Sega va supprimer 11,5% de ses effectifs

Moins d'un mois après avoir confirmé l'abandon de la fabrication des consoles Dreamcast pour se concentrer sur l'édition de jeux, Sega a annoncé qu'il aller supprimer 300 postes, soit 11,5% de ses effectifs, au cours des deux prochaines semaines. Ce plan social générera une perte exceptionnelle de 1,3 milliard de yens (123 millions d'euros) sur l'exercice 2000-2001, qui s'achèvera le 31 mars, et permettra à l'entreprise d'économiser 1,9 milliard de yens (180 millions d'euros) en rythme annuel. Le numéro trois mondial des jeux vidéo, laminé par la guerre commerciale l'opposant sur le marché des consoles de jeux à ses compatriotes Sony et Nintendo, porte ainsi à 80 milliards de yens (757 millions d'euros) la perte exceptionnelle de l'exercice ; la perte annuelle nette devrait atteindre 58,3 milliards de yens (552 millions d'euros).Dans le rouge depuis trois ans, Sega cessera définitivement fin mars de produire la Dreamcast, lancée fin 1998 et vendue depuis à environ 2,2 millions d'exemplaires au lieu des cinq millions attendus. Sega se contentera désormais d'écouler les stocks. Le groupe, outre son activité d'origine, la gestion de salles de jeux, entend développer son métier d'éditeur : il a déjà signé des accords de fourniture avec ses principaux concurrents d'hier, Nintendo et Sony, et pourrait fournir des jeux à Microsoft, qui lancera à l'automne sa propre console, la X-Box. Sega va également collaborer avec l'opérateur mobile NTT DoCoMo, dans le but de fournir des jeux pour le service Internet mobile i-mode.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.