"Je suis réservé sur le rebond du Nasdaq "

 |  | 376 mots
Lecture 2 min.
La Tribune - Comment interprétez-vous la batterie d'indicateurs publiés aux Etats-Unis ?Antoine Brunet - Je continue à penser qu'on demeure dans une phase de ralentissement de l'économie américaine. Il faut prendre acte de la bonne surprise des progressions de l'activité industrielle et de la production manufacturière américaine en mars, après cinq mois consécutifs de baisse. On a pourtant du mal à imaginer qu'il s'agisse d'ores et déjà d'un rebond durable de l'activité industrielle et manufacturière puisque les ventes au détail restent mal orientées, avec une baisse de 0,4 % en termes réels. Par ailleurs, le déstockage se poursuit mais n'empêche pas les stocks de demeurer excessifs. Enfin, le taux d'utilisation des capacités de production reste à un niveau historiquement bas, ce qui obérera une reprise immédiate de l'investissement des entreprises. Et n'oublions pas qu'avec le dollar fort le commerce extérieur américain demeurera mal orienté. Pour compléter l'environnement économique des Etats-Unis, les chiffres d'inflation de mars constituent un soulagement puisque la hausse des prix à la consommation a été de seulement 0,1 % le mois dernier, ramenant le glissement annuel de 3,5 % à 2,9 %, grâce il est vrai à un effet de base très favorable.Cela redonne-t-il de nouvelles marges de manoeuvre à la Fed ?Oui, il se vérifie que la Fed conserve une marge de manoeuvre pour abaisser encore son taux. La Fed commettrait d'ailleurs une erreur si elle ne baissait pas son taux de 50 points de base lors de sa réunion du 15 mai. En effet, si la production manufacturière a constitué une bonne surprise, l'environnement général nécessite toujours selon nous un nouvel effort de la Fed.Qu'attendez-vous de la Bourse à court terme ?Je suis surpris par l'ampleur de la reprise intervenue sur le Nasdaq au cours de la semaine dernière, compte tenu de l'adversité qui pèse encore sur l'économie américaine, à la seule exception du bon chiffre de la production manufacturière de mars. L'économie américaine a besoin d'une baisse du taux de la Fed et des rendements à long terme pour amorcer un redressement durable. Je reste donc réservé sur la poursuite du récent rebond du Nasdaq.Propos recueillis par Christophe Tricaud

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :