Alcatel licencie aux USA, le titre plonge

 |  | 368 mots
Après l'annonce la semaine dernière de la suppression de 15.000 postes aux Etats-Unis chez Nortel, soit 15% de la main d'oeuvre du groupe, c'est au tour d'Alcatel d'annoncer des réductions d'effectifs afin de faire face au ralentissement de la demande de matériels de télécommunications outre-Atlantique. Alcatel Americas, la filiale américaine d'Alcatel, a annoncé hier soir son intention de licencier 1.100 personnes aux Etats-Unis, soit environ 5% de ses effectifs dans ce pays.Le groupe français, qui emploie plus de 130.000 personnes dans le monde, a récemment reconnu que ses ventes de téléphones mobiles avaient ralenti en Europe. Il a néanmoins maintenu ses prévisions de résultats sur le premier trimestre, tablant sur une hausse de 20% de ses ventes sur la période.Sur les 1.100 personnes qui seront licenciées, 800 sont des employés à temps plein. Elles recevront des indemnités de licenciement et des offres de réembauche ailleurs."Alors que les temps sont difficiles aux Etats-Unis, il faut que nous gérions la baisse de notre structure de coûts mieux qu'avant. Cette décision est difficile à prendre, mais essentielle dans le contexte actuel", a déclaré Mike Quigley, président d'Alcatel Americas. La moitié des suppressions d'emplois se fera à l'usine de Raleigh, en Caroline du Nord. A Chantilly, en Virginie, où se trouve un centre technique et de marketing, 96 emplois sur 500 disparaîtront. A l'usine de Petaluma, en Californie, où sont produits des composants pour fibres optiques, 93 emplois sur 500 partiront, a précisé Brian Murphy, porte-parole d'Alcatel aux USA.Une nouvelle dont le retentissement boursier ne s'est pas fait attendre : l'action Alcatel a plongé de 4,30% à 32,3 euros dès l'ouverture de la Bourse de Paris puis a accentué sa chute au fil de la séance. A la clôture, la valeur dévisse de 9,36% à 30,59 euros, portant son recul depuis le début de l'année à près de 50%. Victime d'abaissement en série de recommandations de la part des grandes banques d'affaires, la valeur a chuté de 28% en cinq séances. Ce matin c'est UBS Warburg qui annonce avoir abaissé sa recommandation sur Alcatel à "conserver" au lieu d'"achat fort" pour un objectif de cours ramené de 60 à 35 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :