Fin du bras de fer autour de De Beers

 |  | 204 mots
Lecture 1 min.
Annoncée mi-février, l'offre lancée conjointement par la famille Oppenheimer, le groupe minier Anglo American et le gouvernement du Botswana sur De Beers devrait enfin aboutir. Selon un communiqué, "un accord a été trouvé avec les actionnaires", dont certains avaient jugé la première offre insuffisante. Jeudi, la famille Oppenheimer avait annoncé avoir relevé de 2 dollars par action, soit environ 16 rands, son offre sur De Beers. Cette décision améliore de 4 à 5% l'offre initiale qui portait sur un montant total de 17,6 milliards de dollars. Le montant total de la nouvelle offre est désormais estimé à 18,7 milliards de dollars, précise le communiqué. En cas de succès de cette opération, décidé lors d'un vote le 4 mai en assemblée générale extraordinaire des actionnaires, De Beers sera détenu à 45% par la Central Holdings Limited, holding de la famille Oppenheimer, à 45% par le groupe minier britannique Anglo American (fondé en 1917 par la même famille Oppenheimer), et à 10% par la Debswana Diamond Company, société conjointe entre De Beers et le gouvernement de la République du Botswana.La réussite de cette opération se traduira également par le retrait de la cote de De Beers (voir chronique ci-contre). avec AFP

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :