Vivendi s'apprête à sortir d'AOL France

C'est imminent. Le patron de Vivendi Universal a déclaré aujourd'hui lors d'une conférence de presse que la sortie de son groupe du capital d'AOL France n'était plus qu'"une question de jours, peut-être même d'heures" et qu'elle génèrerait une plus value significative. Vivendi Universal, qui détient 55% des parts du fournisseur d'accès, via Canal+ et Cegetel, a investi dans la structure, environ 150 millions d'euros en cumulé, en intégrant les pertes d'exploitation. Fin janvier, le Financial Times et le Wall Street Journal, citant un porte-parole de Vivendi, avaient annoncé que les dirigeants de Vivendi et ceux d'AOL Europe étaient enfin parvenus à un accord, sans en préciser les conditions financières. Vivendi ne cachait pas à jusqu'en juin dernier son désir de troquer sa participation dans le fournisseur d'accès français, dans lequel il se sentait trop à l'étroit, contre une position dans la structure européenne, AOL Europe. Mais la création de Vizzavi en collaboration avec le britannique Vodafone, la fusion entre Vivendi et Seagram après celle d'AOL et Time Warner, ont changé la donne. La cession d'AOL France va donc permettre au Français de se détacher d'un service potentiellement en concurrence avec son portail mobile. En effet, cette participation dans AOL France l'a notamment empêché de proposer un service d'accès Internet classique à travers Vizzavi, en raison d'un accord de non concurrence signé avec AOL. Le groupe de Jean-Marie Messier ne cachait pas non plus ses déceptions sur les performances d'AOL France et avouait des divergences d'opinions avec la direction européenne.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.