NTT DoCoMo veut exporter son service d'accès internet via les mobiles

 |   |  626  mots
Le principal opérateur japonais de téléphonie mobile NTT DoCoMo négocie en vue d'exporter pour la première fois son service d'accès à Internet via téléphone portable, appelé "i-mode" et qui compte déjà 3,5 millions d'utilisateurs au Japon. NTT DoCoMo est en discussion avec l'opérateur téléphonique Hutchinson basé à Hong Kong pour lui livrer cette technologie. NTT DoCoMo a acquis en décembre 1999 une participation de 19% dans Hutchinson. "Hutchison est intéressé par l'utilisation de "i-mode" à Hong Kong et nous sommes en train de discuter", a indiqué Michiko Mori, porte-parole de NTT DoCoMo. "Mais nous ne savons pas si et quand cela commencera", a indiqué Mme Mori, en démentant des informations de la presse nippone selon lesquelles un accord aurait déjà été conclu. Elle a précisé que des problèmes de langage et technologiques existaient concernant l'utilisation en territoire chinois du système "i-mode" conçu au départ pour un public japonais. Mais les projets de NTT DoCoMo sont plus larges et le groupe aimerait vendre sa technologie dans le reste de l'Asie et au-delà. "Si nous pouvons, nous aimerions exporter i-mode vers d'autres pays mais nous ne sommes pas encore en train de négocier" avec des opérateurs étrangers, a précisé Mme Mori. Depuis le lancement de ce service le 22 février 1999, NTT DoCoMo vend environ 425.000 appareils conçus spécialement pour i-mode chaque mois et devrait atteindre les 4,7 millions d'utilisateurs en fin d'exercice 1999 (fin mars 2000), selon une autre porte-parole du groupe. Le système i-mode permet d'accéder constamment à partir d'un menu restant visible à l'écran à des services internet (courrier électronique, horoscopes, prévisions météorologiques, guides de restaurants, virements bancaires et état de comptes...) sans avoir besoin de composer un numéro. Mis à part les 300 services accessibles à partir du menu constamment affiché sur l'écran, plus de 4.000 sites reformatés spécialement pour le petit écran des téléphones portables sont disponibles. Ce produit s'est rapidement diffusé au Japon en raison de son faible coût, soit 300 yens (2,8 euros) pour l'abonnement de base auquel s'ajoutent les tarifs des différents services (même si certains sont gratuits), a expliqué la deuxième porte-parole, en précisant que les utilisateurs d'i-mode dépensent en moyenne 900 yens par mois. Pour le moment, le service ne permet pas de transmettre des images mouvantes - un nouveau produit avec des images animées est prévu pour la fin de l'année - et il est assez lent (9,6 kilobits par seconde). Cependant, NTT DoCoMo prévoit d'être le premier opérateur au monde à lancer "au printemps 2001" la nouvelle génération de téléphones portables basée sur le système à large bande W-CDMA (wideband code division multiple access), a indiqué une responsable du groupe, Yuki Isono. Grâce à ce système qui permettra d'améliorer la qualité vocale, la vitesse de transmission augmentera à un minimum de 64 kilobits et un maximum de 384 kilobits, ce qui permettra le déchargement de clips vidéo, de musique depuis le réseau internet mais aussi une discussion "de visu" avec l'interlocuteur comme s'il s'agissait d'un "visiophone" mobile. "Beaucoup d'opérateurs européens et de fabricants soutiennent la technologie W-CDMA alors que les Etats-Unis poussent la technologie rivale CDMA-2000 et les deux parties vont probablement mener bataille pour imposer leur standard mondialement", a indiqué Mme Isono. NTT DoCoMo a signé un accord de coopération avec les européens Nokia et Ericsson pour développer conjointement la nouvelle norme W-CDMA. Son concurrent japonais IDO-DDI-KDD, contrôlé par Kyocera et Toyota, utilise la technologie américaine alors que le nouveau venu Japan Telecom (détenu à 30% par ATT et BT) rachète les technologies de NTT.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :