Suez Lyonnaise embarrassé par le rejet d'Air Liquide

 |  | 466 mots
Lecture 2 min.
Suez Lyonnaise des Eaux affirme avoir approché Air Liquide "à titre exploratoire" en vue d'une "mise en commun" des compétences et des activités des deux groupes dans le domaine des services à l'industrie. C'est en des termes laconiques que le groupe Suez répond aux informations parues ce matin dans le quotidien économique L'Agefi sur un possible rapprochement entre les deux groupes.L'annonce d'une éventuelle alliance entre Suez et Air Liquide a provoqué de vifs dégagements sur le titre Suez. Craignant une dérive de la stratégie du groupe depuis son retrait de l'UMTS, les investisseurs ont fait plonger la valeur jusqu'à un plus bas de 172,5 euros au cours de l'après-midi, soit un repli de 6%. L'action a quelque peu limité ses pertes par la suite pour finir en baisse de 4,34% à 172,1 euros. Les doutes sur la pertinence d'un tel rapprochement ont été confortés par la réaction d'Air Liquide qui, rejetant l'offre de Suez, a déclaré ne voir aucune logique industrielle ni économique à une alliance et a ajouté que la production de gaz industriels "n'avait rien à voir" avec les quatre métiers principaux de Suez (énergie, eau, propreté et communication)."Le marché s'est focalisé sur les aspects négatifs d'une telle annonce", souligne un analyste. "On a l'impression d'un retour à la période instable qui a suivi les rumeurs de fusion entre Suez et E.ON. Qui plus est, Air Liquide est le premier producteur mondial de gaz industriels et si une fusion devait survenir, son coût serait particulièrement élevé pour Suez en raison de la nécessaire prime au leader", ajoute-t-il. Néanmoins, il existe certaines passerelles entre les deux groupes dans l'énergie - notamment la cogénération - comme dans l'environnement. Ces passerelles pourraient générer des synergies et permettre à Suez Lyonnaise d'accroître ses parts de marché dans ces domaines, estime l'analyste.A l'inverse de Suez, l'action Air Liquide est restée bien orientée tout au long de la séance de lundi, s'adjugeant 3,80% à 163,9 euros à la clôture. Vendredi déjà, la valeur avait gagné plus de 3% à la faveur de bons résultats annuels. L'an dernier, Air Liquide a réalisé un bénéfice net de 652 millions d'euros, traduisant une hausse de 15,8% sur 1999. Ce chiffre est supérieur aux prévisions des analystes, ces derniers prévoyant des profits de l'ordre de 639 millions d'euros (consensus JCF Group). Le chiffre d'affaires du groupe a pour sa part progressé de 23,9% et s'élève à 8,099 milliards d'euros. S'agissant de ses perspectives 2001, Air Liquide a annoncé qu'il tablait "sauf ralentissement majeur et prolongé de l'économie mondiale, sur une croissance du résultat net proche de 50% sur trois ans (2001-2003) et sur une rentabilité des capitaux utilisés (ROCE) de 12% après impôts, dès 2002".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :