Débuts timides pour Statoil à la Bourse d'Oslo

 |  | 293 mots
Lecture 1 min.
Les introductions vedettes de ce mois de juin n'ont pas, pour l'instant, apporté le vent d'optimisme espéré par les opérateurs. Après la filiale agro-alimentaire de Philip Morris, Kraft Foods, qui est passée sous son cours d'introduction dès son deuxième jour de cotation, la compagnie pétrolière Statoil a fait lundi des débuts boursiers particulièrement timides. A la Bourse d'Oslo, l'action a fini la séance inchangée à 69 couronnes norvégiennes, alors qu'elle était montée jusqu'à 72 couronnes lors des premiers échanges. A New-York, où la société est également cotée, le titre gagne un modeste 0,13% à 7,48 dollars.Dimanche, le ministère norvégien du Pétrole et de l'Energie avait fixé le prix d'émission du titre à 69 couronnes, dans la partie basse de la fourchette de 66 à 76 couronnes initialement retenue. Au total, 17,5% du capital du groupe ont été introduits sur les marchés d'Oslo et de New York dans l'une des plus importantes opérations de privatisation au monde cette année et la plus importante jamais réalisée en Norvège. Au cours de 69 couronnes, Statoil vaut 151 milliards de couronnes, soit 18,9 milliards d'euros.L'absence d'enthousiasme pour la compagnie norvégienne peut s'expliquer par le contexte relativement peu favorable dans lequel est intervenu cette introduction. Lundi, en milieu d'après-midi, l'indice Stoxx de l'énergie accuse un recul de 1,5%. Les prises de bénéfices se poursuivent alors que le prix du pétrole brut continue de se détendre sur les marchés internationaux. Lundi, vers 16h45, le contrat sur le baril de Brent pour livraison en août cote 27,78 dollars, en baisse de 34 cents, alors qu'il avait flirté avec les 30 dollars en début de semaine dernière.latribune.fr, avec Reute

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :