Vallourec ajuste ses prévisions

 |   |  364  mots
"Les acteurs du secteur pétrolier font preuve actuellement d'attentisme face à l'incertitude de l'évolution du Moyen-Orient": c'est par ces mots que Vallourec, spécialiste des produits tubulaires, justifie l'avertissement lancé mardi matin.De fait, le groupe a constaté "une baisse sensible de carnet de commandes" à la fin octobre principalement dans le secteur pétrolier. Il ajoute que la frilosité de ses clients est particulièrement sensible aux Etats-Unis. Dès lors, il n'atteindra pas le chiffre d'affaires initialement espéré. La révision est toutefois modeste puisqu'elle passe de 2,55 à 2,5 milliards d'euros pour l'année en cours.Autre impact: "cette baisse sensible de l'activité commerciale se traduit principalement par une charge moins bonne que prévu dans les aciéries et dans les tuberies du groupe, ainsi que par une rotation des stocks plus lente", note le communiqué. En termes financiers, cela revient à dire que la rentabilité va également souffrir. Le résultat brut d'exploitation (RBE) ne devrait plus représenter 15%, mais 14% du chiffre d'affaires. Et la pression sur le RBE devrait perdurer sur les premiers mois de 2003.En ce qui concerne le résultat net, le groupe prévient qu'il sera affecté par des variations de change, difficiles à apprécier compte tenu de la volatilité du real.En Bourse, la nouvelle est accueillie fraîchement. A la clôture, l'action décroche de 9,26%, à 49 euros, et passe du coup dans le rouge en termes de performance annuelle (-8%). Il faut dire que la déception du marché est d'autant plus grande que les précédentes estimations avaient été jugées modestes (voir ci-contre). Toutefois, alors que le manque de transparence des sociétés cotées a largement été critiqué ces derniers mois, les investisseurs pourront reconnaître un mérite à la société: celui d'une communication claire et non-dissimulée. En effet, le groupe ne cherche absolument pas à cacher qu'il révise à la baisse ses objectifs. Il indique même sur la page d'accueil de son site qu'il a procédé à une actualisation. Enfin, son communiqué, fournissant nouvelles et anciennes prévisions, permet d'apprécier rapidement l'ampleur de la baisse. Une pratique qui est malheureusement loin d'être généralisée...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :