La fin du "duty free" pèse sur les comptes d'Eurotunnel

 |   |  417  mots
La croissance du trafic dans le tunnel transmanche a tout juste compensé la disparition du "duty free" au cours de l'exercice 2000. Malgré une hausse de 19% du chiffre d'affaires réalisé par ses navettes Eurotunnel (fret), la société franco-britannique a dû se contenter d'une progression symbolique de son résultat d'exploitation. Celui-ci s'est établi à 368 millions d'euros l'année dernière, contre 363 millions d'euros en 1999. C'est que le groupe s'est vu privé d'un résultat d'exploitation de plus de 67 millions d'euros enregistré en 1999 grâce aux ventes de produits hors taxe. La fin du "duty free" a également pénalisé les recettes tirées du trafic passager, qui reculent de 1% à 368 millions d'euros.Le résultat net du groupe a replongé dans le rouge l'année dernière. Eurotunnel a subi une perte nette de 172,6 millions d'euros lors de l'exercice 2000, contre un bénéfice net de 334,1 millions en 1999. Si les charges financières se sont stabilisées au-dessus de 500 millions d'euros, le résultat exceptionnel s'est lui totalement dégonflé. Passant de 458 millions d'euros en 1999 à moins de 2 millions d'euros l'année dernière, celui-ci explique l'essentiel de la dégradation des comptes d'Eurotunnel. Parallèlement, le groupe a subi l'an dernier une perte de change de 0,7 million, contre un gain de change de 69,6 millions d'euros en 1999.Pour Patrick Ponsolle, président exécutif d'Eurotunnel, les comptes 2000 n'en confirment pas moins le succès de la "stratégie post duty free". Il souligne que "pour la première fois au cours du deuxième semestre 2000, Eurotunnel a couvert plus de 100 % de ses charges financières par sa trésorerie d'exploitation". "Nous sommes en ligne avec notre objectif de couvrir en 2002 non seulement la totalité de nos charges financières mais aussi de nos dépenses d'investissement par notre trésorerie d'exploitation", ajoute-t-il.Patrick Ponsolle a par ailleurs confirmé son départ de la présidence du groupe. En poste depuis sept ans, celui-ci cèdera sa place à l'issue de l'Assemblée générale du 25 avril 2001. Sur sa proposition le conseil a décidé de nommer pour lui succéder un tandem composé de Charles Mackay, actuellement vice-président, qui deviendra président du conseil, et de Philippe Lazare, actuellement directeur général, qui prendra les fonctions de Chief Executive Officer.A la Bourse de Paris, le marché a réservé un accueil tiède aux résultats d'Eurotunnel. Le titre s'est replié de 1,82% à 1,08 euros lundi, ramenant à moins de 2% sa progression depuis le début de l'année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :