Primaire citoyenne : dans un bureau de vote parisien du 11ème arrondissement

 |   |  517  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Volontaires concentrés, organisation minutieuse...dans ce bureau de vote parisien, tout est fait pour veiller à la plus grande impartialité entre candidats et éviter d'éventuels contentieux

9h45, dans un bureau de vote de l'avenue de la République dans le 11ème arrondissement de Paris. Ce ne serait l'absence à l'extérieur des traditionnels panneaux d'affichage présentant les candidats, on se croirait vraiment un jour de vote "officiel national". Même installation des urnes et des isoloirs, même présence des assesseurs. Vue de ce bureau de vote - un parmi les près de 10.000 installés dans toute la France - les choses paraissent bien organisées. Dans d'autres communes, les organisateurs ont eu cependant moins de chance ou se sont trouvés confrontés à la mauvaise volonté des édiles. Pour pallier ces obstacles, de grandes tentes ont été érigées à même la rue pour servir de bureau de vote.

1 euro pour voter

Ici pas besoin de recourir à ces contournements. L'arrondissement est nettement classé à gauche et les élus ont tout fait pour que les opérations de vote se déroulent le mieux possible. Dès l'entrée de ce gymnase d'une école primaire, deux préposés vous demandent poliment où vous votez d'habitude et, en fonction de votre réponse, vous oriente immédiatement vers l'un des coins de la grande pièce. Après avoir présenté votre pièce d'identité et procédé à un premier émargement, le préposé vous demande gentiment de vous acquitter d'une participation minimale de 1 euro "pour frais de vote" - le coût de l'organisation de la Primaire citoyenne s'élève à environ 3,5 millions d'euros, vous précise t-on.

"A voté"

Vient le moment de saisir les bulletins. Et là, première sensation réelle de vivre un événement inédit en France : la tenue d'une primaire ouverte à tous et non aux seuls militants. Six bulletins à disposition, dont cinq candidats du Parti Socialiste et un radical de gauche. Cela fait drôle. Après le passage par l'isoloir, deuxième émargement et vote proprement dit, d'ailleurs sans la formule consacrée "A voté". On vous propose ensuite, "si vous le souhaitez" de laisser vos coordonnées afin d'être informé sur la suite de la primaire et la campagne électorale. Le préposé insiste bien sur le fait que cela est laissé au choix de chacun. Car pas question d'essuyer une quelconque critique de "fichage".

Stylo numérique

La vingtaine de personnes présentes apparaît très concentrée, consciente de vivre un moment historique de la vie politique française. Ethan [les prénoms ont été changés], jeune volontaire campé derrière l'urne, précise : "il faut tout faire pour simplifier les choses et rassurer les gens sur la confidentialité du scrutin". Anouk, elle, veille très soigneusement à ce que la hauteur des piles de bulletins au nom de chacun des candidats soit égale. Tout le monde espère pouvoir faire face au rush attendu en fin de matinée. Le dépouillement inquiète aussi, à compter de 19 heures : "ppourvu que l'on ait pas de problème avec le stylo numérique qui va permettre d'officialiser les résultats", explique Ethan. Rendez-vous dimanche prochain pour le second tour.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :