Trokers, du troc à l’occasion, cherche le chemin de la rentabilité

" Le plus vieux modèle économique du monde ": pour se présenter, Trokers a trouvé la bonne formule. Ouvert en mai 2000, le site est entièrement dédié au troc, décliné aujourd'hui sur 25 catégories de produits, dont cinq assurent environ 90% des transactions: musique, DVD, jeux vidéo, collections et... Pokemon. Les monstres transformistes de poche de Nintendo génèrent un trafic non négligeable et attirent un public très à l'aise avec le troc, celui des enfants. Initié début 2000, le projet Trokers s'est rapidement transformé en entreprise, en s'appuyant sur le succès de sites similaires aux Etats-Unis. " Internet est un outil idéal pour collecter les offres de troc et les mettre en relation ", explique Aymeric Chotard, co-fondateur et président de Trokers. Pour développer l'offre de produits et le volume de transactions, Trokers s'emploie à multiplier les partenariats avec des sites générateurs de trafic, dont une dizaine sont déjà opérationnels. Dans le nombre figurent Wanadoo, Bonjour, GSM Factory et Fox Kids. Au total, Trokers revendique aujourd'hui 30.000 membres et offre quelque 430.000 annonces générant en moyenne 300 échanges par jour. " Le tout sans aucune dépense de communication ", précise Aymeric Chotard. Il est vrai que la société doit surveiller de près ses dépenses. Car si elle a levé 3,5 millions de francs depuis sa création, pour l'essentiel auprès de l'incubateur Tocamak et d'Angels Invest, elle reste soumise aux contraintes d'un modèle économique très dépendant du marché publicitaire." L'idée de prélever une commission sur les échanges est antinomique avec l'idée de base des échanges non-monétaires ", reconnaît Aymeric Chotard. En attendant de trouver des modèles publicitaires permettant de valoriser ses atouts, à commencer par la qualification de ses membres par centres d'intérêts, Trokers a donc décidé de se diversifier vers le commerce électronique " traditionnel ", avec le lancement, prévu dans quelques jours, de " 2xmoinscher ", un site dédié à la vente de produits d'occasion. " Le principal site de troc américain, Switchouse, a suivi le même chemin, en proposant aux internautes, pour chaque produit, l'échange ou la vente ", explique le président de Trokers. Le site français, lui, préfère développer chaque activité sous une marque distincte. Une stratégie qui, espèrent les dirigeants, n'empêchera pas les synergies entre les deux sites. 2xmoinscher se positionnera donc comme un tiers de confiance pour les particuliers ou les professionnels désirant vendre ou acheter des produits de faible valeur. Comme son tout jeune concurrent Priceminister, le site s'inspire du succès de l'américain Half.com, racheté par eBay l'an dernier. " Dépôt-vente virtuel ", 2xmoinscher encaissera 10% de commission sur les ventes, éventuellement partagée avec les futurs partenaires utilisant la plateforme sur leurs sites. 2xmoinscher devrait ainsi générer près de la moitié du - modeste - chiffre d'affaires attendu cette année. " Les fonds levés en octobre nous permettent de tenir 12 à 15 mois ", précise Aymeric Chotard. La société, qui emploie cinq salariés, prévoit une nouvelle levée de fonds fin 2001 ou début 2002. " Dans un an, l'activité aura connu une forte progression nous permettant d'envisager une fusion ou une acquisition par un plus grand acteur", précise son président.Marc Angrand

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.