Le Web tient une place croissante dans le portefeuille de 3i France

 |   |  214  mots
Créé en Grande-Bretagne, le capital-risqueur 3i a investi au total 129 milliards dans plus de 13 400 sociétés et dispose aujourd'hui de 35 implantations en Europe ainsi que de bureaux en Asie et aux États-Unis. En 1999, 3i Group a investi 2,33 milliards d'euros (15,3 milliards de francs) dans 593 sociétés, alors que le retour sur investissement s'est monté à 20 %, soit 1,579 milliards de livres. Dans l'Hexagone, 3i France, filiale à 100 % de 3i Group, a investi 917 millions de francs en 1999, contre 618 millions de francs en 1998. Les investissements de 3i France se répartissent entre 3 secteurs : le capital développement, dans lequel 3i France a investi 190 millions de francs, les transmissions d'entreprises avec effet de levier (MBO/MBI), qui ont absorbé 469 millions de francs, et enfin le financement des start-up, pour lequel le capital-risqueur a injecté 258 millions de francs, un chiffre en hausse de 263 % par rapport à 1998. 3i France entend orienter sa stratégie sur les deux derniers secteurs d'investissement, avec comme caractéristique une augmentation des tickets moyens, et pour le domaine de l'Internet, une plus grande sélectivité dans les investissements b-to-b ainsi qu'une réorientation vers le b-to-c. 24 projets Internet sont actuellement soutenus par 3i, dont 17 devraient à nouveau lever des fonds. Enfin, l'entreprise estime que 50 % des projets Internet soutenus par les capitaux-risqueurs disparaîtront, suite à des rachats ou à des disparitions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :