Pernod et Diageo bouclent leur offre sur les spiritueux Seagram

Le britannique Diageo, numéro un mondial des spiritueux, et le français Pernod Ricard ont annoncé mercredi matin avoir signé un accord où sont définies les modalités de leur offre commune sur la division spiritueux du canadien Seagram, confirmant ainsi les informations parues dans le Wall Street Journal Europe. "Notre vision de quoi faire et comment avec notre associé est claire. Un accord définitif a été signé lundi dernier", a déclaré Patrick Ricard.Selon Reuters, le président de Pernod a ajouté que les deux partenaires avaient constitué une "joint venture" pour réaliser leur offre conjointe sur les actifs Seagram mais n'a pas voulu préciser la répartition du capital de cette coentreprise.Diageo et Pernod Ricard avaient annoncé fin août leur alliance pour le rachat des alcools Seagram considérés comme à vendre depuis l'annonce du projet de fusion avec Vivendi et Canal+. Numéro trois mondial des spiritueux, Seagram détient des marques comme les whiskies Chivas Regal et Crown Royal, le cognac Martell, le rhum Captain Morgan ou encore la vodka Absolut. Selon les termes de l'accord, avance le quotidien, Diageo hériterait des marques Crown Royal et Captain Morgan ainsi que de la division vins, tandis que le français reprendrait les whiskies.Hormis les deux partenaires, le britannique Allied Domecq -numéro deux mondial des spiritueux- et l'américain Bacardi, qui a formé une alliance avec Brown-Forman, sont les deux autres candidats au rachat des alcools Seagram.Le marché semble croire aux chances de Pernod-Ricard. En effet, depuis le début du mois novembre, l'action Pernod-Ricard s'est appréciée de près de 15%. Stable une bonne partie de la matinée, mercredi, la valeur reculait de 2,38% à 61,5 euros en clôture. A la Bourse de Londres, le titre Diageo décrochait pour sa part de 7,41% à 662 pence mais affiche une hausse quasi-continue de plus de 30% depuis le début de l'année.L'éventuelle acquisition des alcools Seagram plait d'autant plus aux investisseurs qu'elle permettrait à Pernod Ricard de se recentrer sur les spiritueux, activité la plus performante du groupe français. Au premier semestre, le résultat opérationnel de la branche vins et spiritueux, qui représente 66% du résultat total, a enregistré la plus forte progression, soit une hausse de 17%. Sur la période, le résultat opérationnel total du groupe s'est accru de 12,6% pour atteindre le montant de 165,2 millions d'euros. De 2,037 milliards d'euros sur six mois, le chiffre d'affaires de Pernod Ricard est passé à 3,14 milliards d'euros sur neuf mois, progressant à un rythme stable trimestre après trimestre.En outre, Diageo comme Pernod Ricard ont renforcé leur munitions financières. La cession de sa filiale d'agro-alimentaire Pillsbury en juillet dernier, a permis à Diageo de remporter un pactole de 4,5 milliards de dollars. Pernod Ricard, dont l'endettement net représente moins de 40% de ses fonds propres, pourrait tout à fait financer l'acquisition par emprunt. De plus, la cession d'Orangina-Pampryl qui fait actuellement l'objet de négociations avec Cadbury, pourrait rapporter au français entre 1 et 1,5 milliard d'euros. Enfin une augmentation de capital est également envisagée par les experts.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.