Mobistar a réduit ses pertes d'un tiers en 2000

Filiale à 51% de France Télécom, Mobistar, numéro deux du marché belge de la téléphonie mobile, a limité ses pertes à 56 millions d'euros l'an dernier, soit un tiers de moins que l'année précédente. Le chiffre d'affaires de la branche téléphonie mobile - qui génère 96% des revenus totaux de la société - a progressé de 56% à 587,1 millions d'euros, tandis que le résultat avant impôts, intérêts et amortissements (EBITDA) passait de 33 à 93 millions d'euros. La perte d'exploitation, elle, a été divisée par six, à 8 millions d'euros contre 47 millions l'année précédente.Le revenu moyen par utilisateur (ARPU) a reculé de 15% sur l'ensemble de l'année, à 31,7 euros par mois, mais Mobistar explique que ce chiffre correspond aux prévisions, qui intégraient à la fois une hausse du taux de pénétration des mobiles et la baisse des tarifs annoncée fin 1999. L'opérateur comptait 1,8 million d'abonnés au 31 décembre, soit 73% de plus qu'à la fin de l'année 1999.Pour 2001, Mobistar entend maintenir sa part de marché (32% en 2000) au-dessus de 30% et améliorer "substantiellement" son EBITDA. L'activité mobile devrait dégager son premier bénéfice net cette année, en excluant les investissements dans l'UMTS. Vendredi, Mobistar a décroché l'une des trois licences de troisième génération délivrées par l'Etat belge, pour un coût de 150 millions d'euros, bien inférieur aux prévisions initiales du gouvernement bruxellois, le nombre de candidats ayant été inférieur à celui des licences initialement mises en vente.Mobistar a déjà entièrement déployé son réseau GPRS, les premiers services étant commercialisés auprès du public depuis quelques jours.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.