Le secteur des semi-conducteurs en hausse avec Intel

 |  | 459 mots
Lecture 2 min.
Malgré un contexte rendu délicat par le sévère "profit warning" de Juniper Networks, Intel a débuté la séance en nette progression vendredi, après la publication hier soir de ses prévisions de résultats ajustées pour le deuxième trimestre 2001. Quelques minutes après l'ouverture de Wall Street, le numéro un mondial des puces grimpe de 2,47% à 31,91 dollars, après déjà un gain de 4,43% hier soir.Dans son sillage, les fabricants européens de semi-conducteurs sont eux aussi recherchés. Le franco-italien STMicroelectronics, leader du secteur sur le Vieux continent, s'adjuge 3,68% à 45,93 euros vers 15h30, l'allemand Infineon 3,82% à 41,27 euros et le néerlandais Philips 1,31% à 34,68 euros. Coté à la Bourse de Paris, l'américain Atmel, spécialiste de la production de mémoires non volatiles, bondit pour sa part de 6,32% à 15,3 euros.Laissant percer une timide lueur d'espoir pour un marché qui en a bien besoin, Intel a laissé entendre jeudi soir que l'acitivité allait accélérer au deuxième semestre. Le trimestre en cours sera par contre une nouvelle fois difficile avec un chiffre d'affaires dans la partie inférieure de la fourchette de prévisions avancée lors de la présentation des résultats du premier trimestre. Le groupe avait alors fait état d'une prévision de chiffre d'affaires de 6,2 à 6,8 milliards de dollars, en retrait de 19 à 25% sur les 8,3 milliards du deuxième trimestre 2000 et également en baisse par rapport aux trois premiers mois de 2001.Cet ajustement a toutefois été accueilli avec soulagement par les investisseurs : "beaucoup d'analystes pensaient qu'ils allaient revoir à la baisse leur fourchette de prévisions. Le fait de rester dedans constitue une victoire", souligne Jonathan Joseph, analyste chez Salomon Smith Barney, interrogé par Reuters.Intel, soulignant que la faiblesse des activités de communication persiste tandis que les activités de microprocesseurs sont stabilisées, continue de tabler "sur un second semestre plus solide", par rapport à la même période de l'an 2000. Ces déclarations s'ajoutent en outre à plusieurs autres informations encourageantes : la SIA, l'Association des fabricants de semi-conducteurs a annoncé qu'elle prévoit désormais une relance des ventes au second semestre, puis en 2002 et 2003. National Semiconductor, un autre acteur de poids du secteur des puces électroniques, a pour sa part estimé jeudi que "le pire pourrait être derrière nous en matière de commandes", même si le chiffre d'affaires et les résultats du deuxième trimestre sont inférieurs aux attentes. Les commandes de National Semiconductor ont en effet repris leur hausse en rythme mensuel au cours des derniers mois. Le PDG du groupe, Brian Halla, juge que les plus gros clients ont sans doute achevé la réduction de leurs stocks. National Semiconductor a rebondi de 10% hier sur le Nasdaq. latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :