Le mariage entre la Caisse d'Epargne et la CDC officialisé demain

 |  | 501 mots
Lecture 2 min.
Lorsque le groupe Caisse d'Epargne et la Caisse des dépôts et consignations (CDC) avaient confirmé leur rapprochement le 16 mai dernier, ils avaient annoncé qu'ils se donnaient deux mois pour finaliser leur projet. Il leur a finalement fallu moins de temps pour peaufiner leur alliance puisque c'est demain que seront présentés les contours de ce pôle financier semi-public qui comptera 48.000 collaborateurs. Cependant, les grandes lignes présidant à ce projet sont déjà connues. Le mariage va aboutir au regroupement au sein d'une holding commune, dont le nom n'est pas encore connu, des seules activités financières concurrentielles des deux groupes. De son côté, la CDC apportera au moins 51% de sa filiale de banque d'investissement CDC Ixis, ainsi que les actifs immobiliers qu'elle détient dans sa filiale C3D (Capri, GFF) pour constituer un pôle immobilier avec le Crédit Foncier de France (CFF) détenu par le Groupe Caisse d'Epargne. Ce dernier, outre le CFF, versera dans la corbeille de mariage ses filiales Ecureuil Vie, Ecureuil IARD et Ecureuil Gestion ainsi que ses participations de 20% dans CDC Ixis Asset Management et CDC Ixis Capital Management. En retour, la holding devra, pour être présente dans les réseaux de distribution des Caisses d'Epargne, acquérir des parts des caisses régionales en souscrivant à des émissions de certificats coopératifs pour une valeur comprise entre 3 et 4 milliards de francs, soit environ 10% des fonds propres de l'Ecureuil.Au final, la holding sera détenue à 50,1% par la CDC et 49,9% par l'Ecureuil. Cette société sera co-présidée par Daniel Lebègue, directeur général de la CDC, et Charles Milhaud, patron des Caisses d'Epargne. Cette direction bicéphale assurera le "pilotage stratégique" de la holding mais chaque entité conservera son autonomie. Les fonds propres de la holding s'élèveront à 16,6 milliards d'euros, en troisième position derrière le Crédit Agricole (28 milliards d'euros) et BNP Paribas (21,6 milliards d'euros). Son produit net bancaire agrégé se montera à 10 milliards d'euros.A noter que dans le schéma tel qu'il est pour l'instant esquissé, la Caisse nationale de prévoyance (CNP), premier assureur de personnes en France, n'entrera pas dans le spectre de compétence de la holding du fait du pacte d'actionnaires en vigueur depuis le début de l'année 2000. Cet accord lie jusqu'au 4 janvier 2004 les quatre principaux actionnaires de la CNP que sont la CDC (37%), La Poste et les Caisses d'Epargne -qui ont regroupé en 2000 leurs participations dans une société commune Sopassure (36%)-, et l'Etat (1%). L'entrée de la CNP dans le périmètre de la holding posait le problème du devenir des services financiers de La Poste, cette dernière risquant d'être marginalisée après le mariage. Mais selon Le Figaro, le ministère de l'Economie "a déjà son idée: associer dans une deuxième étape La Poste au pôle formé par la Caisse des Dépôts et l'Ecureuil".la tribune.fr

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :