Volkswagen revoit ses objectifs à la baisse

 |  | 425 mots
Lecture 2 min.
Malgré un deuxième trimestre meilleur que prévu, Volkswagen, premier constructeur européen, reste en difficulté sur l'ensemble du premier semestre. Le groupe de Wolfsburg a ainsi vu son résultat imposable progresser de 13,5% au deuxième trimestre par rapport à la même période de l'an passé. Les analystes prévoyaient une baisse de 8% de ce résultat. Mais ce bon chiffre n'efface pas la mauvaise performance de Volkswagen sur l'ensemble du semestre puisque le résultat imposable sur cette période recule encore de 4,1% à 2,36 milliards d'euros. Le constructeur allemand reste en effet confronté à une concurrence qui rogne de plus en plus ses parts de marché dans un contexte déjà difficile pour l'industrie automobile. Face au succès des nouveaux modèles de PSA, la Golf et la Passat ont de plus en plus de mal à s'imposer et les ventes de véhicules neufs ont reculé de 3,8% sur un an au deuxième trimestre et de 8,4% au premier semestre. Par ailleurs, le groupe, très présent au Brésil, fait également les frais de la crise latino-américaine puisque ses ventes au Brésil ont reculé de 21% au premier semestre. En conséquence, le chiffre d'affaires de Volkswagen est en baisse de 3,2 à 44,06 milliards d'euros sur la première moitié de l'année. Pour l'ensemble de l'année 2002, le groupe prévoit de vendre "un peu moins" de 5 millions de véhicules, contre 5,06 millions de véhicules en 2001. Malgré le redressement des trois derniers mois, le groupe ne se fait donc aucune illusion sur le reste de l'année et l'a fait savoir au marché. Dans son communiqué, le constructeur précise que ses précédentes prévisions tablaient sur une accélération de la croissance en Europe et outre-Atlantique. Selon Volkswagen, "aucun signe de cette reprise n'est observé pour le moment, notamment en Europe occidentale". Compte tenu également de la baisse du dollar face à l'euro et de la situation toujours très difficile au Brésil, le groupe revoit ses objectifs à la baisse. Le bénéfice imposable devrait ainsi atteindre 4 milliards d'euros en 2002, soit 9% de moins que celui de 2001. Auparavant, Volkswagen envisageait un maintien de son bénéfice imposable.Curieusement, ce profit-warning ne nuit pas au titre Volkswagen qui gagnait 3,40% à 46,17 euros à 17h30. Selon Arndt Ellinghorst, analyste chez WestLB Panmure interrogé par Bloomberg, "cette révision favorise la crédibilité du groupe et montre que la direction fait preuve de réalisme". Deux vertus qui sont, dans le contexte actuel, très appréciées des marchés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :