Baisse de régime de la consommation des ménages français

 |  | 388 mots
Lecture 2 min.
Fort logiquement, les Français mettent un frein à leur consommation. Selon les chiffres publiés ce matin par l'Insee, la consommation des ménages en produits manufacturés a baissé de 0,8% en avril à 109,37 milliards de francs. Ce chiffre est conforme aux attentes des économistes. La surprise vient en revanche de la nette révision des statistiques du mois de mars. Après avoir annoncé une hausse initiale de 1,3%, l'Insee a revu sa copie pour ramener la progression à 0,9%. Sur un an, la consommation des ménages enregistre une croissance de 3,2%.Dans le champ commerce (hors automobile, pneus, pièces détachées et produits médicaux), la consommation a chuté de 1,5% le mois dernier après une hausse de 0,5% en mars et elle affiche un gain de 2,6% sur un an.Dans ses commentaires, l'Insee note qu'"après trois mois de progression, les dépenses de consommation en biens durables s'infléchissent en avril (-0,7% après +1,4% en mars)". Le dynamisme persistant des achats automobiles (+1,1%) n'a pas été suffisant pour compenser la baisse des dépenses en biens d'équipement du logement, en recul de 2,2%. Quant aux dépenses de textile-cuir, elles ont accusé en avril un repli marqué (-4,7%) après un premier trimestre particulièrement dynamique. Sur un an, elles conservent néanmoins une croissance de 5,6%.Pour Emmanuel Ferry, économiste chez Exane, ni la révision des chiffres de mars, ni la baisse de la consommation des ménages le mois dernier ne sont véritablement inquiétantes. "Finalement", estime-t-il, " la tendance se normalise sur un rythme ralenti mais quand même toujours soutenu. Face aux autres pays de la zone euro, la France a une situation exceptionnelle et les chiffres du PIB du premier trimestre devraient être très bons grâce justement à la consommation des ménages".La première estimation de la croissance du PIB pour les trois premiers mois de l'année sera publiée demain matin par l'Insee. En moyenne, les économistes tablent sur une progression de 0,7%. Ce matin, la Bundesbank a indiqué que le PIB allemand avait progressé de 0,5% au premier trimestre. Sur un an, la croissance outre-Rhin a atteint 2%, contre plus de 2,5% au trimestre précédent. Ces chiffres, dont le détail ne sera fourni que demain, illustrent la nette déterioration de la situation économique allemande.avec Reute

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :