L'euro repart à la baisse

Le passage de l'euro au-dessus du dollar aura été de courte durée. Hier soir, la monnaie européenne est passée à nouveau sous la parité et dans les échanges de la matinée, ce déclin s'est accentué puisque la pièce bicolore était sous les 99 cents à 0,9896 dollar à 11h30. Cette hausse du dollar est la plus forte depuis six mois. Le billet vert s'est ensuite un peu effrité en raison des mauvais résultats de Lucent. A 14h30, il fallait 99,22 cents pour un euro.Ce recul s'explique d'abord par le rapatriement des avoirs des fonds de pensions américains. Ces derniers doivent en effet faire face à la demande de liquidités de leurs souscripteurs et, pour cela, ils ont massivement vendu leurs actions européennes. La chute spectaculaire, ces derniers jours, des bourses du Vieux continent s'explique en garde partie par ces mouvements. Maintenant, les fonds de pension américains changent leurs avoirs en dollars, ce qui, évidemment, accroît la demande en billet vert et fait reculer la monnaie commune.Ce mouvement, qui est à l'oeuvre depuis hier, s'est accentué en début de journée par de bonnes perspectives sur les marchés américains. Ainsi, les "futures" de l'indice S&P 500 et Nasdaq 100 étaient en hausse respective de 1,74% et 1,43% à 10 heures. A 10h40, les contrats futurs sur le Dow Jones grimpaient de 140 points. Les investisseurs se tournaient donc naturellement vers le marché américain afin de profiter de ce rebond. Un mouvement qui a nénamoins été stoppé en début d'après midi par les mauvais résultats de Lucent. Les "futures" ont fléchi et l'euro a regagné du terrain.Evidemment, ce mouvement ne sera pas durable. Mais, une fois le rapatriement des avoirs des fonds de pension terminé, rien ne laisse présager de l'évolution future de la monnaie européenne. Selon Hans Redeker, stratégiste chez BNP Paribas, cité par Bloomberg, "la hausse actuelle n'est qu'une pause dans la faiblesse du dollar". La pièce bicolore devrait donc remonter au-dessus de la parité compte tenu des doutes persistant portant sur l'économie américaine. Pourtant, on le sait, le potentiel de croissance américain, même dans le contexte actuel, reste largement supérieur à celui de la zone euro et si reprise véritable il y a, elle sera surtout palpable de l'autre côté de l'Atlantique. Théoriquement donc, la monnaie américaine devrait refléter ce potentiel de croissance en restant au-dessus de l'euro et en corrigeant la baisse de ces derniers mois. Mais le marché des changes reflète souvent plus qu'un simple différentiel de croissance et l'avenir du couple euro dollar reste donc ouvert. Pour les entreprises européennes en tout cas, le mieux serait une stabilisation autour de la parité. Un niveau qui permettrait à la fois de ne pas nuire à leur compétitivité et d'améliorer leurs prix d'achat à l'importation.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.