeurs conduit au désastre.
Nous allons devoir payer 40 années de gestion débridée des finances publiques par nos élus, incompétents sur tout et responsables de rien.
La France va essayer de se défiler une fois encore. L'heure de vérité arrive.
Réponse de le 25/10/2014 à 0:27 :
Effectivement je crois que vous avez raison. Ceci dit : mieux vaut que la catastrophe arrive une bonne fois pour toutes. (le pire scénario serait que la politique actuelle marchote et fasse illusion). Et nous sommes dans un régime démocratique, nous sommes donc tous responsables de cette dérive ! (pas que les élus)
a écrit le 24/10/2014 à 11:57 :
S'il avait pu il aurait aussi interdit la publication de "merci pour.....Valérie", des photos-scooters de Closer ce type n'a rien dans le pantalon, il ne décide rien et va bientôt se faire doubler par VALLS, un bon politique-politicien de la IVème !
a écrit le 24/10/2014 à 11:52 :
Malheureusement la France est dans une impasse totale, ce qui était évident dés la campagne électorale des candidats en lice, négationistes de la crise économique en cours.
Nous entrons dans l'inconnu et l'histoire dira ce qui s'est passé aux générations futures durant 40 ans de gestion républicaines désastreuse des finances publiques, pour des raisons politiques et démagogiques basées sur le mensonge.
Réponse de le 24/10/2014 à 14:05 :
Macron nous disait il y a quelques jours qu il était " totalement sûr " pour le budget de la France face à Bruxelles . Macron apprend vite le mensonge au PS
a écrit le 24/10/2014 à 11:51 :
Il va falloir attendre Marine pour récupérer notre indépendance perdue. Les socialistes et l'UMP ont laissé la France dans un mauvais état, dettes, chômages , il va y avoir du boulot
pour le FN.
Réponse de le 24/10/2014 à 14:15 :
J'ai longtemps eu peur de Marine, mais aujourd'hui, je n'ai jamais été aussi convaincu par le personnage. Pitié, pas Sarko, pas Juppé, pas Hollande. #DPAM

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :