IDC France prévoit une explosion des services financiers en ligne

 |  | 584 mots
Lecture 3 min.
L'année 1999 a été une année charnière pour les services financiers Interactifs sur Internet, selon IDC qui estime à 500.000 le nombre des abonnés à des sites de Home Banking sur Internet, et à plus de 100.000 celui des utilisateurs de service de courtage en ligne. Le développement du Home Banking a connu une accélération rapide au cours de l'année 1999, avec près de 90 banques disposant d'une offre sur Internet et près de 20% d'utilisateurs chez les internautes bancarisés. Très médiatisé, le secteur des services de courtage en ligne (eCourtage) connaît une croissance explosive : près d'une trentaine de sociétés se sont positionnées sur ce marché très attractif, dont l'essentiel au cours des douze derniers mois.Si l'apparition des premiers services de Home Banking sur Internet remonte à 1996, ce n'est réellement qu'en 1999 qu'ils ont amorcé leur décollage : avec 500 000 abonnés aux services de Home Banking sur Internet fin 1999 (soit environ 840 000 utilisateurs), les banques françaises disposent d'ores et déjà d'une clientèle significative sur le canal du Net. Le Home Banking dépasse désormais le stade des pionniers de l'Internet, pour devenir une réalité économique et un enjeu stratégique pour l'ensemble du secteur bancaire.Pour 2004, IDC estime que plus de la moitié des internautes (en âge d'être bancarisés) utiliseront des services de Home Banking sur Internet, soit environ 8,3 millions d'utilisateurs.Au nombre de 4 en 1997 puis 10 en 1998, les courtiers proposant le passage d'ordres via Internet se sont multipliés en 1999. C'est la multiplication des sociétés ciblant une clientèle " tout public ", pour laquelle n'est pas exigé d'apport minimum (ou éventuellement très faible), qui a très fortement contribué à la croissance du nombre de clients en 1999. Combiné à la mise en place de tels services chez les courtiers adressant les segments " moyen " et " haut de gamme ", IDC estime que le nombre de clients des services d'eCourtage sur Internet dépassera 1.500.000 personnes en 2004, soit un taux de croissance annuel moyen de 66,6%.IDC a élaboré un modèle économique et marketing autour de la montée en puissance des sites de Home Banking et de courtage électronique sur Internet. Les contraintes et les opportunités sont toutefois très différentes pour les deux types de sites. En effet, ceux de Home Banking se situent dans une perspective d'amélioration des marges sur le coût des opérations, en s'appuyant principalement sur la clientèle existante, alors que les sites d'eCourtage sont orientés vers une stratégie de conquête de nouveaux clients qui pèse d'autant plus sur les coûts.Ainsi, dans un premier temps, IDC estime à 425 francs le coût annuel moyen par client d'un site de Home Banking totalisant 50 000 abonnés, contre 2 840 francs pour celui d'un site d'eCourtage rassemblant 5 000 utilisateurs. Si le ticket d'entrée semble prohibitif dans le domaine du courtage électronique sur Internet, ce constat est à relativiser en fonction des sources de rémunération liées aux droits de garde, mais surtout aux frais de courtage. Ainsi, au-delà du phénomène d'économie d'échelle associé au nombre de clients, les banques et les courtiers ont intérêt à multiplier le nombre d'opérations réalisées sur leur site interactif pour accélérer leur retour sur investissement. Cela laisse la porte ouverte à des banques de taille moyenne et à de nouveaux entrants sur le marché de l'eCourtage qui sauront inciter leur clientèle à multiplier leur transaction sur Internet.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :